22 février 2024
spot_img
AccueilPolitique"Reste à payer..."

« Reste à payer… »

Affaire Salim Yezza

« Reste à payer… »

«Salim Yezza ne faisait l’objet d’aucun mandat, il n’est ni terroriste, ni trafiquant, ni criminel international », écrit un confrère. C’est peut-être là son seul tort.

Dans le pays où des ministres trafiquants, confondus dans des affaires de détournement d’argent public ou de fraude fiscale et de blanchiment d’argent par le biais de sociétés off-shore, se pavanent librement, dans ce pays décidément plus en plus perdu pour l’État de droit où l’incomparable Djamal Ould Abbès s’amuse à jouer au sénile publiquement, lui dont le fils avait été pris en flagrant délit de commerce de mandats de députés, Salim Yezza fait figure d’une étrange créature humanoïde qui s’occupe, le ballot, à oeuvrer pour des choses bizarres comme les droits de l’homme, l’égalité et j’en passe.

Le système algérien ne supporte pas ces énergumènes indifférents à l’enrichissement frauduleux et qui, plutôt que de se mettre au mode « trafic » persistent à défendre des valeurs surannées. Salim Yezza, citoyen de Tkout, est incarcéré selon des méthodes de l’ex-Stasi pour un délit étrange : il aurait pris part à une manoeuvre de déstabilisation de l’Etat en fomentant une manifestation subversive à Ghardaïa à partir … de Paris où il réside depuis près de dix ans. Ridicule !

- Advertisement -

En vérité, Salim Yezza traîne une vieille étiquette de « meneur de troupes » depuis les fameuses manifestations de Tkout déclenchées à la suite du meurtre du jeune Chouaïeb par l’agent communal Amar. Le lecteur trouvera ici deux extraits d’ouvrages sur ces évènements qui avaient défrayé la chronique en leur temps.

L’incarcération de Salim n’est-elle pas un « reste à payer » décidé par quelque têtes du régime parmi les plus haineux ?

Demain, Salim passe devant les juges. Que la raison l’emporte enfin sur la haine de l’Algérien. Laissez partir Salim Yezza !

Auteur
Mohamed Benchicou

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici