30 mars 2023
spot_img
AccueilCommuniquéTalaie El Hourriyet interdit par les autorités de tenir son comité central

Talaie El Hourriyet interdit par les autorités de tenir son comité central

EXPRESS

Talaie El Hourriyet interdit par les autorités de tenir son comité central

Talaie El Hourriyet qui se préparait à tenir, jeudi 28 février courant, la 7e session ordinaire de son comité central, prévue de longue date et qui avait réservé la salle de la « coopérative des matériaux de construction » de Zeralda et déposé à cet effet, conformément à la législation en vigueur, une demande d’autorisation adressé au wali d’Alger, en date du 13 février, soit 15 jours avant la date arrêtée pour la tenue de cette session a reçu, ce jour 26 février, soit 48 heures seulement avant la réunion, une communication téléphonique d’un fonctionnaire de la DRAG l’informant que le site avait été réquisitionné par la wilaya d’Alger.

Talaie EL Hourriyet s’étonne, d’abord, qu’une telle demande pour une réunion statutaire d’un parti politique agréé puisse prendre autant de temps. Il dénonce, vigoureusement   ce dépassement inadmissible et prend à témoin l’opinion public pour cet abus de pouvoir caractérisé.

Le fait que la wilaya d’Alger ne daigne pas répondre officiellement, par écrit à une demande faite en bonne et due forme et en soit significatif d’un manque de considération vis-à-vis des partis politiques de l’opposition

- Advertisement -

Pour Talaie El Hourriyet, cet abus de pouvoir engage la responsabilité du Ministre de l’Intérieur, tout comme il témoigne  d’une volonté d’obstruction des activités d’un parti d’opposition. En agissant ainsi, le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales se départit de sa qualité de Ministre de la République qui lui impose la neutralité pour se mettre au service d’un candidat et des seuls partis politiques de l’alliance présidentielle.

 

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

17 ex-détenus d’opinion condamnés à un an de prison ferme

La cour d'Alger a confirmé la peine prononcée en première instance à l'encontre des 17 ex-détenus d'opinion. Ils sont condamnés à un an de...

L’ISTN de Rachid Nekkaz levée

Les plus populaires

Commentaires récents