4 février 2023
spot_img
AccueilChroniqueQue faire des Arabes de France ?

Que faire des Arabes de France ?

Zemmour

La France d’aujourd’hui a mal à ses Arabes. Ces émigrés, qui, selon certains, peinent à se dissoudre. Comme s’il s’agissait d’un cachet d’aspirine. De l’effervescence, des bulles et puis rien ! 

Des décennies durant, on a tenté de les dissimuler à défaut de ne pouvoir les assimiler. Maintenant, nous-dit-on, qu’ils sont trop bruyants, ostensibles, dévergondés, forts de leurs papiers, mais sans le cœur qui va avec, cette minorité, trop visible, serait à l’origine du déclin de la France !

Il faudrait s’arrêter rapidement à un paradoxe : l’essence de toute minorité est son invisibilité. Pourquoi donc, désigne-t-on l’immigration comme une entité visible ? Est-ce là, le signe d’un quelconque trouble collectif de la vision ? Un daltonisme monochromatique ? Peut-être que l’existence même de cette minorité, serait un outrage au désir d’uniformisme de certains et à leur fantasme du parfait glaçage ?

Que faire donc des Arabes de France ? Trois options : la soumission, la valise ou le cercueil ! C’est ce que proposent les partisans du tamis. C’est déjà une option de plus que ce qu’offrait, jadis, le PPA aux Pieds-Noirs d’Algérie ou, plus loin encore, les musulmans conquérants d’antan.
Quelle avancée ! Les « racailles » dans la vidéo qui a circulée dernièrement sur le net, et qui menaçait de liquider des Arabes est une conséquence directe du fielleux discours d’Eric Zemmour. Il a beau vouloir montrer patte blanche ou les excommunier, ces « loups solitaires » sont bel et bien ses brebis. Ils en portent la toison, braient à ses discours et éructent ses élucubrations.
On ne peut dissocier le pécheur du prêcheur. L’un est coupable de porter l’arme, l’autre de désigner les cibles. Les homélies du gourou Zemmour sont, en grande partie responsables des drames qui risquent de se produire dans un futur proche et pas qu’en France. Qu’est-ce qui distingue, finalement, le prédicateur Tariq Ramadan, du prêtre Zemmour ? Les deux ont des croyances meurtrières, s’estiment investis d’une mission et se rêvent en commandeur des croyants. Les deux pratiquent la « taqia », qui leur permet d’avancer des monstruosités avec le sourire ! L’un est utile à l’autre. En extrême symbiose.
Que faire alors de ces pestiférés d’Arabes ? Seraient-ils trop Arabes pour devenir Français ? Comment s’y prendre ? Suffit-il de leur changer de nom pour en faire des invisibles, les soumettre ? À y réfléchir, en quoi porter un nom arabe fait-il de quelqu’un, un traître à la nation ou une menace à l’ordre du monde ? En quoi le fait de changer de nom, garantirait l’allégeance à une cause, à un pays ? On peut bien s’appeler Carlos ou Yvan et menacer l’existence d’un État. On peut aussi s’appeler Mohamed ou Lassana et sauver des vies. On peut se prénommer Brigitte ou Françoise et plonger dans la pédophilie ou le deal, comme Assia ou Fatima peuvent devenir écrivaine ou médecin.

À quelques exceptions près, on ne change de nom que par peur. La peur de subir des préjudices. À Rome, on ne s’habillait comme les Romains, que pour éviter les sévices réservés aux barbares. « Speak withe », était le seul parler humain autorisé au temps des colonies et de l’apartheid. Plus les gens se sentent menacés et plus ils veulent vite changer, se transformer, se dissimuler, se désintégrer.

En revanche, plus un pays est démocratique et plus les gens qui y vivent se sentent libres de s’appeler Vladimir, Mourad ou Habsatou porter un smoking ou arborer un boubou.

- Advertisement -

Au début du siècle passé, les « ritals », comme on aime encore les appeler, fuyant la misère et la dictature, n’ont, pour la plupart, francisé leurs noms que pour pouvoir nourrir leurs enfants. Et dire qu’ils l’ont fait, par amour pour la France, n’est qu’à moitié vrai. Les Espagnols, les Polonais et les Portugais, sont aussi passés par la case railleries ou humiliations, même en s’appelant Gérard ou Patrick. Leurs noms de famille, trop exotiques, et leurs accents trop chantants, jouaient aux mouchards.

Les immigrants d’un pays tolérant, ne se sentiront jamais obligés de changer, ni leurs accents, ni leurs noms, ni même leurs accoutrements. En revanche, on observe une volonté d’invisibilité, dès qu’on se sent rejeté, discriminé, moqué ou menacé.

Beaucoup de migrants chrétiens subsahariens, font croire, qu’ils se sont convertis à l’islam, pour pouvoir vivre en paix en Afrique du Nord. Est-ce pour autant une preuve d’amour ou d’allégeance ? Ou est-ce, uniquement, un réflexe naturel de survie dans un environnement malveillant ?

Est-ce cela que désir les Zemmouriens ? Transformer la France en pays de la peur et de l’intolérance ? Veulent-ils la lisser de force, la brosser, lustrer, purger, purifier ? Si c’est l’allégeance du cœur qu’ils veulent, ils devraient savoir qu’elle ne s’obtient que par l’amour. Si c’est la valise, il faudra commencer à construire, comme au temps de la Reconquista, assez de galères pour déporter des millions de vies et d’histoires. Et si, par malheur, ce sont les cercueils, alors, il faudra creuser assez de tombes, pour cacher au monde, toutes les possibilités de génocides à venir.

Hebib Khalil
ARTICLES SIMILAIRES

8 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

Disparition de Me Djamel-Eddine Chaoui : Riposte internationale s’interroge

La disparition inexpliquée de Me Djamel Eddine Chaoui, avocat au barreau de Skikda a fait réagir l'ONG Riposte Internationale qui vient  de publier le...

Les plus populaires

Commentaires récents