today-is-a-good-day
27 février 2024
spot_img
Accueil360°Les principaux points du discours de politique générale de Gabriel Attal

Les principaux points du discours de politique générale de Gabriel Attal

Gabriel Attal
Attal, à droite toute

Trois semaines après sa nomination à Matignon, Gabriel Attal a présenté devant l’Assemblée nationale les priorités de son gouvernement. Sur les routes, les agriculteurs sont toujours vent debout.

Voici les principaux points de sa déclaration de politique générale:

Travail

Le Premier ministre a martelé son ambition de «désmicardiser la France» en réformant dans le budget 2025 un système d’aides et d’exonérations «concentrées au niveau du Smic».

Pour les fonctionnaires, un projet de loi spécifique sera déposé au second semestre afin d’«intégrer leur mérite et leurs efforts à leur rémunération». En parallèle, les administrations devront expérimenter «la semaine en 4 jours, sans réduction du temps de travail».

Le chef du gouvernement a par ailleurs souhaité «aller plus loin dans la réforme de l’assurance chômage» afin d’«inciter toujours plus à la reprise du travail».

- Advertisement -

Les 15 heures d’activité hebdomadaire pour les bénéficiaires du RSA seront ainsi généralisées «à tous les départements de France d’ici le 1er janvier 2025». Dans la même veine, l’allocation spécifique de solidarité (ASS) sera supprimée et les chômeurs en fin de droits seront «basculés» au RSA.

Impôts

Gabriel Attal a confirmé la baisse de 2 milliards d’euros promise par Emmanuel Macron, pour «continuer à baisser les charges qui pèsent sur la classe moyenne».

Il a cependant maintenu «le cap» d’un déficit «sous les 3% d’ici 2027» et indiqué que ses «premières propositions d’économies» pour le budget 2025 seront présentées «dès le mois de mars».

Agriculture

Gabriel Attal a promis que «toutes les aides» européennes de la politique agricole commune «seront versées sur les comptes bancaires des exploitants d’ici le 15 mars».

Le Premier ministre a annoncé par ailleurs «un fonds d’urgence avant la fin de la semaine pour soutenir nos viticulteurs, particulièrement en Occitanie», ainsi qu’un «grand plan de contrôle sur la traçabilité des produits» afin de «garantir une concurrence équitable».

Ecologie

Gabriel Attal a annoncé le lancement d’un «service civique écologique» avec l’objectif de «rassembler d’ici la fin du quinquennat 50.000 jeunes prêts à s’engager concrètement pour le climat».

Le chef du gouvernement a par ailleurs promis le dépôt d’«un deuxième projet de loi industrie verte», afin notamment de «concentrer» les travaux de la Commission nationale du débat public «uniquement sur les projets d’envergure nationale» pour «gagner 6 mois dans les procédures».

Logement

Gabriel Attal a promis «un choc d’offres» pour «répondre à la crise du logement» et «déverrouiller» ce secteur.

Vingt «territoires engagés pour le logement» seront désignés «dans deux semaines», avec l’objectif «d’y créer 30.000 nouveaux logements d’ici 3 ans».

La loi SRU qui fixe un seuil de 25% de logements sociaux en 2025 sera modifiée pour intégrer à cet objectif «une part de logements intermédiaires, accessibles à la classe moyenne».

Santé

Pour remédier à la pénurie de soignants, Gabriel Attal a confirmé «la régularisation des médecins étrangers sur notre territoire» annoncée par Emmanuel Macron.

Le Premier ministre va en outre «nommer un émissaire, chargé d’aller chercher à l’étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France», en particulier les «jeunes Français partis étudier la médecine à l’étranger».

Il a d’autre part menacé de «restaurer des obligations de garde pour les médecins libéraux, en soirée ou le week-end» dans les départements où le «service d’accès aux soins» ne sera pas mis en place «cet été».

Les patients seront également pénalisés pour leurs «rendez-vous médicaux non honorés»: quand «on ne vient pas sans prévenir, on paye», a-t-il averti.

M. Attal a par ailleurs affirmé qu’il tiendra «l’engagement de réformer l’aide médicale d’Etat» pris par sa prédécesseure Elisabeth Borne, précisant qu’il le fera «avant l’été par voie réglementaire».

Le Premier ministre souhaite plus de fermeté à l’égard des patients qui n’honorent pas leurs rendez-vous médicaux. Comment ? En instaurant une sanction financière. « Je souhaite un principe simple, qui se traduise par des mesures claires dès cette année : quand on a un rendez-vous chez le médecin et qu’on ne vient pas sans prévenir, on paie », a déclaré Gabriel Attal. Selon lui, ces rendez-vous non honorés font perdre « des millions d’heures » de temps médical.

Le SAS, nouvelle version du numéro d’urgence 15, permet de désengorger les urgences en orientant les personnes qui ont besoin d’un diagnostic ou d’un soin vers la structure la plus adaptée, qui n’est pas forcément l’hôpital mais plus souvent la médecine de ville. Pour fonctionner, il a besoin d’une bonne coopération entre les deux.

Un « émissaire » pour recruter des médecins étrangers

Alors qu’Emmanuel Macron avait déjà annoncé, il y a deux semaines, la régularisation de praticiens d’autres nationalités sur le territoire, Gabriel Attal souhaite aller plus loin pour lutter contre les déserts médicaux. Il a promis mardi de nommer un émissaire « chargé d’aller chercher à l’étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France »« Nous devons trouver les moyens de faire revenir nos jeunes Français qui sont partis étudier à l’étranger », a également estimé le Premier ministre.

« Nous allons accélérer le passage de 6 000 à 10 000 assistants médicaux qui permettront aux médecins de pouvoir se consacrer davantage aux patients et moins aux formalités administratives », a par ailleurs précisé le chef du gouvernement. Concrètement, il estime que cela représentera « 2,5 millions de consultations supplémentaires libérées tous les ans » pour les patients.

Education

Gabriel Attal a annoncé le lancement des «travaux en vue de la généralisation» du service national universel à la rentrée scolaire 2026, et confirmé que le port de l’uniforme à l’école serait également généralisé à cette date si son expérimentation est «concluante».

Le Premier ministre a par ailleurs promis des rallonges pour les infirmières scolaires et les accompagnants d’élèves handicapés.

Justice

Gabriel Attal a annoncé la création prochaine de «travaux d’intérêt éducatif», équivalents de la peine de travaux d’intérêt général pour les mineurs de moins de 16 ans.

Il a également souhaité que les «parents de jeunes délinquants» qui se seraient «totalement soustraits à leur responsabilité parentale», puissent se voir imposer des travaux d’intérêt général.

Le Premier ministre a par ailleurs proposé de «placer en internat» les jeunes «sur la mauvaise pente» pour les «couper de leurs mauvaises fréquentations» plutôt que de les «laisser plonger dans la délinquance».

Avec AFP/Francetvinfo

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici