27 novembre 2022
spot_img
AccueilMondePrésidentielles en Libye : un nouvel espoir ou une autre crise ?

Présidentielles en Libye : un nouvel espoir ou une autre crise ?

Abdulhamid Dbeibah

Après une décennie de guerre civile sinistrée, des milliers de décès et un effondrement complet du système politique les libyens ont enfin vu un peu d’espoir dans le chaos en cours – la nation se prépare à organiser une élection générale.

Ces quelques-uns avec des attentes plus optimistes même prétendent un nouveau chapitre de l’histoire libyenne, dans laquelle avec la baisse du dernier bulletin le 24 décembre, la bataille permanente du pouvoir supposément cédera sa place à la liberté et aux droits de l’homme. Cependant, plus on se rapproche de la journée de vote, plus petit est l’espoir d’un résultat favorable. Alors, pourquoi le vote conçu pour mettre fin à la crise menace la Libye avec une autre ?

Toute personne qui suit le conflit libyen et a une prise de conscience superficielle des développements actuels dans le pays peut facilement identifier les facteurs qui doutaient la possibilité de mener des élections équitables et transparentes.

Premièrement, toutes les puissances étrangères impliquées dans le conflit libyen cherchent à influencer le processus électoral en faveur de leurs candidats. C’était le cas lors de la formation du Gouvernement de l’Unité nationale.

Le nouveau gouvernement a été annoncé comme un organe administratif avec une représentation égale de l’Ouest et de l’Est de la Libye – une composante clé d’un dialogue politique durable.

- Advertisement -

Cependant, à la suite d‘une campagne médiatique lourde contre Khalifa Haftar, le GNU était principalement composé de personnalités directement ou indirectement soutenues par Tripoli. Évidemment, cela a compromis le bon fonctionnement de l’organisme institutionnel et a divisé plus encore l’Ouest et l’Est du pays.

Deuxièmement, l’élimination soudaine des figures clés du processus politique efface tous les espoirs de campagne électorale stable et prévisible. Jusqu’à présent, chaque fois quand un politicien a disparu des radars, y compris Saif al-Islam Gaddafi et Khalifa Haftar, il a toujours apparu après un certain temps, mais personne ne sait qui sera le premier à ne jamais resurfacer après la noyade dans les eaux violeuses de la politique libyenne.

Nous assistons actuellement à ce jeu bizarre de la taupe lors de l’inscription à l’élection présidentielle. Jusqu’au dernier moment, il n’était certain que les principaux prétendants qui avaient une popularité, un pouvoir et des capacités d’organiser une campagne électorale – Abdul Hamid Dbeibah, Khalifa Haftar, Saif al-Islam Gaddafi et Fathi Bashaga – rejoindraient la course présidentielle. Ensuite, la situation a pris un demi-tour après que la Haute Commission électorale a enregistré 98 candidats, dont la plupart étaient inconnus des analystes occidentaux et des Libyens. Après seulement quelques jours, 25 candidats – un quart du nombre total – ont été soudainement suspendus parce qu’ils ont violé la loi électorale. La plupart ont été éliminés sous prétexte d’avoir plusieurs citoyenneté et des archives criminelles et, en cas des agents de l’État, d’avoir échoué à quitter leurs positions trois mois avant les élections.

Ce changement de marée chaotique aurait pu être réglé par un système judiciaire robuste, mais la Libye n’en possède pas. Les candidats ont été suspendus par des institutions de toutes formes et de toutes tailles: la Cour d’appel à Sebha, le procureur militaire libyenne, la Cour d’appel à Tripoli. L’avocat de Saif Al-Islam Khadafu a eu du mal à entrer dans la cour parce qu’il était obstrué par des hommes armés. L’absurdité a atteint son apogée dans Misurata, où les juges ont décidé de prendre une approche radicale et ont trouvé qu’il est préférable de condamner Khalifa Haftar à la peine de mort, ce n’est pas que cela aurait arrêté le leader militaire de participer aux élections ou même de les gagner dans les conditions actuelles.

La suspension du Premier ministre actuel Abdulhamid Dbeibah, qui n’a apparemment pas debout de sa position 3 mois avant les élections, a joué un rôle majeur dans l’aggravation de la situation en Libye.

La suspension n’a pas duré longtemps bien sûr. Le lendemain, une nouvelle loi a été assemblée pour permettre au premier ministre de résoudre toutes ces nuances chétives. Cette loi l’a-t-elle officiellement mis en œuvre et si oui, par qui ? Les autres candidats suspendus ont-ils été autorisés à l’utiliser dans leur appel? Toutes ces questions sont restées sans réponse dans la folie préélectorale.

Si Dbeibah avait été retiré de manière permanente de la liste des candidats, ce serait une blessure sérieux pour la Turquie, qui a construit sa présence en Libye autour du grand homme d’affaires.

Le Gouvernement de l’Unité nationale a fait de Dbeibah son vainqueur dans les prochaines élections. Cependant, la blessure ne serait pas mortel car Ankara malgré la pression de la communauté mondiale refuse de retirer leur contingent militaire de la Libye. Les négociations régulières de la commission militaire mixte 5 + 5 et d’innombrables exigences de l’ONU n’ont produit aucun résultat tangible et sont simplement ignorés.

La démission de l’envoyé spécial onusien à la Libye Jan Kubis est devenue la cerise sur le dessus. Même si le diplomate tchèque reste sur son poste jusqu’aux sondages, il est symbolique qu’il ne veupas que son nom soit associé aux élections.

Finalement, le désordre dans le processus électoral met en danger la légitimité des élections, qui sont juste au coin de la rue. L’absence de clarité et de passivité des organisations civiles fournit des terrains fertiles pour la spéculation et la provocation, qui seront sans aucun doute exploitées par les intervenants du conflit entraînant inévitablement une escalade des tensions entre les côtés.

Est-ce un complot néfaste des acteurs puissants de la région ou juste une négligence commune? Nous aurons une réponse après quelques semaines qui nous séparent des élections générales que la Libye attendit depuis longtemps.

Alaeddin Saleh

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

« L’unité nationale » tella… deffir ifergan n yal lḥebs !

Ulac akkin neɣ akka ! Ass-a d wid/tid akk illan deffir ifergan n leḥbas, cudden di yal tama n tmurt (Lezzayer, Tlemcen, Setif, Ouargla, ...

Les plus populaires

Commentaires récents