21 juillet 2024
spot_img
AccueilPolitique19 accords signés avec la Chine

19 accords signés avec la Chine

Xi Jinping et Tebboune

Abdelmadjid Tebboune effectue depuis hier la première visite d’un chef d’État algérien à Pékin depuis 17 ans. La dernière a été faite par Bouteflika.

« La Chine est prête à travailler avec l’Algérie pour renforcer les communications stratégiques, approfondir les échanges et la coopération», a déclaré Xi Jinping durant leur entrevue.

Les deux pays ont également signé 19 accords dans de multiples domaines et réaffirmé leur volonté de renforcer un partenariat établi depuis plus de 60 ans.

Pour bien montrer l’importance de ce voyage, l’Algérie a dépêché pas moins d’une dizaine de ministres aux côtés d’Abdelmadjid Tebboune. La délégation ministérielle est composée des ministres des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ahmed Attaf, des Finances, M. Laaziz Faid, de l’Energie et des Mines, M. Mohamed Arkab, de la Poste et des Télécommunications, M. Karim Bibi Triki, de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, M. Ali Aoun, du Commerce et de la Promotion des exportations, M. Tayeb Zitouni, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Tarek Belaribi, des Travaux publics et des Infrastructures de base, M. Lakhdar Rekhroukh, et de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, M. Yacine El-Mahdi Oualid.

À l’issue d’un entretien élargi aux délégations, les deux chefs de l’État ont signé 19 mémorandums d’entente dans des secteurs comme le commerce, le transport ferroviaire ou l’agriculture. D’autres accords sont pressentis avant la fin de ce déplacement de cinq jours, incluant les patrons de grandes entreprises comme Mobilis ou Sonatrach.

- Advertisement -

Les deux pays confirment ainsi leurs liens privilégiés. Pékin est le premier partenaire commercial d’Alger avec 9,4 milliards de dollars annuels atteints en janvier, soit +60% en un an. Abdelmadjid Tebboune compte bien faire encore progresser les investissements chinois, avec notamment le projet de port en eau profonde d’El Hamdania. Un lieu qu’Alger souhaite intégrer dans l’initiative chinoise des « nouvelles routes de la soie », à laquelle le pays a adhéré en 2018.

Outre l’économie, Alger souhaite le soutien diplomatique de la Chine dans le dossier des BRICS. L’Algérie est candidate pour intégrer cette organisation de pays émergents comprenant aussi Brésil, Inde, Russie et Afrique du Sud. La réponse sera donnée en août au sommet de Johannesburg.

En attendant, Abdelmadjid Tebboune est en pleine offensive de charme. Il était en Russie mi-juin où il a reçu l’appui de Moscou. Il a besoin de Pékin pour consolider son dossier, d’autant qu’on parle d’une opposition éventuelle de l’Inde et dj Brésil. Ce mardi, l’appui chinois semble en tout cas confirmé. Cependant, il reste la grande inconnue : les chiffres de l’économie algérienne et ses performances sont très loin de celles des pays des Brics.

Avec agences

 

11 Commentaires

  1. Les BRICS sont convenus de fixer, lors de leur réunion à Johannesburg en août prochain, les critères d’adhésion de nouveaux membres. Faire état, à ce stade, d’une quelconque opposition n’est que pure spéculation. Le groupe ne fonctionne pas à l’image du Conseil de Sécurité des Nations-Unis : aucun membre, ni l’Inde ni le Brésil, pas plus que la Chine ou la Russie ne dispose d’un droit de véto. Les candidatures de l’Algérie, tout comme celles de la dizaine d’autres pays, qui seront examinées le mois prochain, seront agréées ou différées, à l’aune de critères objectifs, économique, commercial, politique et stratégique.
    À cet égard, le dossier de l’Algérie me semble présenter quelques aspects forts et un point faible : un PIB estimé par le FMI, pour 2023, à 206 milliards USD, certes relativement modeste, mais avec, en perspective, une progression soutenue, un PIB/tête en parité de pouvoir d’achat, toujours selon les estimations du FMI, de 13.506 USD en 2023, une dette extérieure quasi nulle, des réserves de change estimées à 90 milliards USD en 2023, un stock d’or de 180 tonnes, un territoire, le plus vaste d’Afrique, doté de ressources naturelles importantes et variées, occupant une position géopolitique stratégique et disposant d’une vielle et solide tradition diplomatique de non-alignement. Son seul point faible, et non des moindres, réside dans de grosses lacunes dans la gestion de sa monnaie. Je rappelle que les considérations de politique intérieure ne rentrent pas en ligne de compte dans l’examen d’un tel dossier.

    • Bonne plaidoirie pour la junte Algérienne
      Effectivement un PIB estimé par le FMI, pour 2023, à 206 un PIB estimé par le FMI, pour 2023, à 206 milliards USD est faible (si on s’allie avec un faible on va s’affaiblir) Le PIB de l’Egypte est de 450 un PIB estimé par le FMI, pour 2023, à 206 milliards USD (WACH DJAB TOZ à ELHAMDOULLAH)
      Ne pas avoir de dette n’est pas un gage de bonne santé économique (quel est le pays la plus grande dette autour de 30000 milliards USD? les chinois peuvent en témoigner !!!!)

      Mais je pense qu’il y a plus important ; les chinois et les russes connaissent mieux que nous la junte algérienne et le climat des affaires en Algérie.
      Le climat des affaires n’est pas SAINT (les chinois en connaissent un rayon)
      Un pays qui n a pas de bonnes perspectives même avec les poches pleines il ne fera rien ; c’est pourquoi les pays du golf ont changé de cap il y a une dizaine d’années en se diversifiant
      Le problème de l’Algérie c’est le manque de perspectives et l’état d’esprit des ANEGERIENS
      En Algérie la rédaction d’un cahier des charges pour un projet c’est au minimum une année
      (pour les voitures c’est une éternité)
      Pour l’adhésion de l’Algérie au BRICS ca sera comme pour l’adhésion de la Turquie en Europe même si ce n’est pas pour les mêmes raisons
      La question fondamentales est
      Comment rendre l’Algérie un bon pays ?
      un pays dont les membres de la diaspora n’ont pas la peur au ventre en rentrant assister aux obsèques d’un proche
      un pays dont les membres de la diaspora choisissent un autres pays pour passer leurs vacances et rencontrer leurs proches
      un pays ou un simple gratte papier peut faire chier un citoyen (sauf s’il le connait par transitivité ou qu’il a versé la dime)
      Pour se faire le BRICS n’est d’aucunes utilité

      • Vous faites erreur. Je ne plaide pour personne d’autre que mon pays, parceque je n’ai nul autre de rechange. Même si je n’ignore pas qu’il n’est pas, hélas, en de bonnes mains par les temps qui courrent. Surement pas pour l’éternité! Vous pouvez vouer aux gémonies qui vous voulez, du soir au matin et du matin au soir, vous ne changerez rien à l’état exécrable des libertés individuelles et collectives qui règne en Algérie, par des lamentations et des aigreurs, plutôt que de joindre aux forces, si vous en avez, à celles, nombreuses, de ceux qui rejettent cet état de choses, et qui le combattent pacifiquement et politiquement, sans nuire à leur pays et sans jamais oublier que le but est d’en faire un pays libre, où il fait bon de vivre.

        • P.S Le général Park Chung-hee a soumis la Corée du Sud à une implacable dictature militaire durant 17 ans, avant de quitter la scène, les pieds devant, laissant derrière lui un pays développé et prospère au peuple sud-coréen. Qui a su depuis, construire un État démocratique. Je souligne que je ne me fais pas trop d’illusions, ni sur l’intelligence politique de nos généraux, ni, à vrai dire, sur leur intelligence tout court !

          • J’ajoute que votre argumentation économique, notamment en ce qui concerne l’endettement extérieur, illustre parfaitement votre d’expertise en la matière. Chapeau!

  2. Quand on est illegitime, on voyage et on paye pour trouver un peu de support. Se faire halaliser par les étrangers est mieux que par le peuple. Donc Putin a trop de pain sur la planche. Il tente sa chance en Chine qui-t-a donner tout le sud pour 1 doro. Comment appelle t on cette position ?

  3. « D’autres accords sont pressentis avant la fin de ce déplacement de cinq jours, incluant les patrons de grandes entreprises comme Mobilis ou Sonatrach ». Pas tout à fait. Apparemment (info à vérifier) le patron de Mobilis a été interdit de sortie d’Algérie. Selon des infos (à vérifier encore une fois) il aurait été refoulé par la police des frontières au moment de l’embarquement, comme un vulgaire zaouali quand bien même il était invité par la présidence à faire partie de ladite délégation des soi-disant patrons de grandes entreprises. Comme quoi, nul Algérien n’est à l’abri d’une ISTN, « ce cimeterre de Daa Mokhles », nouvelle arme de prédilection de la Nouvelle Algérie contre tout contestataire qu’il soit avéré ou supposé.

  4. la Chine fabrique crée de la richesse ,crée des emploies sous payer et ÂNGERIE dilapide les richesses du sol pour acheté ,la « KHORDA » Dans un seul but « La chipa » . Voir les constructions , les murs se fissurent de par tout . Ali Haddad l’ignorant est aller dans une conférence en chine inviter les Chinois de venir se marier avec des algériens ., car il-y-a beaucoup de célibataire . Ya dine oukavache . le régime algérien est une contrefaçon fabriquer par les capos c’est normale cela va de soi trouver les régimes qui leur ressemble . Sous boutef ,ils ont fait le beurre et l’argent du beurre , à sa mort ils ont pleuré à chaude l’arme . Mais pas d’inquiétude le remplaçant est du même acabit , taya ângerie , taya , sid ya bouzid demain il fera jour . Azul

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents