19 juin 2024
spot_img
AccueilUncategorizedSorbonne : les militants pro-Gaza dispersés de force par la police

Sorbonne : les militants pro-Gaza dispersés de force par la police

Des militants pro-palestiniens qui s’étaient rassemblés lundi à l’intérieur (avec des tentes) et devant la Sorbonne à Paris ont été dispersés sans ménagement par les forces de l’ordre, quelques jours après une mobilisation pro-Gaza sous tension à Sciences Po Paris.

Une cinquantaine de manifestants ont été conduits à l’extérieur des locaux historiques de la Sorbonne, dans le Quartier Latin, encadrés par les forces de l’ordre, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Nous étions une cinquantaine de personnes quand les forces de l’ordre sont arrivées en courant à l’intérieur de la cour. L’évacuation a été assez brutale avec une dizaine de personnes traînées au sol. Il n’y a pas eu d’interpellations », a déclaré à l’AFP Rémi, 20 ans, étudiant en troisième année d’histoire et de géographie, qui faisait partie des manifestants délogés.

La préfecture de police a évoqué une « opération, qui a duré seulement quelques minutes » et « s’est faite dans le calme, sans incident ».

Le Premier ministre Gabriel Attal a « demandé que la Sorbonne soit évacuée rapidement », comme « il l’avait demandé pour Sciences Po vendredi », a fait savoir son entourage. « Il suit la situation de près, il est en lien avec la préfecture de police ».

- Advertisement -

La région Ile-de-France a annoncé lundi qu’elle « suspend(ait) » ses financements à destination de Sciences Po Paris, soit un million d’euros « prévu pour 2024 dans le cadre du CPER (contrat de plan État-région) », a précisé à l’AFP l’entourage de sa présidente Valérie Pécresse.

Concernant la Sorbonne, le rectorat de Paris a précisé à l’AFP que les cours reprendront mardi, après une fermeture de l’université lundi après-midi.

« Rejoignez-nous » 

Selon le rectorat, une trentaine de militants s’étaient rassemblés à l’intérieur de l’université, où neuf tentes ont été installées dans la cour et trois dans le hall, et un drapeau palestinien posé au sol. Selon un manifestant, les tentes étaient entre 20 et 30.

« Israël assassin, Sorbonne complice! » ou « Ne nous regardez pas, rejoignez-nous! » ont scandé des manifestants devant la Sorbonne, en présence notamment des députés LFI Louis Boyard, Thomas Portes et Rodrigo Arenas.

Un groupe de huit personnes du syndicat étudiant UNI (classé à droite) a brièvement déployé des affiches à l’effigie de Jean-Luc Mélenchon et Louis Boyard où l’on pouvait lire « Wokistes, islamogauchistes, stop! ».

La foule a atteint quelque 300 personnes en milieu d’après-midi, encadrées par la police. Les manifestants se sont dispersés vers 18H00, a constaté l’AFP.

« On est là suite à l’appel des étudiants de Harvard, Columbia », a déclaré à l’AFP Lorélia Fréjo, étudiante à Paris-1 et militante de l’organisation étudiante Le Poing Levé. « Après les actions à Sciences Po, on est là pour que ça continue ».

Les interventions policières dans ce lieu hautement symbolique des révoltes étudiantes sont rares. Celle-ci intervient quelques jours après les tensions survenues à Sciences Po Paris autour de la mobilisation d’une partie de ses étudiants emmenés par le Comité Palestine de l’établissement.

Ceux-ci se réclament des contestations qui agitent de prestigieux campus américains, provoquant un vif débat politique outre-atlantique.

A Saint-Etienne, une quinzaine d’étudiants pro-palestiniens bloquent depuis lundi matin le campus de Sciences Po Lyon, où ont été érigées des barrières de poubelles et une bannière « Stop au génocide à Gaza », a constaté l’AFP.

Appels à intensifier la mobilisation

Accusée par l’exécutif et les oppositions de droite de souffler sur les braises de la contestation, LFI a souhaité lundi que les mobilisations pour Gaza « prennent de l’ampleur » dans les universités et ailleurs.

Le syndicat lycéen USL a appelé les lycéens à la « mobilisation dans les établissements pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, la reconnaissance de l’Etat palestinien et l’arrêt de la colonisation ».

Ce week-end, des syndicats d’étudiants, comme l’Unef ou l’Union étudiante, avaient appelé à « intensifier dès lundi la mobilisation sur les lieux d’études ».

Les organisations de jeunesse favorables à la mobilisation pro-palestinienne se heurtent à la volonté du gouvernement de veiller à ce que le mouvement parti des Etats-Unis ne se propage à la France, alors que l’année universitaire touche à sa fin.

Avec AFP

1 COMMENTAIRE

  1. C’est tout de meme bizarre !!! SciencePo a porte’ plainte devant un Magistrat? Un Juge a-t-il statue’? Un chef de gouvernement peut faire taire des gens dans le metier est de faire usage de leurs tetes? Incroyable ! Je me souviens quand le barzidan de fransa ou son ministre de l’interieur/defense suggerait au dictateur tunisien evacue’, de faire usage du Crachat !!! Pas dans les Campus Americains !!!
    Ah la realite’ quand tu les prend d’en-bas.
    Al jacobinisme de France.
    J’ai reguarde le bla bla bla de melencochon et 2 questions d’etudiants, dont le 1er etait un balestinien, je ne sais quel degre’ de parente’ avec abbas et boursier d’ou – probablement d’Alger… Passons ces secrets, l' »ETUDIANT » a SciencePo, pose sa Guestion EN ANGLAIS, SVP !
    Quelle maniere de dire VOUS NE COMPTEZ PAS !!! Je suis ici parce que je peux payer et pour les coquinettes !!!
    Mais personne ne lui a demande’ pourquoi n’etait-il pas a gaza ??? ou a Teheran !!!!

    Voici comment guerir la fransa de ses maux: Salam alikoom, how are you?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents