22 juillet 2024
spot_img
AccueilMondeTurquie : nouvelle vague d’arrestations après l'attentat d'Ankara

Turquie : nouvelle vague d’arrestations après l’attentat d’Ankara

PKK
Les positions du PKK ont été bombardées par l’aviation turque.

La police turque a arrêté plus de 1 000 personnes lors de raids dans toute la Turquie mardi, dans le cadre d’une nouvelle vague de répression après un attentat suicide à Ankara perpétré par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit par les autorités turques.

C’est classique en Turquie : dès qu’il y a un attentat, on assiste à une impressionnante vague d’arrestations. Ainsi environ 90 personnes ont été arrêtées dans 18 provinces du pays à cause de leurs liens présumés avec le PKK. Le ministre de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, a signalé que 928 autres personnes soupçonnées de détenir des armes à feu sans licence ou d’être liées à la contrebande d’armes à feu ont été arrêtées au cours de l’opération, et que plus de 840 armes ont été confisquées.

Un kamikaze du PKK s’est fait exploser près de l’entrée du ministère de l’Intérieur dimanche, quelques heures avant que le président, Recep Tayyip Erdogan, ne s’adresse au Parlement à son retour des vacances d’été. Un deuxième kamikaze a été tué lors d’une fusillade avec la police.

Deux policiers ont été légèrement blessés dans l’attentat. Les kamikazes sont arrivés sur les lieux à bord d’un véhicule dont ils se sont emparés, après avoir abattu un vétérinaire d’une balle dans la tête de la ville de Kayseri, dans le centre de la Turquie.

Quelques heures plus tard, Ankara a lancé des frappes aériennes sur des cibles de combattants kurdes dans le nord de l’Irak, où la direction du PKK est basée. Le ministère de la Défense a déclaré qu’un grand nombre de militants avaient été tués lors de ces frappes.

- Advertisement -

Parmi les personnes arrêtées lors de la répression de mardi figure Aysenur Arslan, 73 ans, une présentatrice de journaux télévisés qui a remis en question les détails du récit officiel de l’attaque contre la chaîne d’opposition Halk TV. Arslan a été arrêtée à son domicile après que les procureurs l’ont accusée de propager la «propagande terroriste» et de faire «l’éloge des activités criminelles».

Condamnation exigée

Plusieurs membres du parti démocratique populaire pro-kurde, qui s’est présenté sous la bannière du parti de la gauche écologiste lors des élections générales, figurent également parmi les personnes arrêtées.

Erdogan a déclaré mardi qu’il attendait davantage de soutien de la part de ses alliés dans le cadre de la campagne antiterroriste menée par la Turquie. «Nous voulons voir des mesures concrètes de la part de nos amis en plus des messages de condamnation», a précisé Erdogan lors de la cérémonie d’ouverture d’un siège du Conseil d’État à Ankara.

«Ils devraient savoir que les déclarations qui condamnent le terrorisme et nous consolent ne guériront pas nos blessures», a-t-il ajouté.

Le PKK est considéré comme un groupe terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux. Le groupe mène depuis 1984 une insurrection qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes en Turquie. Une série d’opérations militaires turques a repoussé le groupe en Irak.

Avec AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Ca sent le fumier cette histoire! Un truc du regimed’Ankara colle aux separaratistes du PKK et voila, la chasses aux  » chiens enrages » est ouverte. Deja vu!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents