4 février 2023
spot_img
AccueilMondeMunicipales en France : ultimes tractations en vue du second tour

Municipales en France : ultimes tractations en vue du second tour

COMMENTAIRE

Municipales en France : ultimes tractations en vue du second tour

Tractations et grandes manoeuvres en vue d’alliances se sont poursuivies mardi jusqu’à la dernière minute avant l’échéance du dépôt des listes pour le second tour des municipales, le 28 juin, qui sera précédé d’une campagne inédite à l’heure du coronavirus.

Fusionnées ou chacune fermement ancrée dans son couloir, les listes sont depuis mardi 18H00 en ordre de bataille dans les quelque 5.000 communes concernées par ce second tour, dont de nombreuses grandes villes.

La principale annonce est venue de Paris, où un accord de coalition a finalement été trouvé dans la nuit de lundi à mardi entre la maire socialiste Anne Hidalgo et les Verts emmenés par David Belliard.

« On a trouvé un accord sur les trois thèmes sur lesquels on travaillait depuis plusieurs jours: le projet, la gouvernance et les listes », a indiqué à l’AFP le directeur de campagne de la maire, Emmanuel Grégoire.

- Advertisement -

Cet accord place plus que jamais Anne Hidalgo en position de grande favorite face notamment à Rachida Dati (LR). La maire sortante était arrivée en tête du premier avec 29,3 % des voix alors que David Belliard quatrième, avait fait 10,8 %.

Pour le reste dans la capitale, les alliances sont à géométrie variable. Ainsi Mme Dati a-t-elle reçu l’appui de la maire du Ve arrondissement Florence Berthout, issue de rangs de LR mais ralliée pour ces municipales à… La République en marche.

Et si l’ex-LREM Cédric Villani, arrivé 5e au premier tour, n’a noué aucun accord global, il voit ses troupes fusionner avec la liste LREM dans le XIIe arrondissement.

Placée en position de faiblesse après un premier tour très délicat, La République en marche a penché à droite dans plusieurs villes.

C’est ainsi le cas à Strasbourg où Alain Fontanel (19,86 % au 1er tour) assurera la tête de la liste commune avec le candidat LR Jean-Philippe Vetter (18,2 %). A l’inverse la socialiste Catherine Trautmann (19,77 %) et l’écologiste Jeanne Barseghian (27,87 %) ne sont pas parvenues à se rassembler.

A Bordeaux, le candidat LREM Thomas Cazenave a formé une « coalition » avec le maire sortant LR Nicolas Florian, aux termes d’un accord signé lundi soir.

Et à Metz, le sénateur LR François Grosdidier, arrivé en tête au premier tour, s’est allié avec Béatrice Agamennone, ancienne référente En Marche de Moselle et ancienne adjointe du maire sortant PS.

Verrou du conseil scientifique

Comme à Rennes ou Nantes ce week-end, l’union entre la gauche et les écologistes s’est concrétisée à Toulouse. Contrairement aux villes de l’Ouest, dirigées par des maires PS, les socialistes se sont rangées derrière la bannière verte d’Antoine Maurice qui, grâce à ce rassemblement, peut espérer déloger le maire sortant LR Jean-Luc Moudenc.

La droite espère pourtant capitaliser sur son ancrage local, alors que la crise du coronavirus a mis les élus de terrain en première ligne.

Mais à Marseille, le camp LR est menacé après 25 ans de règne de Jean-Claude Gaudin. Il a échoué à se rassembler autour de Martine Vassal, arrivée juste derrière la candidate écologiste au premier tour et confrontée à la dissidence du sénateur Bruno Gilles.

A Biarritz, le maire sortant Michel Veunac (MoDem), en grande difficulté à l’issue du premier tour, a annoncé mardi son retrait. Quatre listes restent en lice dont celle de Maider Arosteguy (LR) qui avait pris la tête avec 31,46 % des voix, refusant toute alliance.

Quant au RN, il a déjà repris au premier tour huit des dix villes qu’il détenait mais n’en a pas remporté de nouvelles à ce stade. Et la partie n’est pas gagnée à Perpignan, où son candidat Louis Aliot est arrivé en tête mais se retrouve face à un front républicain constitué samedi au profit du maire LR sortant Jean-Marc Pujol.

La tenue de ce second tour, qui doit voir quelque 16 millions de personnes se déplacer aux urnes, est encore soumis à un ultime verrou: le conseil scientifique devra donner un nouvel avis sur les risques sanitaires autour du 13 juin.

Il s’agit aussi de parer à un nouvel effondrement de la participation. Celle-ci avait chuté à 44,6 % au premier tour, au tout début de la vague de Covid-19. Un assouplissement des procurations est envisagé.

La campagne officielle débutera le lundi 15 juin. Mais pas de meetings au programme, ni de porte-à-porte: les militants tractent dans les boîtes aux lettres et surtout s’activent sur internet.

Auteur
Avec AFP

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Camus a-t-il vraiment écrit qu’il fallait « fusiller Sartre » ?

À l’occasion de l’anniversaire de la mort d’Albert Camus (4 janvier 1960), je souhaiterais faire justice d’une mauvaise rumeur lancée il y a quelques...

Les plus populaires

Commentaires récents