26 novembre 2022
spot_img
AccueilA la uneStade de Tizi-Ouzou, une bataille sans nom

Stade de Tizi-Ouzou, une bataille sans nom

 

Stade de Tizi-Ouzou

Je lis, pour la première fois, des protestations contre le refus de nommer ce stade du nom de Matoub Lounes. Et que des âmes mal intentionnées, que je pensais être les autorités publiques (on m’en a soufflé la raison) voudraient imposer des noms peu recommandables.

La chose était tout à fait plausible et je ne m’en suis pas étonné, par expérience d’un pays entièrement livré à des pulsions autoritaires et de propagande.

Alors, mon soutien a été immédiat pour le nom de Matoub Lounes dont je ne voyais pas ce qui pouvait s’y opposer. Mais après tous les soutiens du début à ma position, une voix dissonante s’est fait entendre, suivie d’autres de même nature.

L’autre son de cloche

- Advertisement -

Voici le texte dont je reporte les propos avec fidélité et sur lequel je ne porte aucun jugement ni ne valide l’accusation ou la réfute. C’est juste que ce message d’une résidente en Kabylie me réveille à la réalité, la polémique est basée sur des arguments bien plus diverses et complexes.

« Boumediene Sid Lakhdar, vous proposez Matoub Lounès car je pense que vous aimez ce côté rebelle qui vous ressemble. Mais soyons sérieux et objectif, je pense que Abane Ramdane ou Krim Belkacem ou Mouloud Mammeri. Ou même Hocine ait Ahmed serait un choix plus objectif.

Pour les personnes qui le connaissaient Matoub Lounes était un homme avec peu de personnalité, sur les bords, raciste et qui cherchait à diviser le peuple algérien.
Certes, son combat politique est louable mais ce n’est pas suffisant.
En ces temps de trouble et de division, le peuple algérien a besoin de symboles forts qui unissent et apaisent ».

Dès lors, la polémique prend un tout autre sens quelle que soit la vérité des uns et des autres. Je serais inconscient de refaire la même erreur en intervenant de nouveau avec mon opinion.

Alors, je sors du débat pour aborder une autre question, légitime et pleine de sens, je le crois.

Quel usage pour le nom d’un stade ?

L’origine du mot stade est à rechercher dans les connaissances de notre enfance, à l’école. C’est une mesure grecque de distance représentant un certain nombre de pas. Le stade avoisine 180 mètres de nos jours.

Les stades, pendant la période antique grecque et romaine, à l’équivalent des amphithéâtres pour la culture, étaient des lieux de jeux que l’on qualifie aujourd’hui d’athlétisme ainsi que des sports de combat.

Alors, tout naturellement découle l’idée que le nom d’un stade devrait être en cohérence avec le sport. Le nom du stade de Tizi Ouzou devrait donc, selon cette vision, porter le nom d’un grand sportif ou d’un personnage ayant promu ou dirigé une activité sportive.

C’est un réflexe de pensée qui me semble logique mais qui, cependant, n’est pas la majorité des usages, loin de là. Cela semble se confirmer pour le stade de Tizi-Ouzou vu l’absence (ou la grande minorité) de ces noms d’origine sportive dans les propositions que j’ai eu à lire. Il faut de nouveau retourner aux racines antiques pour recherche d’autres options.

Cette première constatation est en fait involontairement conforme à la signification de la naissance du concept des stades. Car nous devons éviter l’anachronisme qui est toujours en embuscade lorsqu’il y a évocation du passé. Ainsi nous nous apercevons que notre regard contemporain sur les stades antiques ne correspond pas tout à fait à son objectif de l’époque.

Les jeux et les joutes étaient, chez les Grecs, le moyen de vouer un culte à la virilité du combat, de la compétition. C’était la manifestation de  la force guerrière d’un peuple conquérant.

Ainsi, contrairement à l’idée édulcorée que nous avons de la civilisation grecque, probablement par l’héritage que nous ont laissé les philosophes, les astronomes, les médecins et les architectes, la civilisation grecque était entièrement au service du culte de la guerre, de la puissance, de la pureté de la race et de la conquête des territoires pour soumission des peuples.

Et c’est là où nous pouvons paradoxalement rejoindre les Grecs ou les romains sans en avoir une doctrine aussi barbare.

En effet, un stade reste une glorification, un hymne à la grandeur d’une population, un hommage à ses constructeurs et donc aux citoyens. De même que les noms des dieux avaient   été privilégiés par les civilisations antiques ou les noms des empereurs et rois bâtisseurs.

Dans notre vision contemporaine, nous avons de grands hommes et assez de femmes méritantes et prestigieuses pour baptiser de leur noms un lieu d’hommage à la communion populaire et républicaine.

N’est-ce pas le cas des écoles et bibliothèques ? Le sport n’est-il pas, avant tout, un outil pédagogique pour la construction de la citoyenneté et de la fraternité ? Ces illustres hommes et femmes, ne pourraient-ils pas honorer de leurs noms de tels lieux.

Enfin, en corolaire de ce second point, l’usage antique avait souvent été d’honorer le lieu du stade, soit une ville, une région. Les célébrissimes stades, Maracana ou Wembley et bien d’autres, portent le nom d’un quartier de la ville. N’est-ce pas honorer un lieu et ses citoyens ? Le stade de France, ou de St Denis, n’est-ce pas le projet de sortir la Seine Saint Denis de son statut de banlieue pauvre et parfois hors des standards de l’Ile de France, du point de vue urbain comme de la sociologie des populations ?

Alors, pourquoi pas ce choix pour celui de Tizi Ouzou ? Tout cela n’est bien entendu qu’un plaidoyer pour expliquer la diversité des possibles.

L’important est avant tout que le choix, même s’il a un temps divisé et provoqué des rancœurs, soit, au final, accepté par tous comme honorable. Que ce lieu soit dédié au sport, à la culture ou à l’instruction, il importe qu’il honore l’humanité.

Et bien que cela ne soit pas ma première position naturelle, je conçois que ce choix puisse être la marque de la région. Car la personnalité, le sportif, l’intellectuel, le militant politique qui aura cet honneur participera en retour à honorer l’Algérie entière.

En conclusion, tous ceux qui ont déjà lu mes écrits lorsque je parle de ce sujet concernant le football, devinent ma pensée et ma déclaration.

Quel que soit le choix du nom du stade, Oran donnera une raclée royale à la JSK, à la hauteur de la majesté de ce lieu.

Boumédiene Sid Lakhdar, enseignant

ARTICLES SIMILAIRES

7 Commentaires

  1. Lakhdar, j’appréciais beaucoup vos écrits mais là vraiment vous êtes décevant. Une personne qui vous écrit  » Matoub est avec peu de personnalité, sur les bords, raciste et qui cherchait à diviser le peuple algérien » ne peut être qu’un agent des Services du DRS. Matoub est adulé dans toute la Kabylie et bien au-delà. Son combat est des plus nobles et des plus justes. Le traiter de « raciste » est une ignominie nauséabonde. Ses nombreuses interventions publiques montrent un homme sincère, humble, courageux qui défend son identité spoliée par un régime fasciste. Il y a plus de lieux publics à l’étranger qui portent le nom de Matoub Lounes qu’en Algérie.
    A ces frustrés anti-kabyles, il faut leur poser la question sur le nombre de rues en Algérie, en dehors de la Kabylie, qui portent le nom de Krim Belkacem, seul signataire algérien des Accords d’Evian.
    Il y a des sportifs kabyles qui se sont illustrés comme Cherif Hamia (champion d’Europe de boxe), Loucif Hamani (champion d’Afrique de boxe). Mais un stade c’est un lieu d’abord pour les jeunes et l’écrasante majorité des Kabyles adorent Matoub. Les raisons avancées par ses détracteurs ne trompent pas; ces personnes s’opposent à l’identité kabyle et amazigh en général. Ils savent que les Kabyles ne lâcheront rien de leur identité.
    Quant à votre clin d’oeil chauvin au MCO, la JSK se fera un plaisir de lui administrer une défaite cuisante dans ce nouveau stade. Amicalement.

  2. Plutôt que de se perdre en polémiques stériles, il me semble que donner un nom à un stade de football ne devrait pas poser problème en raison de l’Histoire du sport en Kabylie et de l’apport des joueurs du club phare de la région au combat libérateur.
    Combien de chouhada, combien de survivants ont honoré leur Algérie natale en donnant leurs vies ou en versant leur sang pour elle ?
    Dans un souci d’équité, il convient à mon sens d’honorer tous ceux qui ont contribué à faire de Tizi Ouzou et de la JSK une légende africaine.
    Je pense avec émotion à tous ceux qui, durant la lutte de libération, sont tombés les armes à la main, et aussi à ceux qui ont créé le mythe d’un club souverain, à cet encadrement dévoué dont certains membres ne sont plus.
    Qu’il me soit permis de citer nos chers disparus, Abdelkader Khalef, Boussad Benkaci, Hadj Arezki Oumnia, mais surtout les joueurs disparus, les frères Cherrak, les frères Koufi et parmi eux Arezki trop vite parti, avec une mention particulière à Dhadda Amar Haouchine qui, à quarante passés a guidé ses jeunes coéquipiers vers les sommets.
    Le choix est large, et le principe est intangible, une enceinte sportive doit porter le nom d’un sportif.
    Il est temps pour la Kabylie de panser ses plaies et d’envisager l’avenir sur le terrain des combats d’idées pour une Algérie plurielle, libre et démocratique.

  3. @ Mohand dziri, « une enceinte sportive doit porter le nom d’un sportif » dites-vous, juste pour la Kabylie et Tizi ouzou alors.
    Que dites vous: des stades suivant: 5 juillet/ 20 août / Messaoud Zeggar / de l’unité africaine / du Maghreb ARABE/24 février 1956/ Kaid Ahmed/ Rabah bitat/ chabou/ ….. ou voyez-vous un sportif dans l’appellation de tous ces stades.
    C’est à la Kabylie et à ses citoyens et a nul autre de décider du nom de son stade.

  4. Les accusations de racisme envers Lounes Matoub n’ajoutent pas grand chose à la conviction, la certitude plutôt que beaucoup d’arabophones sont perdus pour le concept de cité, pour l’Occident, depuis au moins l’époque turque. Est-ce du racisme de le dire, de l’écrire ? Nous l’avons vu à la première occasions qui s’est présentés, en direct, en 1991. C’est un constat. Est-ce du racisme de dire que cette fracture (que l’école algérienne, l’état algérien en totalité, tente de combler « à sa façon ») fait de nous deux peuples aussi distincts que l’étaient la Perse vis à vis de Grecs. Est-ce du racisme que de rejeter l’islam, la langue arabe ?
    Quant au stade, tout le monde sait que le vrai problème c’est l’Algérie elle même. C’est son ADN depuis l’utérus de casser des oeufs avec un marteau. Ce sont ses méthodes de mobiliser ses sukhois pour intimider, contrarier la moindre initiative saine dans le pays. Est-ce déraisonnable de nommer le stade ou évolue la JSK du nom que proposent ses supporter ?

  5. Nommer le stade -SGK-« Stade de la Grande Kabylie ».
    Grande Kabylie englobe tout le monde et toutes les regions.

    En arabe il sera  » mal3ab Sari3 el Kawakib » comme jadis, si vous vous rappelez ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le pétrole frôle son plus bas niveau depuis janvier

Les cours du pétrole sont restés en marche arrière vendredi, toujours asphyxiés par la perspective d'un reflux de la demande. Le prix du baril de...

Les plus populaires

Commentaires récents