24 février 2024
spot_img
AccueilPolitiqueOuld Kaddour : Après son désaveu, son mépris envers les institutions de l’Etat...

Ould Kaddour : Après son désaveu, son mépris envers les institutions de l’Etat (II)

DECRYPTAGE

Ould Kaddour : Après son désaveu, son mépris envers les institutions de l’Etat (II)

Une mise à l’écart de l’expertise interne en désalgérianisant progressivement le groupe et multipliant ainsi le partenariat à tous les niveaux. 

3 – Que constatons-nous aujourd’hui sur le terrain ?

En deux ans la fuite des cadres formés à coup de sueur du contribuable algérien est vertigineuse et plus grave au profit des multinationales. Total, s’est imposée sur des projets que l’expertise algérienne pourra prendre en charge sans aucune difficulté.

On n’est pas en Algérie  à la première unité pétrochimique pour craquer à la vapeur le naphta ou l’éthane pour produire l’éthylène ensuite le polymériser. Avec le même partenaire, il vient de reconduire un contrat « tout bénef »  sur 25 ans et sans aucun risque.

Le champ très connu par les équipes de Sonatrach est mis en association pour des broutilles de 85,236 millions de dollars pour Total 73,224 millions de dollars pour Repsol pour un investissement global de 324 millions d’un programme additionnel de recherche et d’exploitation.

La part de Sonatrach est évaluée à 165,54 millions de dollars. Tout cela est nécessaire pour faire quoi ? Le forage de 11 nouveaux puits, l’installation d’une unité de compression de basse pression en amont de l’usine, et en l’optimisation du réseau de surface et de fonctionnement de l’usine. Ce programme qui sera réalisé en engineering –Approvisionnement – Construction (EPC)  par les équipes de Sonatrach qui ont une connaissance parfaite du champ pour l’avoir exploité seules pendant près de 20 ans.

- Advertisement -

Il n’y a apparemment aucun apport technologique de ces associés à part ces petits montants sans importance puisqu’il s’agit uniquement de faire des forages et booster le gisement qui permettront sur une durée de 6 ans à maintenir la production actuelle du bloc 238 du vaste champ de TFT à 80 000 barils équivalent pétrole par jour représentant 3 milliards de m3.

Sonatrach qui acte pour le compte de toute la nation et qui se trouve actuellement en pleine crise de liquidité, perdra une partie importante de ce programme additionnel qui permettra également de récupérer les réserves en plus estimées à plus de 250 millions de baril équivalent pétrole dont 29,2 milliards de m3 standard de gaz sec.

Rappelons que la production de ce champ a démarré au rythme de 5 millions de m3 /j de gaz humide pour atteindre progressivement le débit nominal de 20 millions de m3/j, soit environ 7 milliards de m3 par an. 

Ce gaz humide est séparé en gaz sec, GPL et condensats dans l’usine d’extraction du champ, qui comprend deux trains de traitement identiques construits par Brown & Root avec la participation de plusieurs sociétés de service algériennes. Les condensats et les GPL sont ensuite transportés séparément jusqu’à la côte au rythme de respectivement 2800 tonnes/jour et 2600 tonnes/jour, le gaz naturel sec est, quant à lui, expédié dans le réseau de transport Sonatrach.

Les investissements déjà consentis pour le développement de ce gisement sont de 1,2 milliard de dollars et ont été fractionnés en deux phases.

La première a consisté en la mise en production du gisement le 18 mars 1999 et ce, par la réalisation de deux trains de traitement de 10 millions m3/j chacun, et de respectivement trois lignes d’expédition de gaz, de condensat et de GPL lancée en mai 2010, la seconde phase a vu la réalisation d’une station de boosting en vue de maintenir le plateau de production à 20 millions m3/j pendant cinq années.

Ce qui est en plus bizarre dans cette affaire est le fait que Total dans son communiqué  diffusé sur son site le 11 juin 2018 parle de prolongation de licence par Alnaft dont la presse algérienne n’a pas soufflé un mot comme si le PDG de Sonatrach la représente.

En tout cas, le résultat est là et s’annonce clair : on investit plus d’un milliard de dollars dans un tas de ferraille à l’étranger pour laisser filer ce qu’il y a entre nos mains.

Si plus précisément Total voulait un partenariat gagnant /gagnant, pourquoi n’irait-elle vers les quartzites de Hamra qui suscitent un grand intérêt pétrolier vu les quantités en hydrocarbures extraites et existantes au sein de cette formation ordovicienne. Sommes nous enfin en face d’un avant goût de cette stratégie SH2030 ?

R. R.

A suivre : Sonatrach a complètement abandonné l’activité recherche par la formation au profit de l’expertise étrangère  sur laquelle, elle s’est engagée envers l’Etat.

Auteur
Rabah Reghis

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici