12 juin 2024
spot_img
AccueilChroniqueUn chahut de gamins…dites-vous ?

Un chahut de gamins…dites-vous ?

Lettre de Médéa

Un chahut de gamins…dites-vous ?

« L’ignorance est toujours prête à dénigrer le savoir qui doute à la vue des difficultés, et la sottise est très disposée à louer les difficultés vaincues ». Pierre-Jules Stahl, « Les pensées et réflexions diverses » (1841)

Alors que les signes cliniques de sa déchéance physique et mentale se font violence, présentement il est hospitalisé à Genève , ses audiences de dignitaires étrangers reportées sine die, voilà que les pathétiques images des sorties d’un impotent président, octogénaire de son état, loin, très loin des réalités du pays, s’apparentant beaucoup plus à un parcours du combattant avec tous ses peines et ses larmes et illustrant sa profonde décrépitude.

Voilà que des brigands oligarques et d’obscures décideurs de l’ombre veulent à tout prix nous l’imposer, encore une fois, comme l’homme idoine pour projeter ce grand pays qu’est le nôtre vers un futur radieux. N’a-t-il pas promis par le passé de faire le bonheur de tout un peuple ? Oui, une parfaite réussite du bonheur d’être triste dans un pays aussi riche que le nôtre.

Un futur du reste, déjà très sérieusement hypothéqué après 20 ans de règne sans partage, point d’institution de contrôle des deniers publics, point de salut pour les chômeurs, point d’usines et de force ouvrières , point de santé et encore moins d’hôpitaux dignes de ce nom pour les malades , point d’indépendance de la justice et point d’éducation qualitative pour nos enfants.

- Advertisement -

La gabegie de plus de mille milliards de dollars a fini par engendrer tant de bouleversements et de maux sociaux, finissant par larguer à vau-l’eau toute morale et pudeur publique de l’état-nation, enfonçant chaque jour que Dieu fait son vague à l’âme, poussant bon nombre de nos intellectuels à aller monnayer leurs talents et leurs savoirs sous d’autres cieux plus cléments, des boat-peoples de la honte, remplie de jeunes, de femmes et de bébés , bravant tous les dangers de la mer, pour fuir la mal vie, le déni de droit, la hogra et la misère sociale.

Devenu un pays sans foi, ni loi, livré aux pouvoirs de l’argent mal acquis, aux gros-bras, aux copains et coquins du régime, les dernières joutes sénatoriales n’ont pas été sans nous renseigner sur l’état de déliquescence de l’état, la corruption et le népotisme battaient leurs pleins, un juge de la commission électorale agressé à Tlemcen, des échauffourées à Annaba, des dessous de table à Médéa et tutti quanti.

La lecture du niveau intellectuel de tous les nouveaux prétendants laisse perplexe quant à leurs capacités de légiférer.Tout juste des bustes creux, analphabètes pour la plupart , tous destinés au Béni-Oui-ouisme d’un 5e mandat présidentiel, hormis ceux de l’opposition au régime.

Un régime présidentiel en mal de publicité s’appuyant sur l’imposture d’une « légitimité populaire » soudoyée et du contexte sécuritaire et son puissant corollaire la peur du lendemain pour mieux asseoir ses desseins politiques et perpétuer le statu quo. Un après moi, c’est le déluge… De Tamanrasset, les intimidations sournoises et l’allusion à la décennie noire, du chef d’état major de l’ANP laissent perplexes quant au serment d’allégeance et de défense du pays et de son peuple. Des lors, la question se pose, que cherche-t-on du côté de Tagarin à défendre ? L’impotent octogénaire président Bouteflika, ou ce vaste pays qu’est le nôtre l’Algérie ?

Ne voilà-t-il pas que la fronde populaire, à travers tout le pays s’est invitée, magistralement pour désavouer le régime et sa gouvernance, ses sorties passées et futures, donnent le tournis aux caudataires du clan présidentiel, que des arrogants et impudents  ministres et apparatchiks du régime qualifient de chahut de gamins ,d’une certaine époque. Le défilé des délégations étrangères en Algérie, depuis la manifestation populaire du 22 février, suscite quant à lui moult interrogations. Chacun à qui mieux-mieux pour sauver les meubles et les intérêts. La  lecture sur le timing de la diffusion des archives de la SDECE, l’actuel DST, s’apparentant à un jet dans la fosse aux lions, concernant Abdelaziz Bouteflika, sonne-t-elle le glas de la protection de sa personne par l’hexagone. Les manifestations contre le 5ieme mandat de ce dernier en France et partout ailleurs dans le monde auraient-elles poussé les capitales occidentales à changer de cheval de gagnant ? Tous porte à le croire, tant que ce « chahut de gamins » ne s’arrêtera pas de sitôt.

Allez savoir !

Brahim FERHAT.

 

Auteur
Brahim Ferhat

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents