19 mai 2024
spot_img
AccueilMondeUnion africaine : un sommet 2024 entre crises continentales et internationales

Union africaine : un sommet 2024 entre crises continentales et internationales

Union africaine

En Éthiopie, le sommet de l’Union africaine se poursuit ces 17 et 18 février 2023 avec la Conférence des chefs d’État et de gouvernement. Pour cette 37e édition, une trentaine de dirigeants du continent sont annoncés à Addis-Abeba.

Durant tout le week-end, ils vont plancher sur la situation alarmante en Afrique, de plus en plus secouée par des coups d’État, des changements anticonstitutionnels et des conflits.

Comme le veut le protocole, l’agenda officiel ne sera établi qu’après des séances plénières à huis-clos entre les chefs d’État et de gouvernement.

Mais, avec la situation particulièrement inquiétante dans les grandes régions du continent et suite au discours alarmiste à l’ouverture du Conseil exécutif de l’Union africaine il y a deux jours de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’organisation, on peut douter que soient écartés des dossiers brûlants tels que les guerres au Soudan et en Libye, les violences à la frontière de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda, le retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) du Burkina Faso, du Mali et du Niger et la crise politique au Sénégal.

- Advertisement -

Passage de témoin entre les Comores et la Mauritanie à la tête de l’UA

Dans son allocution, Moussa Faki Mahamat a beaucoup insisté sur cette accumulation de crises qui, selon lui, compromettent gravement l’avenir des institutions régionales africaines. Notamment la Cédéao, pourtant championne en matière d’intégration régionale, mais qui traverse depuis quelques années une forte période d’instabilité, conséquence des effets conjugués des changements anticonstitutionnels à répétition, des coups d’État militaires successifs et de l’expansion du jihadisme.

Ce week-end, on assistera aussi au passage de témoin entre l’Union des Comores, qui ont assuré la présidence tournante de l’UA, et la Mauritanie, qui devrait être confirmée à la tête de l’organisation pour les douze prochains mois.

La guerre à Gaza sera également abordée

La guerre à Gaza sera également abordée avec la présence annoncée du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. L’Union africaine, qui a appelé dès les premiers jours à un cessez-le-feu immédiat et qui condamne les bombardements d’Israël sur l’enclave, a d’ailleurs rejeté la demande de l’État hébreu d’assister au sommet en tant qu’observateur.

Et ce ne sera pas le seul sujet de l’actualité internationale qui fera aussi partie des débats, d’autant que l’Union africaine a intégré le G20 en septembre 2023, de quoi lui donner plus de poids sur les problématiques d’ordre mondial. Le chef d’État brésilien Luis Inacio Lula Da Silva, qui préside actuellement le G20, est d’ailleurs l’invité d’honneur de ce 37e sommet de l’UA. En 2021, les échanges commerciaux entre le Brésil et le continent ont atteint 16 milliards de dollars et ils ont bondi de près de 40% l’année suivante.

Et c’est l’Égypte qui est le principal bénéficiaire de ces échanges. Le pays vient de rejoindre en début d’année le groupe des Brics, dans lequel le Brésil joue un rôle de premier plan – tout comme l’Éthiopie, la deuxième étape de cette nouvelle tournée africaine de Lula.

Le géant sud-américain pourrait ainsi en profiter pour nouer de nouveau partenariat car la hausse de la production agricole du Brésil est une aubaine au moment où les États africains cherchent à diversifier leur approvisionnement en blé, en sucre ou en riz. Les importations de céréales ukrainiennes à destination de l’Afrique ont notamment enregistré une baisse significative depuis le début de l’offensive russe.

Rfi

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents