30 novembre 2022
spot_img
Accueil360°Réduction de visas : Alger convoque l'ambassadeur de France et après ?

Réduction de visas : Alger convoque l’ambassadeur de France et après ?

CRISE

Réduction de visas : Alger convoque l’ambassadeur de France et après ?

Le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a convoqué, mercredi, l’ambassadeur de France en Algérie, « afin de lui notifier une protestation formelle du gouvernement algérien suite à une décision unilatérale du gouvernement français affectant la qualité et la fluidité de la circulation des ressortissants algériens à destination de la France », indique un communiqué du ministère.

Le torchon brûle-t-il entre Alger et Paris au sujet des visas ? Tout semble l’indiquer. Paris estime que les autorités algériennes ne jouent pas le jeu pour les expulsions de sans papier. Du coup, une décision a été rendue publique de réduire de 50% le nombre de visas prévus pour l’Algérie.

Du coup, ce mercredi l’ambassadeur de France à Alger a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères. « Le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a convoqué aujourd’hui, l’ambassadeur de France en Algérie pour lui notifier une protestation formelle du gouvernement algérien suite à une décision unilatérale du gouvernement français affectant la qualité et la fluidité de la circulation des ressortissants algérien à destination de la France », précise la même source.

« Cette décision qui est intervenue sans consultation préalable avec la partie algérienne comporte l’anomalie rédhibitoire d’avoir fait l’objet d’un tapage médiatique générateur de confusion et d’ambiguïté quant à ses motivations et à son champ d’application », lit-on dans le texte.

- Advertisement -

Le MAE fait remarquer que le SG du ministère « M. Rachid Chakib Kaid a mis en évidence la place centrale de l’élément humain dans la relation algéro-française et souligné la nécessité d’une gestion équilibrée, transparente et conforme aux instruments juridiques bilatéraux et universels du phénomène des mobilités des personnes, concluant que l’Algérie déplore cet acte malencontreux qui frappe de précarité et d’incertitude un domaine sensible de coopération postulant la confiance ainsi que le respect de la dignité des personnes humaines et des engagements pris par les deux gouvernements ».

Il est peu probable que les autorités algériennes aillent plus loin que cette convocation quand on sait son isolement et l’image peu reluisante qu’elles renvoient au vu de la situation exécrable des droits de l’homme

Le gouvernement français a décidé de durcir les conditions d’obtention des visas à l’égard de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc évoquant le « refus » des trois pays de délivrer les laisser-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France.

.

Auteur
L.M/APS

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Béjaïa : procès du caricaturiste Ghilas Aïnouche

La programmation du procès du caricaturiste Ghilas Aïnouche pour le mercredi, 30 novembre 2022, devant le tribunal criminel de première instance de Sidi Aïch,...

Les plus populaires

Commentaires récents