19 juillet 2024
spot_img
AccueilA la uneUn an de prison requis contre Me Sofiane Ouali

Un an de prison requis contre Me Sofiane Ouali

Me Sofiane Ouali
Me Sofiane Ouali paye son indépendance.

A peine croyable dans une république qui se respecte. Mais rien d’étonnant en Algérie de Tebboune-Chanegriha. Un avocat, Me Sofiane Ouali vient d’essuyer une lourde réquisition : un an de prison.

Le parquet près le tribunal de Béjaia a requis aujourd’hui, 5 novembre, un an de prison ferme à l’encontre de l’avocat et le membre du collectif de défense des détenus d’opinion, Me Sofiane Ouali. Le verdict est attendu pour le 26 novembre, nous apprend le Comité national pour la libération des détenus (Cnld).

Me Sofiane Ouali a écrit sur sa page Facebook : « Je suis avocat défenseur des Droits humains et personne n’a ni le droit ni le pouvoir pour m’arrêter dans l’accomplissement de ma noble mission. Mon État, ma loi nationale et la loi internationale sont là pour me protéger. Arrêtez vos intimidations ! ».

Militant des droits humains très engagé auprès des détenus d’opinion, Me Sofiane Ouali a été interrogé le 13 septembre dernier sur deux affaires liées à son travail par la brigade spéciale de la cybercriminalité près de la sûreté de wilaya de Béjaïa. Ce qui est considéré comme une violation du droit à la défense, estime le Cnld.

Les condamnations arbitraires d’Algériens continuent

- Advertisement -

Auparavant l’avocat avait fait déjà l’objet le 2 août de menaces de la part du procureur près le tribunal de Béjaïa lorsqu’il s’est constitué dans le dossier de l’universitaire Mira Moknache lié à la présence de cette dernière à Toudja pour le recueillement à la mémoire des victimes décédées dans les incendies ravageurs ayants touchés la région.

La machine judiciaire s’est s’ébranlée contre cet avocat pour le faire renoncer manifestement à ses engagements. Depuis que la répression s’abat sur les Algériens, il ne reste qu’une poignée d’avocats déterminés à défendre les victimes de la répression.

Près de 200 détenus d’opinion croupissent dans les prisons. Un triste bilan d’un régime qui se piquent de respecter la Constitution et les droits humains.

Sofiane Ayache

2 Commentaires

  1. Une injustice inqualifiable Par une justice illégitime.
    Le pouvoir mène un combat sur tout les fronts contre la moindre résistance populaire en attendant une Bonne partie des Algériens se solidarisent pour les autres..
    A mon avis c’est plus simple pour certains algériens de se solidariser pour les autres car sans risques pour eux que défendre les siens chez eux par peur de la répression et de l’emprisonnement.
    Quel courage !!!!
    Affligeant.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents