7 octobre 2022
spot_img
AccueilMondeTchad : la junte militaire signe un accord avec des rebelles

Tchad : la junte militaire signe un accord avec des rebelles

Tchad

Il aura fallu cinq mois, mais c’est désormais chose faite : le président tchadien de transition Mahamat Idriss Déby et plusieurs groupes rebelles sont finalement parvenus à un accord à Doha.

Le texte a été signé ce lundi matin 8 août à Doha, et doit permettre la participation des politico-militaires au dialogue national inclusif du 20 août. La communauté internationale a salué ce texte, « un moment clé pour le peuple tchadien », selon le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Lechef de la junte au Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a signé lundi 8 août au Qatar un accord avec une quarantaine de factions rebelles sur l’ouverture d’un dialogue national pour la paix le 20 août à N’Djamena, auquel deux des principaux mouvements rebelles ont refusé de participer.

L’accord prévoit tout d’abord un cessez-le-feu général dès sa signature. Il engage le camp des rebelles, et le Conseil militaire de transition, à ne mener aucune action militaire l’un contre l’autre. Les parties doivent aussi dérouler un programme DDR, pour « Désarmement, démobilisation et réinsertion ».

- Advertisement -

Une loi d’amnistie en faveur des rebelles condamnés est également prévue, et la sécurité des éléments des groupes armés et de leurs proches est garantie par les autorités tchadiennes.

En retour, les groupes politico-militaires doivent renoncer définitivement à la lutte armée et aux actions violentes. Ils s’engagent à cesser tout recrutement de nouveaux combattants, et à déclarer leurs effectifs et leur armement. Chaque partie promet de libérer les prisonniers capturés dans les divers affrontements.

L’accord prévoit enfin du dialogue national, qui portera notamment sur la réforme de l’armée et la révision de la charte de transition, ainsi que la non-participation des membres de la transition aux prochaines élections.

La réaction des groupes politico-militaires

Les politico-militaires ont réagi après cette annonce. Mahamat Nouri, leader de l’Union des forces pour la démocratie et le développement, se félicite ainsi d’une signature qui met fin à cinq mois de pourparlers. « Cinq mois, ce n’est pas beaucoup, pour le problème tchadien qui représente 59 ans d’instabilité politique. Nous nous acheminons vers la paix, vers un accord, pour permettre aux politico-militaires de participer au dialogue national inclusif qui va se tenir bientôt à N’Djamena. »

D’autres groupes ont refusé de signer l’accord. C’est le cas du FACT, responsable de l’offensive ayant provoqué la mort de l’ex-président Idriss Déby Itno en avril 2021. « Le FACT rejette cet accord qui, en réalité, ne prend pas en compte nos revendications, explique Issa Ahamat porte-parole du FACT. Entre autres, la libération de nos prisonniers à compter de la signature de l’accord, la parité des délégués au dialogue national inclusif et souverain (DNIS). Cependant, ça ne veut pas dire que nous coupons les ponts avec la négociation. Nous restons disponibles pour négocier et pour résoudre la question tchadienne par le dialogue. »

« La non-implication du FACT fait peser une menace d’instabilité sur l’ensemble du processus »

Parmi les formations politico-militaires qui n’ont pas signé l’accord de Doha, figure le FACT, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, l’un des principaux groupes rebelles, encore très actif. Hoinathy Remadji, chercheur à l’Institut d’études et de sécurité, joint par Claire Fages.

RFI: Quelle est, selon vous, la conséquence de cette absence du FACT ?

Hoinathy Remadji : Cela veut dire que le cessez-le-feu ne sera pas général. Le cessez-le-feu ne sera qu’entre les groupes qui ont signé l’accord. Et si on regarde un peu les derniers faits liés à l’action des mouvements politico-militaires sur le terrain, au Tchad, le FACT fait quand même partie des groupes les plus présents et les plus visibles sur le terrain, en termes d’opposition directe à l’armée tchadienne. Donc, je pense que, même si la non-implication du FACT dans la signature de cet accord ne va pas empêcher le dialogue de se tenir, cette non-implication fait quand même peser sur l’ensemble du processus des menaces d’instabilité et d’actions militaires larvées sur certaines parties du territoire tchadien.

Qu’est-ce qui fait que le FACT n’a pas signé ?

Les éléments de blocage, c’est dans une certaine mesure la question de la parité des délégués au dialogue national inclusif : qu’il y ait autant de représentants ou de partisans du CNT (Conseil national de transition) et d’autres représentants des partis politiques, de la société civile et des politico-militaires.

Il y a aussi la demande du FACT qui consistait à la mise en place d’une nouvelle Commission d’organisation du dialogue national inclusif (CODNI). Je pense que cette demande est relativement difficile en ce sens que la date du dialogue a été annoncée, qu’il y a un travail préparatoire qui a déjà été réalisé et donc je pense que ça reste simplement une demande à laquelle, aujourd’hui, le gouvernement ne pourrait pas accéder.

Je pense également qu’un autre point d’achoppement, c’est celui de la libération des prisonniers du FACT dont certains seraient encore détenus par le gouvernement de transition.

Il reste encore quelques jours. N’y a-t-il aucune chance qu’ils participent à ce dialogue ?

Il reste quelques jours, mais souvenez-vous qu’avant ces quelques jours, il y a eu cinq mois. Si en cinq mois, aucun accord n’a pu être trouvé pour que ce groupe continue de participer à la discussion, pour quelques jours, nous restons bien pessimistes. Je pense aussi que, pour le gouvernement, la signature de l’accord, du moins de manière officielle, est dans une certaine mesure la clôture des discussions de Doha qui était ouverte pour discuter avec les politico-militaires. Et après la signature de cet accord, je pense que le gouvernement va avancer vers l’étape suivante qui est l’organisation du dialogue. Donc, dans ces conditions, il y a beaucoup de doutes quant à la possibilité pour le FACT de participer encore à ce dialogue.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le cas de FormulaTV de David Kezerashvili : la liberté de la presse sous pression en Géorgie

  Le 3 mai 2022, sortait l'Index de la Liberté de la Presse dans le monde, selon Reporters sans Frontières. Le recul le plus spectaculaire...

Les plus populaires

Commentaires récents