19 mai 2024
spot_img
Accueil360°Un brûleur de Coran arrêté en Norvège

Un brûleur de Coran arrêté en Norvège

Un réfugié irakien en Suède qui a suscité l’indignation internationale en profanant à plusieurs reprises le Coran l’année dernière a été arrêté en Norvège et risque désormais d’être expulsé vers la Suède, selon des documents judiciaires consultés jeudi par l’AFP.

Salwan Momika, un chrétien irakien qui a brûlé des exemplaires du Coran lors de plusieurs manifestations en Suède au cours de l’été, a déclaré la semaine dernière à l’AFP qu’il avait quitté la Suède pour la Norvège, où il envisageait de demander l’asile.

Selon une décision du tribunal de district d’Oslo, Momika a été arrêté le 28 mars, un jour après son arrivée.

Après une audience le 30 mars, le tribunal a décidé de maintenir Momika en détention pendant quatre semaines, dans l’attente d’une probable demande de la Direction norvégienne de l’immigration (UDI) vers la Suède visant son retour, conformément à la législation de l’UE.

Dans la décision du tribunal, il est indiqué qu’« une expulsion aura lieu dès que les dispositions formelles et pratiques seront en place ».

- Advertisement -

La police avait demandé qu’il soit détenu entre-temps, citant la loi du pays sur l’immigration lorsqu’on peut supposer qu’un ressortissant étranger tentera de se soustraire à l’exécution d’une décision lui demandant de quitter le pays.

Les incendies du Coran de Momika ont suscité une indignation et une condamnation généralisées dans les pays musulmans.

Des manifestants irakiens ont pris d’assaut l’ambassade de Suède à Bagdad à deux reprises en juillet, déclenchant des incendies dans l’enceinte la deuxième fois.

Le gouvernement suédois a condamné les profanations du Coran mais a souligné les lois du pays concernant la liberté d’expression et de réunion.

Les services de renseignement suédois ont augmenté leur niveau d’alerte terroriste à la mi-août à quatre sur une échelle de cinq, après que les réactions de colère aient fait du pays une « cible prioritaire ».

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents