19 août 2022
spot_img
AccueilPolitiqueL'universitaire Bouaicha Boughoufala et Rachid Touam arrêtés

L’universitaire Bouaicha Boughoufala et Rachid Touam arrêtés

Prison algérienne

Rachid Touam (surnommé Billy) a été arrêté le 30 décembre, au port d’Alger, juste à son arrivée de Belgique pour rendre visite à sa famille d’Azazga (Tizi Ouzou). L’arbitraire se fait au grand jour sous Tebboune-Chanegriha.

Les membres de la diaspora sont avertis d’ailleurs. Dès qu’ils rentrent en Algérie, ils sont susceptibles d’être arrêtés. D’ailleurs des milliers d’Algériens résidant à l’étranger et ayant exprimé des positions franchement opposées au régime appréhendent de rentrer au pays depuis que le clan Chanegriha-Tebboune a imposé un climat de terreur sur les Algériens.
A Laghouat, c’est Ilyes Abdelaali qui a été arrêté ce mercredi. Il sera présenté, lui aussi,  devant le procureur. L’enseignant universitaire, le professeur Bouaicha Boughoufala, a été lui aussi arrêté par la gendarmerie nationale ce mercredi.
Pour qui ? Pourquoi ? Seuls les juges et ceux qui décident de cette guerre sans nom contre le peuple algérien le savent.
Tout comme l’appareil policier, la machine judiciaire ne chôme pas. Les procès se suivent et se ressemblent. Le procès de 21 personnes dont une mineure (Sirine Zerfa) est renvoyé au 19 janvier au tribunal d’Annaba, annonce le CNLD.
Telailia Chems Elyakine, Meziti Nacer, Ben Mesdek Mohamed Amine, Bouchaala Hmida, Senani Abdellah, Gouri Wahiba, Zelmati Sami, Kaidi Aimad, Guerroudji Aïcha, Medjabri Tarek, Kebaili Chouaib, Kamel Larbaoui, Zerfa Sirine (mineure âgée de 14 ans), Boukariata Abdelkrim, Daoudi Karima, Bousmina Brahim, Zerfa Salah, Gouri Lotfi, Chenafi Mohamed, Bentorki Abdelmounaim, Kermani Mohamed Lamine sont accusés d’attroupement non armé pouvant porter trouble au calme public, de violation des dispositions et décisions prises par les autorités administratives.
A Tizi Ouzou, le parquet a requis la confirmation du verdict prononcé en première instance à l’encontre d’Amar Acherfouche et Madjid Haddadene lors du procès en appel ce mercredi 5 janvier à la cour de Tizi Ouzou. Le verdict est attendu pour le 19 janvier.
Le 9 juin 2021, Amar Acherfouche et Madjid Haddadene ont été condamnés à un an de prison sans mandat de dépôt assorti d’une amende par le tribunal de Tizi Ouzou. Ils sont accusés d’attroupement non armé et d’incitation à attroupement non armé, rappelle le CNLD.
Amar Acherfouche et Madjid Haddadene ont été arrêtés mardi 8 juin à la marche de Tizi Ouzou et ont été présentés devant le procureur du tribunal de Tizi Ouzou mercredi 9 juin 2021. Après présentation devant le procureur et juge d’instruction, la décision est une comparution immédiate.
Plus de 300 Algériens croupissent dans les prisons pour leurs opinions opposées au régime.
L. M.
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Incendies : des pontes du régime en lieu et place de secours !

Alors même que le nombre de victime approche déjà la cinquantaine avec un nombre indéterminé de personnes disparues et des centaines de blessés, ministres...

Les plus populaires

Commentaires récents