30 novembre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéRPK : halte à la politique de la terreur ! 

RPK : halte à la politique de la terreur ! 

DECLARATION

RPK : halte à la politique de la terreur ! 

Le climat de terreur que fait régner le pouvoir en Algérie et particulièrement en Kabylie s’aggrave de façon consternante. 

C’est une insécurité généralisée, un quotidien incertain à la merci de l’arbitraire qui vient se rajouter, si besoin est, aux épreuves déjà endurées par les citoyens, ayant subi coup sur coup la flambée épidémique du Covid19, les incendies meurtriers et la précarité sociale. 

Les intimidations, provocations, arrestations de masse, enlèvements et perquisitions musclées se multiplient, allant jusqu’à l’instauration d’un quasi état de siège de chefs-lieux comme Kherrata.

Parmi les dernières personnes arrêtées, monsieur Lahlou Bachakh, 70 ans, membre du RPK, citoyen paisible, respecté et bien connu d’Ath Ouarthilene, reclus à domicile depuis des mois pour raison de santé. 

- Advertisement -

Présenté devant la juridiction de Sidi M’hamed après 11 jours de détention provisoire, il vient d’être mis en mandat de dépôt, poursuivi pour de lourds chefs d’inculpation dont celui tombant sous le coup de l’article 87 bis. 

Le RPK dénonce vigoureusement l’arbitraire de son arrestation accompagnée de perquisition et le caractère fallacieux des accusations à son encontre. 

Le RPK dénonce également les vagues successives d’arrestations massives dont les dernières en date, celles de Abdenour Abdessalem, de Tahar Amichi et de plusieurs autres citoyens pacifistes. 

Le RPK exige la libération sans conditions de Lahlou Bachakh qui n’a usé que de son droit à l’expression d’une opinion politique ainsi que de tous les autres détenus ayant usé de ce même droit sur tout le territoire national . 

Où veut-on donc mener l’Algérie ? 

Que veut-on faire de la Kabylie ? 

Veut-on pousser à l’affrontement pour justifier l’intention criminelle de la qualifier de « région terroriste »? 

Veut-on encore une fois punir cette région et particulièrement la localité de Kherrata, cœur battant de la contestation démocratique, et la soumettre par cette politique de normalisation autoritaire, au pas de charge, dans un Etat d’exception qui ne dit pas son nom ? 

Veut-on créer des troubles et une grossière diversion pour des réequilibrages au sein du sérail ? 

Le RPK en appelle à la conscience de tout un chacun, pour que cesse cette dérive de la violence publique; la terreur et la répression ne peuvent être des moyens de gestion d’une société et ne mèneront qu’à la ruine et à la désolation. Les circonstances douloureuses actuelles, avec cette succession de tragédies, devraient commander plutôt à l’apaisement des tensions et à trouver des solutions pour accompagner les citoyens éprouvés par tous les drames vécus.

Et c’est dans ce climat de peur, de tension extrême, de répression massive, de prisons pleines et de traumatismes divers que des élections locales sont prévues, confirmant la fuite en avant des décideurs préoccupés seulement par leur agenda de reprise en main autoritaire du pays. 

Laissez donc la Kabylie se reconstruire en paix ! 

Laissez les Algériens décider librement de leur avenir !

Libération de tous les détenus politiques et d’opinion !

Le 17 septembre 2021

Pour le RPK /Malika Baraka 

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

« La Kaza blanche », le film documentaire sur la vie de Cheikh El Hasnaoui

Le film documentaire restituant le parcours du chanteur Cheikh El Hasnaoui sortira bientôt sur les écrans de télévision de l'île de la Réunion et...

Les plus populaires

Commentaires récents