8 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeMuhend U-Yahia : l'artiste, le vrai et immortel artiste

Muhend U-Yahia : l’artiste, le vrai et immortel artiste

Muhend U-Yahia : l’artiste, le vrai et immortel artiste

Muhend U-Yahia ou Abdellah Mohya, de son vrai nom, nous a quitté trop tôt et la culture amazighe en a perdu ainsi l’un de ses meilleurs serviteurs qui fut à la fois dramaturge, poète et homme de lettres.

Durant sa vie hélas trop courte, l’irremplaçable Mohya, poussé à l’exil par les injustices criantes dans son pays, a promené sa petite silhouette dans les petites ruelles parisiennes, incarnant le résistant kabyle faisant de son remarquable talent de poète et de son habituel humour pince-sans-rire une redoutable arme qui ciblait toujours le règne des tyrans, des médiocres, des prétentieux et des incompétents qui logent depuis toujours dans la même enseigne.

A ce jour, j’entends toujours ce timbre de voix unique, pénétrant et immédiatement identifiable qui fait preuve d’un invraisemblable sens critique et d’une grande et indéniable connaissance de notre profonde société algérienne.

Muhend U-Yahia demeurera toujours à mes yeux ce personnage poignant qui a su dans la douleur profonde et silencieuse qui était la sienne à transmettre notre culture kabyle et sa propre culture forgé par sa quête du grand savoir au sein de sa grande famille qu’il convie souvent sans ménagement à un effort de pensée.

- Advertisement -

Il est parti sans demander son reste. Il est parti ce jour du 7 décembre 2004 en renonçant à toute forme de gloire ou de gratitude. Il est parti sans se retourner et sans savoir qu’il est désormais notre vrai et réel patrimoine.

En ce jour, permettez-moi de saluer la mémoire de notre grand et prodigieux artiste qui brille toujours dans mon cœur comme il brille dans la vie des « vrais » comme il désignait les sincères et les authentiques. Que ta douce âme repose en paix, notre artiste, notre vrai et immortel artiste !

Bio de l’artiste

Mohand ou Yahia, ou encore Mohya, est décédé le 7 décembre 2004 d’une tumeur au cerveau, dans la clinique parisienne Jeanne Garnier. Né Abdallah Mohya, il était âgé de 54 ans. Enseignant les mathématiques, Mohand ou Yahia a longtemps tenu un commerce d’épicerie à Paris. Il est surtout connu pour avoir traduit, vers le berbère, de la poésie, des nouvelles, des contes, des proverbes et une vingtaine de pièces de théâtre pour la plupart inédits.

Né en 1950 à Azazga, élève du lycée Amirouche à Tizi-Ouzou où il obtient le baccalauréat en 1968, il poursuit des études supérieures de mathématiques à l’Université d’Alger et obtient sa licence en 1972. A son arrivé en France l’année suivante, il est l’un des rédacteurs du Bulletin d’Etudes Berbères et de la revue Tisuraf, publiés tous deux par le Groupe d’études berbères de l’université Paris VIII-Vincennes. Au début des années 80, Mohand ou Yahia anime la troupe de théâtre Asalu.

Dramaturge, poète et homme de culture, il aura traduit et contribué à faire connaître auprès de nombre de jeunes lecteurs des textes de Nazim Hikmet, Bertold Brecht, Alfred Jarry ou Eugène Pottier. Mohand ou Yahia est également l’auteur de chansons popularisées par Idir, Ferhat, Takfarinas, Ideflawen, Malika Domrane ou le groupe Djurdjura. Il laisse surtout un ensemble de plus d’une vingtaine de pièces de théâtre originales (Tachvaylit, Sinistri, Moh Terri…) et d’adaptations comme Si Pertuff, traduite du Tartuffe de Molière, Muhend Ucaban, d’après Le Ressuscité de Lu Sin, ou encore Am win yetsrajun Rabbi, adaptée de En attendant Godot de Samuel Beckett.

Joué essentiellement par des troupes de théâtre amateur, Mohya s’est vu rendre un hommage mérité en Algérie lorsqu’en 1992, l’humoriste Fellag porte à la scène Sin nni, son adaptation des Emigrés de Slawomir Mrozek. Créée au Théâtre de Béjaïa et reprise à Alger, la pièce connut un très grand succès.

Mohya a été inhumé le 13 décembre 2004 dans son village d’Aït Arbah en Kabylie, en présence d’une foule nombreuse venue lui rendre hommage.

Auteur
Yazid Sadat

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La Suède expulse un membre du PKK vers la Turquie

Selon l'agence officielle turque Anadolu, Mahmut Tat avait été condamné en Turquie à six ans et dix mois de prison pour appartenance au PKK,...

Les plus populaires

Commentaires récents