18 avril 2024
spot_img
AccueilCultureLounis Aït Menguellet revisité : « Inasen », dis-leur… aux émigrés !

Lounis Aït Menguellet revisité : « Inasen », dis-leur… aux émigrés !

POESIE

Lounis Aït Menguellet revisité : « Inasen », dis-leur… aux émigrés !

Crédit photo : Hayet Aït Menguellet.

C’est un album aux sonorités modernes, sous la direction artistique de Takfarinas, que nous concocte maître Lounis à l’été 2001. 

Au-delà de la rumeur anecdotique relative au titre « dir iyi » (je suis mauvais) qui dit que Lounis voulait régler ses comptes avec ceux qui lui reprochaient de ne pas avoir suffisamment rendu hommage à Matoub Lounes, comme à son habitude, Aït Menguellet dissèque la société et les évènements avec cette lucidité infaillible qui lui est propre. Assurément le poète évolue trop haut pour les esprits étroits.

Dans « Inassen » que nous avons choisi de vous traduire, Lounis s’adresse à nous tous qui sommes partis au lendemain de la victoire FLiN-toxo-FIS-tons pour décrire cette Algérie qui n’existe que dans nos rêves et…les siens. 

- Advertisement -

Nous qui brulions d’envie d’apporter la repartie à une récente chronique de Yasmina Khadra qui pose la question « que veut-on faire de notre pays ? » (*), l’occasion se présente ici. Il n’y a qu’à lire la traduction ci-après pour avoir la réponse. C’est cette Algérie rêvée par Lounis que nous voulons tous construire Monsieur Khadra. 

Avec tous les efforts et toutes les bonnes volontés du monde, nous n’y arriverions pas, sauf si les généraux faisaient preuve d’un tant soit peu de lucidité et de bon sens et réalisent qu’il est impossible de construire un pays avec les militaires au pouvoir. Par soldatesque, s’entend aussi, bien évidemment, les fous…d’Allah, qui se doivent de retourner à leurs mosquées et ne plus s’occuper de politique ! 

Vision simpliste, voire utopiste ? Peut-être bien, mais écoutons plutôt maître Lounis ! Il le dit si bien, et mieux que mille discours.

« Inasen », dis-leur

À ceux que le vent a dispersé

Ce vent d’effroi qui a soufflé

Porte-leur le message ci-après

Je t’envoie leur dire ceci.

Rep.

Dis-leur que la malédiction n’est plus

Qu’ils peuvent maintenant rentrer

Nous avons trouvé le guide recherché

Parmi les perles rares de la société

Son père est un Kabyle des montagnes

Sa mère est une arabe des Chleuhs 

Il est de la race des seigneurs

Nous ne pouvons que l’accepter

À son arrivée la brume s’est dissipée

Avec lui le pays va certainement ressusciter. 

 

Dis-leur que la malédiction n’est plus

Nos querelles nous les avons oubliées

Dis-leur que nous les attendons

Le pays a besoin de tous ses enfants

Dis-leur que quand ils reviendront

Chacun la place qu’il lui faut l’attend

Chez eux avec les leurs il s’entendront

Autour d’eux l’allégresse des enfants

Dis-leur que la porte est grand ouverte

C’est ce que nous avons de nos yeux vu

Toutes les routes sont libres d’accès

Partout ça pullule d’étrangers

Hivers printemps comme étés

Par milliers ils ne cessent d’affluer.

 

Dis-leur que quand ils reviendront

L’injustice n’aura plus sa place

La tyrannie ordinaire d’antan 

On n’a plus le droit d’évoquer son nom

Ceux qui étaient des durs avant

La plupart sont en prison

Les autres sont dans le droit chemin

Maintenant ils font tous leur devoir

Les militaires sont dans leurs quartiers

Les fusils ont fini par rouiller

Il n’y a ni tueurs ni tués

Où qu’il se trouve l’égaré est redressé

De l’ombre à la lumière nous sommes passés

Les rixes d’antan sont éradiquées.

 

Ceux qui aux maquis ont crapahuté

Au bercail ils sont rentrés

Ceux qui leur ont pardonné

Sur le droit chemin les ont ramenés

Personne ne cherche du travail

Chacun est occupé par son labeur

Personne n’est en souffrance

Ça se voit dans chaque visage

Le bon grain surpasse l’ivraie 

L’abondance inonde les machés 

Le paysan déborde de volonté

Il bosse, commerce et se nourrit

Et même jusqu’aux journaux

Ils versent tous dans la vérité.

 

Dis-leur que la paix s’est installée

Au printemps rendez-vous elle a donné

Tous nos vœux sont exaucés

Depuis longtemps nous en rêvions 

Dis-leur quand ils reviendront

S’ils pouvaient voir les villes

De leur blancheur elles les accueilleront

Chaque rue qu’ils longeront

Ils verront ils sentiront

Le parfum des roses et du jasmin

Les filles et les garçons

Main dans la main se promènent

Ils se rendent ensemble à l’école

Toutes les langues sont unifiées

 

Dans nos écoles le Kabyle est enseigné

Tout comme l’arabe et le français

On l’étudie avec amour

Nos ancêtres communs nous cimentent

Dis-leur ce n’est pas tout

Il y a du nouveau partout

S’ils pouvaient voir nos mosquées

Elles se remplissent de musulmans

Elles s’alignent en égales

Aux côtés des églises des chrétiens

Les juifs reprennent leurs commerces

Avec eux nous vivons en frères

Enrico est à Constantine

Il est vendeur de guitares.

 

À leur descente d’avion

Les officiels les accueilleront

Sourires à pleines dents

Et des fleurs par bouquets

Ils verront le changement

Tous ceux qu’ils ont détesté

Trouveront sagesse et gaieté

Combien d’eux ils seront contents

Les cœurs ont achevé leur guérison

Tout blanc ils deviendront

Les peines de l’exil ils les oublieront

Ils en effaceront tous les tourments

Une autre vie ils commenceront

En construisant à leur façon.

 

Rentrez si vous me croyez

De vos propres yeux vous verrez

Les insensés comme moi

Il leur est permis d’abuser

Rentrez si vous me croyez

Pour qu’ensemble nous puissions rêver.

 

Tous ce que je décris n’est pas

Il ne s’agit que de mes attentes

Chacun par ses rêves se laisse bercer

Rajoutez donc les vôtres aux nôtres

Le champ des rêves nous le remplirons

Il y en aura qui détruirons

Ils anéantiront tous nos espoirs  

Une fois leur sale besogne terminée

Qui sait si les choses seront épurées.

Kacem Madani

Renvoi

(*)https://lematindalgerie.comnous-sommes-en-plein-delire

Auteur
Kacem Madani

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents

Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous ! 
Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous ! 
Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous !