24 avril 2024
spot_img
AccueilIdéeRégnants du monde arabe, une décadence barbare

Régnants du monde arabe, une décadence barbare

COUP DE GRIFFE

Régnants du monde arabe, une décadence barbare

Je connais suffisamment la législation pour éviter de diffamer un chef d’État en exercice, surtout lorsqu’il est reconnu par les autorités françaises. Mais dans le cas de cet écrit, il suffit de s’en tenir aux faits pour engendrer le dégoût et la grande colère envers les familles régnantes arabes. Quant à la critique des dictatures, elle est libre.

Haya de Jordanie, fille de l’ancien roi-dictateur de Jordanie, attaque en justice Mohammed ben Rached al-Maktoum, Cheikh de Dubaï, son mari, un autre grand démocrate du monde arabe. Elle veut obtenir la garde de ses enfants et le poursuit auprès d’un tribunal de Londres.

Cette princesse milliardaire, sur le dos de la misère et de la sueur des populations de ces pays, se rappelle au souvenir du droit européen.

Elle qui a 45 ans s’était pourtant donnée à un Monsieur de 70 ans, avec plusieurs épouses officielles, trente enfants ainsi qu’une armée de maîtresses. Cette femme se revendique sans pudeur de la haute société mondiale et dépense en un voyage l’équivalent de dix ans de subsistance d’une centaine de villages de ces contrées. 

- Advertisement -

Barbares et traditionalistes pour brimer et spolier les peuples, jet set mondiale, Dior et milliards à l’extérieur, pour le prestige et le plaisir. Voilà ce que sont les hautes valeurs des régnants arabes et de leurs familles.

Le souverain accuse son épouse de l’avoir trompé avec son garde du corps. Elle soutient qu’elle fuit la tyrannie d’un homme qui la menace. Épouser l’émir de Dubaȉ, un homme de 70 ans avec un harem, c’est évidemment le bonheur sentimental, la douceur et la bienveillance qu’elle pensait obtenir. La pauvre s’est faite emprisonner dans un milieu dont elle n’attendait, bien entendu, ni la richesse ni le pouvoir mais un amour tendre et sincère de tous les moments.

Aujourd’hui, la princesse fait appel au droit anglais et à la probité de ses juges. Elle ne s’était jamais souciée de ce droit durant son enfance, avec son père, ni lorsqu’elle a choisi de rejoindre un harem pour sultan au pouvoir absolu.

J’en verserai presque une larme du malheur de cette femme qui est si raffinée et à l’éducation qui a été refusée à des millions de malheureux sous le joug de son père et de son mari.

Le droit, ils savent le rechercher pour leurs intérêts et le dénient pour les citoyens de leur pays. Pendant que les populations du monde arabe souffrent terriblement, ce monde clos est une immondice recouverte de diamants et de fastes qui se donne en un spectacle que s’arrachent les magazines à scandale, en papier glacé. 

Décidément le monde arabe, par l’image de ses dirigeants et familles, continue dans sa plongée profonde dans les abysses de l’humanité. 

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents