3 février 2023
spot_img
AccueilCommuniquéAccord pour l'augmentation des exportations du gaz algérien vers l'Italie

Accord pour l’augmentation des exportations du gaz algérien vers l’Italie

Tebboune et Draghi

Le Premier ministre italien Mario Draghi, s’efforçant de réduire la dépendance énergétique de son pays de la Russie, a annoncé lundi lors d’une visite à Alger un accord avec l’Algérie pour l’augmentation de ses exportations de gaz vers l’Italie. 

Draghi repart d’Alger avec un accord  sur le gaz pour l’Italie. L’Algérie, l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Italie, est son deuxième fournisseur en gaz, derrière la Russie dont proviennent 45% des importations gazières de la péninsule.

A l’issue d’un entretien avec Abdelmadjid Tebboune, Mario Draghi a annoncé un accord entre le groupe énergétique italien ENI, acteur clef du secteur des hydrocarbures en Algérie et le géant étatique algérien Sonatrach pour que ce dernier fournisse davantage de gaz à l’Italie.

« Nos gouvernements ont signé une déclaration d’entente sur la coopération bilatérale dans le secteur de l’énergie. À celle-ci vient s’ajouter l’accord entre ENI  et Sonatrach pour augmenter les exportations de gaz vers l’Italie », a déclaré sobrement Mario Draghi à la presse.

- Advertisement -

« Tout de suite après l’invasion de l’Ukraine j’avais annoncé que l’Italie se serait rapidement organisée pour réduire la dépendance du gaz russe. Les accords d’aujourd’hui sont une réponse significative pour atteindre cet objectif stratégique et d’autres suivront », a-t-il ajouté.

M. Draghi n’a pas fourni de chiffre mais ENI a précisé dans un communiqué que l’accord « permettra d’exploiter les capacités de transport disponibles du gazoduc (Transmed) pour assurer une plus grande flexibilité d’approvisionnement en énergie, et fournir progressivement des volumes croissants de gaz à partir de 2022, jusqu’à 9 milliards de mètres cubes de gaz par an en 2023-24 »

L’Italie, qui importe environ 95% du gaz qu’elle consomme, est l’un des pays européens les plus dépendants du gaz russe à côté de l’Allemagne notamment.

Premier client 

L’Italie est déjà le premier client du gaz de l’Algérie d’où elle assure le tiers de ses approvisionnements. Elle en avait importé durant le premier trimestre 2021 un total de 6,4 milliards de mètres cubes, soit une progression de 109% par rapport à 2020, selon l’agence officielle algérienne APS. Sonatrach et ENI sont en contrat depuis 1977. Le contrat de vente de gaz naturel a permis de lui fournir par Sonatrach, ces deux dernières décades, un volume totalisant plus de 300 milliards de mètre cube à ce jour.

Le contrat de vente de gaz entre les deux pays a été renouvelé en mai 2019 pour une durée de huit ans jusqu’en 2027, en plus de deux années optionnelles supplémentaires.

Sonatrach s’est déclaré fin février prêt à fournir davantage de gaz à l’Europe, en l’acheminant notamment via le gazoduc Transmed reliant l’Algérie à l’Italie via la Tunisie.

« Capacité non utilisée » 

Sonatrach « dispose d’une capacité non utilisée sur le gazoduc Transmed », qui pourrait servir à « augmenter les approvisionnements du marché européen », avait assuré son PDG, Toufik Hakkar.

Sonatrach et ENI, dont le PDG Claudio Descalzi a lui aussi effectué récemment une visite en Algérie, gèrent ensemble le Gazoduc Transmed dont la capacité est de 32 milliards mètres cubes.

« L’Algérie exporte un maximum de 22 milliards de mètres cubes via le gazoduc Transmed », ce qui laisse une capacité de 10 milliards de mètres cubes à exporter, a précisé l’expert Abdelmajid Attar, ancien ministre algérien de l’Energie.

Le gaz pourrait également être liquéfié et envoyé à travers des méthaniers, sachant que « les unités de liquéfaction qui existent en Algérie ne sont exploitées qu’à 50/60% de leurs capacités », selon M. Attar, ancien PDG de Sonatrach.

La visite de M. Draghi survient au moment où les relations entre l’Algérie et l’un des plus gros clients de son gaz, l’Espagne, sont traversées par des vives tensions après que Madrid s’est aligné sur les positions du rival marocain au sujet du territoire disputé du Sahara occidental.

Sonatrach a ainsi indiqué début avril qu’il n’excluait pas de revoir à la hausse les prix de son gaz livré à l’Espagne et dont celle-ci est très dépendante.

L’Algérie a fourni en 2021 plus de 40% du gaz naturel importé par l’Espagne, dont l’essentiel lui parvient à travers le gazoduc sous-marin Medgaz, d’une capacité de 10 milliards de mètres cubes par an.

Une autre partie du gaz algérien arrivait jusqu’en octobre dernier en Espagne à travers un autre gazoduc, le GME, passant par le Maroc. Depuis l’automne, Alger l’a fermé après la rupture fin août de ses relations diplomatiques avec Rabat. Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Skikda : Djamel Eddine Chaoui, avocat et ex-maire d’Essebt, assassiné

    Le corps sans vie de l’avocat et ex-maire de la commune d’Essebt (wilaya de Skikda), Me Djamel Eddine Chaoui dont la disparition mystérieuse remonte...

Les plus populaires

Commentaires récents