21 février 2024
spot_img
Accueil360°Les petites affaires du fils d'Ould Kaddour, patron de Sonatrach

Les petites affaires du fils d’Ould Kaddour, patron de Sonatrach

Scandale

Les petites affaires du fils d’Ould Kaddour, patron de Sonatrach

Après la liquidation de Brown and Root Condor (BRC), filiale de la compagnie algérienne Sonatrach dissoute en 2007, le fils de l’ancien et actuel PDG de la compagnie pétro-gazière algérienne, Abdelmoumen Ould Kaddour, avait essayé, en 2013, de transférer des fonds depuis le Liban vers Hong Kong.

C’est ce qu’a rapporté le journal libanais Daraj, à la faveur d’une longue enquête journalistique en langue arabe, publiée dans son édition d’hier. Après l’éclatement du scandale financier des Panama Papers, Abdelhakim Benferhat, fils de Noureddine Benferhat, ancien officier relevant du DRS, reconverti dans le business de l’art et détenant une galerie d’art, Noor Arts, à Monaco, s’est retiré d’un montage offshore. Il y était associé avec Nacim Ould Kaddour, fils de l’actuel patron de Sonatrach.

Dans un courriel datant du 17 juin 2016 adressé par Adolphe Debs, avocat à la société fiduciaire libanaise Saad, Debs & Partners Law Firm, à l’antenne genevoise de Mossack Fonseca, cabinet cité dans ce scandale financier, il est écrit : «Vous êtes priés de dissoudre votre société et la liquider définitivement le plus vite possible.»

- Advertisement -

L’enquête, traduite en français par E-Bourse Algérie, explique : «Le cabinet Mossack Fonseca a proposé le groupe Synergex Group S. A. et Farahead Equipment Energy Limited à Ould Kaddour.

Constituées en 2013, ces deux sociétés devaient prendre part dans le capital d’une autre société basée à Hong Kong, laquelle sera gérée par des agents locaux et servira à l’ouverture d’un compte dans une banque à Hong Kong, dont le bénéficiaire sera un prête-nom, désigné par la société libanaise. Cela permettra au bénéficiaire qui apparaîtra dans les documents de la société de Hong Kong d’être de nationalité libanaise.»

Un échange de courriels entre le bureau de Mossack Fonseca à Hong Kong, adressé le 5 juin 2013 au service juridique de la firme panaméenne et le service juridique de cette dernière sur la possibilité d’ouverture par la firme libanaise d’un compte bancaire à Hong Kong, a rappelé que le Liban est blacklisté chez les banques HSBC, Hang Seng et DBS.

Datant du 3 juillet 2013, la réponse était choquante : «Nous avons des confrères à Hong Kong qui nous ont indiqué qu’il n’y a aucune garantie pour l’ouverture d’un compte, même s’ils fournissent les services nécessaires à la création d’une société à Hong Kong.

Les banques vont devoir examiner la nature des activités de votre client. Votre business est sensible et l’Algérie est un pays à haut risque et représente l’essentiel de son marché. Cela agit contre la possibilité de l’ouverture du compte. Ils vous demandent si la compagnie exerce d’autres activités et si vous pouvez fournir les pièces justificatives.»

Inhabituel chez ce cabinet qui facilitait l’évasion fiscale partout à travers le monde et administrait des compagnies offshore bénéficiant à d’indélicats clients, le scepticisme de Mossack Fonseca est justifié par les informations que lui avait fournies Saad, Debs & Partners Law Firm quant à la provenance des revenus de la société seychelloise Farahead Equipment Energy Limited, l’autre société offshore associant Ould Kaddour à Benferhat.

Lire la suite sur El Watan

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici