20 février 2024
spot_img
AccueilCommuniquéLibérez les prisonniers politiques au Maroc !

Libérez les prisonniers politiques au Maroc !

Appel International à la solidarité avec le peuple rifain

Libérez les prisonniers politiques au Maroc !

 L’activiste rifain, Rabiae El Ablak, mène une grève qui met sérieusement en danger sa vie.

Cher-e-s ami-e-s,
Voilà encore une fois réunis pour parcourir les rues de Paris pour faire entendre notre voix. Une voix qui ne cessera d’acclamer l’innocence de nos jeunes frères injustement incarcérés pour avoir réclamer ce que tout le monde peut faire dans un pays démocratique. Surtout quand il s’agit de dénoncer la corruption et réclamer l’état de droit ainsi que des meilleures conditions sociales et économiques. Personne ne saura compter le nombre de kilomètres parcourus ou le nombre de marches effectuées, ici en Europe, depuis le décès de Mohcine Fikri, le jeune vendeur de poisson le 28 octobre 2018. Notre voix et nos doléances ont été portées à de très nombreuses représentations des états européens : en France, en Espagne, en Italie, en Belgique, en Allemagne, au Pays Bas et en Norvège. Pourtant, cela n’a pas été suivi d’actes concrets et l’état marocain continu à faire la sourde oreille. Pire encore, il a choisi la voie de la répression visant la criminalisation du mouvement en accentuant ainsi la crise. Après les différentes accusations portées par les dignitaires du régime à l’encontre d’une jeunesse avide de liberté, ce sont les arrestations brutales qui se sont suivies.

Ainsi, jeunes seront arrêtés pour la plupart condamnés. Des condamnations allant jusqu’à 20 ans de prison ferme. Parmi lesquels des mineurs ; du jamais-vu ! Les leaders du mouvement quant à eux ont été transférés à Casablanca à 600 km d’Al Hoceima foyer de la contestation. Après les actes de torture subis, c’est enfin un procès qui s’est ouvert, une vraie parodie ! Absence d’une indépendance manifeste de la cour par rapport à au parquet, ce qui a conduit aujourd’hui les prisonniers à boycotter les séances.

- Advertisement -

De nombreuses actions de grève de la faim ont été menées pour dénoncer les conditions de détention comme celle de Nacer Zefzafi, leader du mouvement mis à l’isolement depuis son arrestation. Aujourd’hui encore, Rabiae El Ablak mène toujours une grève qui met sérieusement en danger sa vie. Nous avons durant tous ces mois, qui se sont écoulés, alerté les autorités françaises de la situation qui s’aggrave de jour en jour. Le message est arrivé à l’ensemble des représentations que ce soit la présidence, les affaires étrangères ou les parlements. D’ailleurs quatre rencontres ont été réalisées au sein du parlement européen.

En dehors de quelques parlementaires courageux comme les parlementaires européens Kati Piri du Parti travailliste hollandais, Marie-Christine Vergiat du Front de Gauche et José Bové d’Europe Ecologie les Verts ainsi que la parlementaire française Mathilde Panot de la France Insoumise, aucune institution n’a osé demander des explications à l’état du Maroc, à l’exception d’une entrevue brève entre le Ministre des affaires étrangères belge et marocain. Et cela malgré, de nombreuses critiques alertes (rapports à l’appui) lancées par les organisations internationales des droits de l’Homme comme Amnesty ou Human Rights Watch et même le Conseil National des Droits de l’Homme marocain (organisation constitutionnelle).

Voilà qu’aujourd’hui, la menace a traversé les frontières. Ce sont ainsi les compatriotes binationaux qui se sentent menacés par le makhzen. La loi de celui-ci s’applique désormais sur le territoire européen en l’absence de réaction des états. Un scandale pour les vieilles démocraties ! Preuve de ces actes et ces ingérences menées par les autorités marocaines, l’arrestation il y a deux semaines d’un jeune pacifiste Wafi Kajoua qui a suscité notre indignation la plus profonde. Wafi Kajoua, un jeune Belgo-Marocain qui s’est engagé dans le mouvement de soutien du mouvement populaire pour dénoncer, comme ses frères et sœurs dans le Rif (d’où il est originaire), la corruption et réclamer l’Etat de droit ainsi que des meilleures conditions sociales et économiques pour ses compatriotes.

Jamais personne n’aurait pensé à l’arrestation de ce jeune pacifiste connu pour ses propos mesurés. Pire encore, les accusations des autorités sont surréalistes évoquant même atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc ! Voilà des actes indignes. Un Etat qui se respecte, œuvre à la pacification des conflits sociaux et politiques comme celui dans le Rif en mettant fin à l’étouffement de la région (économique et sécuritaire) et en libérant tous les prisonniers du mouvement. Cette situation inédite crée un malaise profond chez la communauté rifaine de la diaspora qui pourrait se priver d’un retour au pays par crainte de représailles et de l’arbitraire qui règne.

Ces menaces visent aussi à priver nos concitoyens de leur liberté d’action ici en Europe. Notre liberté n’est plus menacée uniquement au Maroc, mais elle est aussi menacée ici en Europe. Cela ne peut pas être accepté et ne nous céderons pas un pouce de cette liberté acquise par le peuple de France et d’Europe par effusion de sang. C’est pourquoi dans la Fédération des Comités de Soutien au Mouvement Rifain en France :
 
–       Nous dénonçons l’ingérence marocaine dans les affaires citoyennes européennes,
–       Nous dénonçons la situation politique au Maroc qui prive la population des droits élémentaires socio-économiques et humains,
–       Nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques et nous dénonçons la parodie judiciaire de leur procès,
–       Nous tenons les autorités marocaines comme responsables de l’état de santé de Rabiae El Ablak
–       Nous exigeons la libération de notre concitoyen Wafi Kajoua, injustement incarcéré et accusé. Nous appelons les autorités belges et européennes à agir dans ce sens,
–       Nous appelons les autorités françaises à œuvrer réellement pour dénouer la situation dans le nord du Maroc,
–       Nous appelons les autorités européennes à rappeler aux autorités marocaines les exigences du respect des droits de l’Homme pour le maintien de relations politiques, économiques et culturelles,
–       Et enfin nous rappelons notre attachement à l’action pacifique, au droit, à la liberté et à la démocratie.
 
Leur liberté est leur droit
Soyez à nos côtés pour les soutenir
Fédération des Comités de Soutien
au Mouvement Rifain en France
FCSMR – France
 

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici