23 février 2024
spot_img
Accueil360°Un journaliste dénonce son licenciement de son poste d'enseignant par le wali...

Un journaliste dénonce son licenciement de son poste d’enseignant par le wali (vidéo)

Tiaret

Un journaliste dénonce son licenciement de son poste d’enseignant par le wali (vidéo)

Un enseignant d’anglais et correspondant de la chaîne Echourouk news a été licencié par ordre du wali de la wilaya de Tiaret, sous prétexte d’exercer un cumul de fonctions.

M. Boudalia Soleymane, père de trois enfants, a été licencié puis réintégré pour être licencié brutalement une nouvelle fois par la directrice de l’éducation de la wilaya de Tiaret. Le journaliste conteste ce licenciement qu’il estime abusif. 

Soleymane Boudalia livre dans cette vidéo son modeste témoignage. Il s’exprime publiquement car l’arbitraire dont il a été personnellement victime est directement lié à son activité journalistique. Il espère ainsi alerter l’opinion, notamment les ONG et les défenseurs des droits de l’homme et de la liberté d’expression quant aux méthodes illégales employées en Algérie à l’encontre des journalistes, et ce, en toute impunité.

- Advertisement -

Selon notre confrère, le wali de Tiaret n’a pas du tout apprécié une rumeur colportée par un zélateur connu au niveau local pour ses sales intrigues contre toute voix libre, l’accusant d’avoir mené une enquête à Sétif sur l’historique révolutionnaire du père du wali, le Chahid Mohamed Bentouati, laquelle selon notre confrère rejette catégoriquement.

Il faut préciser que notre confrère exerce le métier de reporter sur son temps libre, de façon légale, il affirme de n’avoir aucune autre assurance à part celle de son travail de professeur.

Le journaliste constate que « on peut obtenir la tête d’un journaliste qui n’est pas dans les bonnes grâces du pinacle local en faisant pression sur leurs employeurs afin qu’il le réduise au silence tout en le poussant au chômage et à la précarité ».

Auteur
Khaled Ouragh

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici