2 juillet 2022
spot_img
AccueilIdéeZone II, wilaya III : la bataille du 13 mai 1958 

Zone II, wilaya III : la bataille du 13 mai 1958 

Prise a la maison de Si Moh Ammora à l’automne 1957 au Village Iaamouren en Zone II. De gauche à droite : Hemou Amirouche ( secrétaire du colonel, le colonel Amirouche Ait Hamouda, l’aspirant Ouakouak Moh arezki Amchtoh, le capitaine de la zone II Si Abdellah Ait Merzoug Elqel3awi.

Nous allons vous raconter pour la première fois les péripéties de la 3e compagnie du bataillon de choc en  »régions de disciplines », zone II, wilaya III (Kabylie).

En ce début du mois de mai 1958, il fait déjà chaud, et dans le secteur de la Houdna au fin fond du sud de la zone II de la wilaya III, tout semble être calme et pacifié. Mais derrière tout silence latent, rien n’est éphémère…

Non loin, des vigiles ALN scrutent les douars de Béni-Ouagag. Il n’y a pas un jour où des allées et venues ne sont pas effectuées entre les villes, villages et campagnes pour ravitailler les deux compagnies de maquisards qui rôdent dans la région. La première est composée de trois sections de choc sous le commandement de Mohand Arezki Amchtoh et la deuxième est celle de la région I composée de deux sections sous le commandement Said Saoud, dit « L’Otchkiste ».

Au cours de ces mouvements de renseignements habituels et d’approvisionnement, des agents de liaison opèrent dans ce secteur qu’on sait quasiment acquis aux forces coloniales. C’est alors qu’ils aperçoivent une Jeep à bord de laquelle se trouve un officier français sous escorte de deux soldats chargés d’effectuer des commissions hebdomadaires à Ain ldjrad, petite commune située sur le chemin de Mellouza, non loin de Beni Ilman. 

Bien que ce hameau soit placé sous surveillance accrue par les chefs de l’ALN de la région, l’officier français semble tenter le diable en croyant se rendre en toute discrétion dans une des maisons où il y retrouve une femme avec laquelle il entretient une liaison secrète. C’est ainsi que les guetteurs informent sans tarder leur chef de liaison Abdelhafidh Adouane, lequel, à son tour ne manque pas de faire remonter l’information à Rabah Beljreb, chef de région. 

- Advertisement -

Sitôt tenu au courant du scandale, ce dernier interpelle Moustache, le frère du chef de section de région dont la véritable identité est Mohamed Nadir Chemal. Pour prouver « la mythique virilité de ses moustaches touffues » qu’il n’arrête pas de brosser vers le ciel en signe de zèle, celui-ci, d’un air ironique et sarcastique, accueille avec enthousiasme la mission qu’on lui demande d’exécuter sur-le-champ. Il s’agit d’abattre l’officier français au détour d’une embuscade. Ainsi punira-t-on l’audacieux ennemi venu souiller l’honneur de cette pauvre villageoise sans défense… Et pour que la mission soit accomplie avec entrain, son supérieur prend le malin plaisir d’ajouter : « Tout ce que tu trouveras dans la Jeep sera à toi ! »

Pour relever le défi, Moustache choisit trois compagnons parmi les moudjahidines. Le groupe ainsi constitué se rend alors jusqu’à la maison indiquée par les agents de renseignements et de liaison, où non sans avoir tendu une embuscade à proximité qui se solde inéluctablement par l’élimination de l’officier ainsi que deux de ses gardes-chiourmes. Au cours de cette embuscade, une radio et quelques munitions sont récupérées sur le corps des soldats tués. 

-Said Saoud dit L’otchkiste (M'sila), longue vie à lui. 
-Said Saoud dit L’otchkiste (M’Sila), longue vie à lui.

De retour au PC de commandement, situé à trois kilomètres du village Oued Sidi Amar, Moustache reçoit les félicitations du chef de région, qui ne manquera pas, dès lors de lui témoigner toute la reconnaissance et la dignité qu’il mérite. 

L’embuscade dans un territoire aussi pacifié, qui n’a relevé presque aucun incident majeur depuis l’enlèvement de la prise de poste d’armement d’Elhourane, fait évidemment réagir l’armée française. L’ennemi souhaite venger son officier et ses gardes et échafaude sans tarder un plan machiavélique pour mettre les troupes de l’ALN en étau. Il s’agit d’effectuer un vaste ratissage censé encercler toute la région, de Oueled Sidi Amar, en passant par Driate jusqu’à Ouled Bouhadi vers l’ouest. Pour mettre toutes les chances de son côté, l’armée française mobilise des forces considérables, et les renforts sont puisés partout alentour, à Beni Ilmane, Mensoura, Herraza, Lemhir, Oueld Thayer, Al Hemmadia, et même dans le sud de M’Sila et Boussada. La voilà ainsi renforcée par des unités de harkis, mêlées à des escadrons de militaires et des blindés qui tous finissent par encercler la région qui a fait naître l’embuscade. 

-Saidani Arezki dit Soulide (Yakouren), paix à son âme.

Constatant un mouvement inhabituel dans la zone, Rabah Beljreb dit « Tairi » et son staff de l’état-major annule immédiatement une réunion zonale prévue dans un relief rocheux appelé « Eddarq » où le PC de l’ALN a pignon sur rue. Pour être exact, il est situé près de la route qui mène vers le village Ouled Bouhadi, à quelques encablures à l’est du village d’Ouled Sidi Amer, à trois kilomètres du lieu de l’embuscade perpétré par Moustache.

La réunion zonale se devait de traiter comme ordre du jour, les problèmes des régions et secteurs sud de la zone II, ainsi que l’étude de la situation politique, économique et financière de la première région. Des questions élémentaires qui, toutes sans exception, rentrent dans les directives du colonel Amirouche, révélées lors de sa  dernière visite à la fin du mois d’avril de l’année 1958, alors qu’il était accompagné du colonel Lotfi, dans le but de rejoindre la wilaya VI et puis la V. C’était une première du genre pour les deux colonels, réunis dans la même région, permettant à celle-ci d’être le témoin de nombreuses cérémonies de remise de galons ainsi que de remerciements aux moudjahidines depuis l’exploit d’Elhourane.

La tenue de cette réunion, en présence du responsable de zone II, le dénommé Si Abdellah Aït Merzoug dit « Elqelaawi » est en quelque sorte déjà compromise puisque l’officier en question n’a pas donné signe de présence malgré les courriers et les relances. Néanmoins, un dispositif de surveillance accrue a été mis en place par la troisième compagnie du bataillon de choc connue pour ses exploits depuis qu’elle sillonne la zone II sous le commandement de l’aspirant Moh Arezki « Amchtouh ».

De la sorte, la compagnie de région, en termes d’hommes aguerris, s’est trouvée en  sous-effectif au moment d’affronter les forces françaises. Leurs armes ne peuvent rivaliser avec celles de l’ennemi, et plus encore dans une localité infestée par la Harka, supérieurement entraînée et équipée. 

Cependant, l’opiniâtreté, la témérité ainsi que la fermeté dont font preuve les patriotes, leur permettent d’essuyer tous les revers que leur font subir les responsables de leur région, ceci dans un entêtement irréfragable. Ainsi, leur détermination à chasser l’ennemi reste intacte, laissant tout loisir à leur patriotisme de perdurer. Déterminés à vaincre l’ennemi, ces résistants peuvent compter sur la présence de la compagnie de choc, qui n’a jamais manqué de les rassurer lors des grandes actions entreprises auparavant. 

Tout le monde sait dans la région que la résistance de ces djounoudes – guerriers auxquels on attribue la résurgence de la mémoire des glorieux cavaliers numides – est faite de fierté, largement puisée dans cette poésie belliciste dont le devoir est d’encourager à ne jamais céder devant l’inexorable ennemi.

Vers une heure du matin, des lumières indiquent un mouvement suspect. Les troupes ennemies avancent de chaque côté, en quinconce avec le PC de région qui reste un point focal. Les maquisards ignorent tout du but de leur avancée, dans une région qu’ils n’ont pas l’habitude de fouler. 

 À l’orée du jour, au moment où l’étau se resserre, les indicateurs de l’ALN arrivent et informent les troupes qu’il s’agit bel et bien d’un ratissage. Alors, très vite, presque dans la précipitation, l’état-major de la région, en concertation avec la compagnie de choc, organise un plan de défense. En réponse, les hommes de la compagnie de choc se déploient sur les côtés Est et Sud de la crête, obéissant aux consignes strictes de ne jamais bouger ou changer de cachette, suivant  ainsi la stratégie calculée par le chef de la compagnie, qui en sus donne l’ordre de ne jamais tirer une cartouche sans cible réelle. En effet, même si la compagnie est habituée à des chocs très violents et possède également des armes d’assauts, elles ne sont pas aussi lourdes et nombreuses que celles de l’ennemi.

Quant à l’aspirant Ouakouak Moh Arezki « Amchtoh », il s’en tient au dernier mot d’ordre qui est celui de se replier dès que signal lui est donné et jamais avant ; le repli des troupes devant se faire vers la montagne de Beni-Ouagag.

Pour l’« Otchkiste » et ses deux chefs de section, Mohamed Nadir et Belkacem Charfaoui, le lieu de confrontation qui leur est attribué se situe vers le nord et l’ouest d’Ouled Sidi Amar où ils doivent guetter la venue des troupes venant d’Hamra, d’Ouled Tayer et de Beni Ilmane.

À l’aube, les premières lueurs du jour percent la frondaison touffue des chênes millénaires et délivrent d’un seul trait de lumière les arbustes et rochers plongés dans les ténèbres d’une nuit suffocante. Malgré tout, tous se sont camouflés, les yeux restant irrépressiblement ouverts sur le théâtre des belligérances. La scène finit par s’ouvrir déroulant devant eux une partie de la soldatesque française, avançant pas à pas, le plus prudemment du monde. Puis, comme prévu, le ratissage s’effectue, jusqu’à convoquer – au grand désarroi des résistants qui se croyaient bien cachés – l’intervention des avions de reconnaissance qui, comme des vautours, planent au-dessus de leur tête. De toute évidence, la Harka du village a bien fait son travail. La zone est parfaitement ciblée, preuve que les renseignements ont été fournis à l’ennemi de manière bien précise. L’origine des renseignements est manifeste.

En plus du mouvement circulaire des avions, les patriotes voient des troupes ennemies descendre de quelques camions militaires ; elles n’ont d’autre choix que de continuer à pied leur avancée vers l’est jusqu’à la Crète d’Ouled Sidi Amar.  Hélas, la Harka de Mkarta et de Hammadia complète leur force. 

Côté sud, on dénombre des troupes en mouvement venant de Bordj Bou Arreridj, M’Sila et Boussaâda, avec, à leur tête, des chars et différents blindés.

Ainsi, les Djounoudes, bien dissimulés sous les rochers et les arbres, assistent dans un silence religieux à l’avancée lente de leurs ennemis. 

À sept heures du matin, les positions des deux armées sont sur le point de se rejoindre. À tel point que le moment choisi par Mohand Arezki pour pointer son fusil M1 sur l’ennemi  ne peut qu’étonner l’ensemble des belligérants tant la ponctualité du coup d’envoi de l’affrontement est précise.  

Sans tarder, le combat se fait au coude à coude. Les premiers temps, les combattants de l’ALN ont un coup d’avance sur leurs adversaires qui eux avancent dans l’inconnu, rendant les positions des patriotes imprenables. Les rafales retentissent de tous côtés. Dans cette végétation dense, beaucoup de soldats tombent sans vraiment savoir d’où proviennent les tirs de mitrailleuses. 

La section de combat de Moh Nadir est admirable. Sans relâche, elle accroche violemment les soldats français, avant que l’arrivée de la Harka de Beni Ilmane ne vienne les renforcer. C’est à ce moment-là que la troupe de combattants de Belkacem Charfaoui quitte ses positions pour prêter main-forte à la première section, mais l’aviation qui découvre ce repli non programmé, profite de l’occasion pour bombarder les djounoudes en mouvement sur le côté Ouest. Une dizaine de maquisards finit ainsi par perdre la vie sans compter le nombre important de blessés. 

Malgré cette faille, le côté Nord-est tient le coup grâce à la première section restée fidèle à son positionnement sous les rochers. 

Vers le sud, la section de Moh l’Indochine, de la 3e Compagnie, est accrochée par la Harka de Mkarta et l’autre section par celle de Hammadia, les exposant à des confrontations qui dureront des heures interminables. 

Beaucoup d’hommes sont morts. La première katiba des Harka en ressort presque entièrement décimée pas les unités de choc, ce qui oblige une partie des forces françaises à reculer afin d’organiser l’acheminement des dépouilles et des blessés. 

Mais, alors qu’elles se replient en partie, vient le moment des bombardements aveugles et anarchiques. L’artillerie emboîte le pas à l’aviation, et les pauvres combattants campés dans leurs positions finissent par être débusqués tant le feu des bombes et la fumée les font déguerpir de leur cachette. 

Inévitablement, la confusion générale se répand dans les rangs des maquisards. Beaucoup tombent en martyr. Parmi eux, le chef de la région I, atteint par une balle mortelle au moment où il s’est précipité pour changer de position et fuir les bombardements. Rien de tel que la simultanéité des attaques de l’artillerie et de l’aviation pour sortir les maquisards de leur repaire ! Tous n’y perdent pas leur vie, fort heureusement.  Certains parviennent à rester cachés jusqu’à l’arrêt des bombardements aveugles, occasion folle pour eux de reprendre les tirs contre l’ennemi. C’est ainsi que les troupes qui se sont dirigées vers la crête, y sont allées la peur au ventre. Il faut reconnaître, qu’à ce moment précis de la guerre, l’ennemi s’est retrouvé dans une situation inconfortable : s’il avance, il expose ses soldats au danger, et s’il se retire, sa situation devient pire encore, puisque, inéluctablement, il se retrouve dans l’incapacité de sauver ses blessés et évacuer ses morts.

Quant aux maquisards, les voilà perdus jusqu’au coucher du soleil. Leur délivrance a lieu quand le chef Moh Arezki ordonne la sortie des cachettes pour entreprendre un repli prudent vers le mont de Beni-Ouagag, comme convenu. 

Sous les balles qui sifflent, leurs yeux reflètent la peur insidieuse. Toutefois, leur cœur battant et leurs mouvements vifs traduisent leur dignité retrouvée et la bonne facture de leur bravoure.  Ils sont tout à leur rêve de liberté retrouvée, ils croient qu’à force de détermination et de courage, elle finit par triompher.  Mais en attendant, que vaut la vie si elle se réduit un temps au vacarme des obus ? La mesure du temps est faussée puisque chaque instant se laisse suspendre par la peur de voir l’horreur indicible se commettre. En effet, chaque centimètre d’une forêt, d’un bois ou d’une montagne se monnaye en litres de sang…

Ainsi s’est déroulée cette longue et affreuse bataille de près de quatorze heures, impliquant plus de 200 maquisards, 110 hommes de la compagnie de choc et deux sections de la région I en zone II, ajoutant à cela les mousseblines ainsi que les agents de liaison de différents secteurs. 

-Amar Oussaid, dit Mohand Igharbiyen (Ath Djennad), paix à son âme.

Du côté de l’ennemi, l’effectif est estimé à 6000 soldats, accompagnés de l’aviation, de l’artillerie et des chars. 

L’ALN a subi des pertes colossales, une trentaine d’hommes morts au combat, sans compter un nombre important de blessés. 

Nous n’avons aucune information réelle sur le nombre de morts du côté français. Mais, comme on sait de source sûre que les forces ennemies ont marché à découvert vers les troupes de l’ALN embusquées dans le maquis touffu de Ouled Sidi Amar, les pertes humaines ont dû être considérables. 

D’après des sources villageoises, les différentes sections de harkas de Beni Ilmane, de Mkarta, Hammadia et Oulef Thayer ont toutes été décimées. On raconte que la harka qui habitait ce dernier village s’était manifestée devant le QG des forces coloniales réclamant le prisonnier blessé Rabah Beljreb dit « Tairi », après que celui-ci eut été interrogé et torturé au préalable. C’est à une foule déchainée et vindicative que finalement le prisonnier de guerre fut livré. Il finit lynché, terrible mort mais maigre vengeance pour un peuple qui n’en finissait pas de pleurer ses martyrs. 

On comprend mieux après cela pourquoi cette région est nommée communément « zone de discipline ». On y a remembré des unités de harkas en nombre considérable. Depuis l’affaire Melouza, Béni Ilmane et sans oublier la nuit rouge de la Soummam, la Harka, avec l’aide de l’armée française, s’était constituée en groupes d’autodéfense dont la plupart servaient à repérer les rebelles au moment des ratissages. Pour ensuite les chasser, poussant les fellaghas maquisards de la région vers les zones interdites du Nord, loin de ces villages considérés comme acquis et pacifiés.

Aussi, on ne peut oublier tous ces cœurs ébranlés,  ces estomacs noués,  et ces esprits tyrannisés par la peur de tant de nos frères et sœurs dont le destin a été de finalement tomber au champ d’honneur. Hélas, l’oubli finit par avoir raison de ce devoir de mémoire que tant de rescapés de guerre ont juré pourtant de tenir tant leur honneur en dépendait. Nous ne pouvons donc nous en soustraire.

A nous de le réitérer sans cesse, de nous rappeler l’étourdissement effroyable des détonations des tirs de canons et d’obus avec leurs lots de désolation en guise d’héritage pour un pays qui, fort heureusement, a su renaître de ses cendres. À charge maintenant pour notre peuple d’opposer à la mémoire de ces déflagrations, des chants patriotiques pour que tous se souviennent qu’on ne peut dégommer et effacer à jamais l’histoire de notre patrie.

 Azar N-Ath Quodia 

PS

* Ce récit est inédit, je le dédie en hommage à mon oncle, mais aussi a ses nombreux compagnons de lutte qui ont accepté de me livrer leurs témoignages, et parmi eux :

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Ils ont fait du bon travail pour offrir le pouvoir sur plateau au regime arabo-islamiste des opportunistes, etrangers et Dafistes de la derniere heure.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La Cour suprême des États-Unis et l’avortement, 50 ans de régression

Après l’arrêt abrogeant la loi de l’État de New-York interdisant le port des armes dans les lieux publics sans autorisation, ce qui confirme l’interprétation...

Les plus populaires

Commentaires récents