6 octobre 2022
spot_img
AccueilSociétéLes 12 livres des éditions Koukou interdits au Sila d'Alger

Les 12 livres des éditions Koukou interdits au Sila d’Alger

Quel lien y a-t-il entre « FFS contre dictature » de Yaha Abdelhafidh, « Les derniers jours de Mohammed » de Hella Ouardi, « Algérie, la seconde révolution », « Avril 80, le printemps berbère », « Démoctature » de Mokrane Aït- Larbi ? Tous font partie d’une liste de 12 livres interdits au salon international du livre d’Alger.

Tous les livres de Hella Ouardi qui traitent de la vie du prophète de l’islam, le tome 2 des mémoires de Yaha Abdelhafidh, l’affaire Khider… et d’autres ouvrages dont la liste est ci-dessous sont sous le coup d’une interdiction sournoise puisqu’elle n’est pas formalisée par un écrit officiel jusqu’à présent selon Arezki Aït Larbi, directeur des éditions Koukou, visées par cette ignoble censure.

Dans un communiqué rendu public hier, les éditions Koukou dénoncent une mesure verbale qui censure une liste d’ouvrages publiés par ses soins. Le communiqué de l’éditeur.

« L’arbitraire a encore frappé ! Au 2e jour du Sila, des douaniers se sont présentés au Stand de KOUKOU Editions pour nous notifier – verbalement – l’interdiction d’une douzaine de livres, dont la plupart ont été publiés avant 2021, vendus en librairie depuis des années, et exposés lors des précédents Sila (voir liste en annexe). 

- Advertisement -

Nous avons demandé à l’officier des douanes chargé d’exécuter la sentence de nous remettre une décision écrite pour nous permettre de faire valoir nos droits devant les juridictions compétentes. S’il a accepté de nous montrer la liste officielle des ouvrages blacklistés par la Commission interministérielle de censure,  il a refusé toutefois de nous en donner une copie au motif que cela ne relevait pas de ses prérogatives, mais qu’il allait transmettre notre requête aux autorités concernées. 

Dans l’attente d’une notification écrite, préalable à une procédure judiciaire, et par souci d’apaisement, nous avons décidé de retirer les livres interdits, en attendant de trouver une issue légale à cette provocation.  

Dès le lendemain, une violente campagne de diffamation et d’injures était lancée contre KOUKOU Editions à travers les réseau sociaux. 

Cinq jours après cette opération, nous n’avons reçu aucune notification écrite de l’interdiction. L’article 54 de la Constitution est pourtant clair : « L’activité (…) des publications ne peut être interdite qu’en vertu d’une décision de justice ».

Voila pour les faits. 

Que peut-on en conclure ? 

Si cette brusque agression contre le livre et les libertés académiques n’obéit à aucune logique qui pourrait lui donner du sens à défaut de conformité aux lois de la république, elle révèle le bricolage idéologique qui l’a motivée. Des livres universellement controversés ont bénéficié d’une troublante tolérance : Mein Kampf d’Adolphe Hitler et les Mémoires de Mussolini d’un éditeur égyptien sont en vente libre depuis le Sila de 2016. 

Le tragique vire parfois au burlesque. La Commission de censure avait, lors du Sila de 2017, décidé d’interdire une biographie du révolutionnaire noir américain Malcolm X, au motif qu’il s’agirait d’un livre pour adultes libidineux !

A l’inculture des censeurs de l’ombre qui décident du sort d’un livre sur la base des seuls titres et des images de couverture, s’ajoute la lâcheté des bureaucrates, qui ont usurpé les prérogatives du magistrat en se défaussent sur les douaniers pour ne pas avoir à assumer les conséquences de leur forfaiture.

Parce que l’arbitraire se nourrit du silence de ses victimes, parce que le respect des lois de la république s’impose d’abord à ceux qui ont la charge de la faire respecter, nous refusons de nous soumettre aux injonctions illégales des censeurs clandestins, en embuscade permanente contre les libertés. 

Il appartient à chacun d’assumer ses responsabilités dans le strict respect des lois de la république. 

En attendant de voir la justice reprendre ses droits, nous avons décidé d’assumer les nôtres en exposant de nouveau les livres outragés dès ce jeudi 31 mars à 14 heures, dans le stand de KOUKOU Editions (Pavillon central, N° D38).   

Alger, le 30 mars 2022

Arezki Aït Larbi

Directeur de KOUKOU Editions.

Liste des livres interdits avec année de publication

– Algérie, la seconde révolution (Sanhadja AKROUF et P. FARBIAZ, 2021)

– Blouse blanche…décennie noire (Abdallah AGGOUNE, 2020)

– Libertés, dignité, algérianité, Mohamed MEBTOUL (2019)

– Algérie, citoyenneté impossible ? (Mohamed MEBTOUL, 2018)

– Les derniers jours de Muhammed (Hela OUARDI, 2018)

– Démoctature (Mokrane AIT- LARBI, 2018, en arabe)

– Les Califes maudits (Hela OUARDI, 2019)

– Les femmes du prophète (Houria ABDELAOUAHED, 2019)

– L’affaire Khider (Tarik KHIDER, 2017)

– FFS contre dictature (Abdelhafidh YAHA, 2014)

– Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident (Djemila BENHABIB, 2013)

– Ma vie à contre-Coran (Djemila BENHABIB, 2011)

– AVRIL 80 le Printemps berbère (Ouvrage collectif, 2010)

Lien : https://www.koukou-editions.com/
ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. Qui est derrière cette censure qui ne dit pas son nom?Après avoir remis en liberté…provisoire quelques détenus d’opinion à contre coeur,ils se rattrapent sur des…livres exposés au salon du livre d’Alger jugés subversifs mais qui sont en vente dans toutes les librairies. Décidément le ridicule ne tue pas.Pauvre Algérie!!!

  2. Azul .Bonjour. je l’avais écrit déjà sur ce site et dans d’autres qu’un jour vous regretterez Bouteflika malgré ,les défats et les travers de ses mandats dont il ne porte en rien la responsabilité dans de nombreux cas et décisions politiques prises à son insu ; car il avait une feuille de route très précise et claire , c’est de remettre le ^pouvoir politique aux Civils , malheureusement il a été victime d’un AVC , ce qui lui avait compliqué la tâche car il était diminué physiquement , bine sur le plan des fonctions intellectuelles , il était aussi réactif que du temps où il était jeune . Voila la nouvelle Algérie du Hirak , cette supposée Révolution pacifique qu toute la planète nous enviait . pauvres Martyrs qui n’ont rien vu comme l’écrivait l’autre le célèbre Bessaoued

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Conseil des ministres : agriculture, transport et travaux publics

Abdelmadjid Tebboune a présidé, dimanche, une réunion du Conseil des ministres consacrée aux secteurs des Finances, de la Justice, de l'Enseignement supérieur, de l'Agriculture,...

Les plus populaires

Commentaires récents