today-is-a-good-day
27 février 2024
spot_img
Accueil360°Une marche décisive contre la réforme des retraites en France

Une marche décisive contre la réforme des retraites en France

Marche contre la réforme des retraites

Pour la huitième fois depuis janvier, les opposants à la très contestée réforme des retraites voulue par le président Emmanuel Macron se mobilisent ce mercredi en France. En parallèle, les parlementaires réunis en commission mixte paritaire ont adopté le fameux article 7 qui prévoit le report de l’âge légal de 62 à 64 ans.

Cette journée peut être décisive pour le vote des députés. Après les manifestations record du 7 mars, et une journée de mobilisation moins suivie samedi, l’intersyndicale veut donc, avec cette huitième journée d’action, peser une dernière fois. Car la majorité n’est pas acquise au gouvernement.

Le gouvernement « plus que jamais » en quête d’une majorité

Le gouvernement cherche « plus que jamais » à obtenir le soutien d’une « majorité naturelle » pour sa réforme des retraites, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, précisant qu’un éventuel recours au 49.3 pour adopter le texte n’avait pas été évoqué en Conseil des ministres.

Sept députés et sept sénateurs sont d’ailleurs réunis à huis clos pour chercher un compromis sur le projet de réforme des retraites, et notamment sur l’épineuse question des carrières longues. Un accord en commission mixte paritaire (CMP) est indispensable pour un vote final, jeudi à l’Assemblée nationale.

L’article 7 prévoyant le report de l’âge légal de 62 à 64 ans a été adopté. Les partisans de ce recul de l’âge légal sont nettement majoritaires dans la composition de cette commission, réunissant sept sénateurs et sept députés, et autant de suppléants. Si la commission était conclusive, le texte issu de l’instance devrait encore être soumis jeudi à des votes du Sénat, puis de l’Assemblée.

- Advertisement -

« L’article 7 qui reporte l’âge de départ à 64 ans est adopté en CMP, avec la complicité des LR. Dix parlementaires votent à huis clos deux ans ferme pour l’ensemble de la population », a réagi dans la foulée sur Twitter la cheffe des députés insoumis, Mathilde Panot, présente dans la commission.

Grève des éboueurs et coupure d’électricité au fort de Brégançon

Comme depuis le 19 janvier, des centaines de milliers de Français sont attendus dans les rues pour dire leur refus de cette réforme, dont la mesure phare, le recul de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans, cristallise la colère. En dehors des manifestations, les grèves reconductibles continuent dans plusieurs secteurs clés : transports, énergie, ramassage des déchets…

Sur la question des poubelles, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a rejeté sur la maire de Paris, Anne Hidalgo, la « responsabilité politique » de trouver une issue à la grève des éboueurs, l’accusant d’« imposer » aux Parisiens l’accumulation des poubelles dans les rues de la capitale.

Les secteurs de l’électricité et du gaz sont mobilisés. La direction d’EDF a fait état de 22,45% de grévistes à la mi-journée, contre 41,5% le 7 mars. Dans le Var, la fédération CGT Mines-Energie affirme avoir coupé le courant de 43 000 personnes dépendant d’un transformateur de la commune de Six-Fours, et « privé de courant des élus de la République », « voire résilié » leurs abonnements « dans leur permanence ou à leur domicile ». Le fort de Brégançon, résidence officielle de la présidence de la République, a également été touché, selon la CFE-CGC Energie Côte d’Azur. Enedis a dénoncé auprès de l’AFP des « actes de malveillance » et précisé qu’elle portait « systématiquement » plainte.

Plusieurs raffineries sont toujours en grève mercredi : « Dans celles de Donges, La Mède et Fos, le mouvement est reconduit avec arrêt des expéditions », a indiqué à l’AFP Eric Sellini, coordonnateur CGT pour le secteur.

À la SNCF, le trafic reste perturbé avec notamment trois TGV Inoui et Ouigo sur cinq, un Intercités sur trois, aucun train de nuit et deux TER sur cinq en moyenne nationale et des difficultés en Île-de-France. Le 7 mars, 80% des TGV avaient été annulés. La RATP prévoit un trafic légèrement perturbé dans le métro parisien et très perturbé dans le RER, globalement meilleur que lors des premiers jours de grèves.

Avec AFP