26 septembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueL'inépuisable mouvement révolutionnaire du Hirak

L’inépuisable mouvement révolutionnaire du Hirak

TRIBUNE

L’inépuisable mouvement révolutionnaire du Hirak

Alors que le pouvoir illégitime continue à utiliser tout ce qui est en sa possession pour sauver le système politique plus que le régime bâti sur de fausses promesses d’une Algérie « démocratique et sociale », la population en célébrant sous les conditions de la pandémie du Covid-19, son rejet catégorique de l’offre politique proposée par le nouveau président désigné par l’armée.

Indéniablement, malgré toutes les intimidations et l’emprisonnement arbitraire de quelques figures du Hirak, la société algérienne ne cesse de réclamer l’autonomie de la décision politique en rejetant toute forme de tutelle.

Or, le président élu par désignation avec seulement 7 à 8 % du corps électoral tente comme tous ses prédécesseurs de faire miroiter un bel avenir à la jeunesse algérienne. Cette tentative est vouée à l’échec parce qu’on ne peut pas réparer les dégâts commis pendant plus d’un demi-siècle avec la mentalité patrimoniale.

En définitive, les différentes manoeuvres du régime ne peuvent en aucun cas résoudre la crise algérienne.

- Advertisement -

De fait, la logique étatique consiste à changer les hommes issus du même sérail, fusse en emprisonnant de hautes personnalités, premiers ministres, ministres, directeurs généraux pour le motif de la corruption comme si le phénomène ne concernait qu’une partie du personnel politique.

En revanche, la guerre des clans qui fait rage en Algérie montre une fois de plus la férocité du ressentiment au sein de la classe dirigeante.

A s’y méprendre, la nouvelle équipe au pouvoir se trompe en jetant en pâture les alliés d’hier et par contre-coup, elle augmente la méfiance de la population envers un régime peu appréciable, impopulaire et honni.

Une fois dit cela, les actuels dirigeants algériens en faisant mine de ne pas saisir la profondeur de la crise, ne font qu’augmenter le désir du changement radical voulu par la majorité de citoyens algériens. Et c’est dans ce sens que la capacité révolutionnaire du Hirak reste intacte. Les potentiels du renouveau sont infinis tant que la principale revendication du Hirak ne soit satisfaite.

Exprimée dans un parler algérien chatouillant, « Yetnahaw Ga’a » est la formulation adéquate de cette revendication qui consiste à abolir un ensemble organisationnel obsolète. Une nouvelle fois, les manoeuvres dilatoires du régime qui au mépris de la volonté du peuple croit trouver après avoir changer mainte et mainte fois la constitution dans la dissolution de l’assemblée nationale au demeurant fantoche, la réponse à la crise profonde n’est qu’une vaine tentative du système.

Ainsi vouloir répondre  par des replâtrages cosmétiques aux revendications populaires est de nature à augmenter considérablement le fossé qui sépare le pouvoir de l’Etat et la population.

Du coup, à part intimider, menacer ou emprisonner les citoyens algériens, le pouvoir ne peut rien faire d’autre que débaucher quelques opportunistes de tout poil pour faire bonne figure auprès des instances internationales qui malheureusement géopolitique oblige, le soutiennent.

Malgré tous ces soutiens pour maintenir un système finissant, l’avenir de l’Algérie est entre les mains du Hirak et par conséquent la lutte continue jusqu’à l’affranchissement total de la tutelle.

Auteur
Fateh Hamitouche

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Législatives en Italie : le parti d’extrême droite de Meloni en tête

Selon un sondage sortie des urnes, Fratelli d'Italia, le parti de la postfasciste Giorgia Meloni, est le premier parti de la Botte, avec un...

Les plus populaires

Commentaires récents