8 février 2023
spot_img
Accueil360°Affaire Adama : heurts et arrestations à Paris

Affaire Adama : heurts et arrestations à Paris

EXPRESS

Affaire Adama : heurts et arrestations à Paris

Jets de projectiles, tirs de lacrymogènes, manifestants sur le périphérique… Environ 20 000 personnes ont participé mardi soir devant le tribunal de Paris à un rassemblement interdit, émaillé d’incidents, l’appel du comité de soutien à la famille d’Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans mort en 2016 après son interpellation, a-t-on appris auprès de la préfecture de police (PP). 

La marche d’abord pacifique a très vite tourné en affrontements. Dix-huit personnes ont été interpellées au cours des incidents, a annoncé à l’Agence France-Presse la préfecture de police mercredi. La préfecture de police n’a pas donné les motifs de ces interpellations. À Clichy, les vitres d’un poste de police municipale ont été brisées par des manifestants.

« Ce rassemblement qui était prévu depuis plusieurs jours a été interdit par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, et je considère que cette décision d’interdire ce rassemblement pacifique au dernier moment a mis de l’huile sur le feu et, si vous me demandez mon avis, le seul responsable c’est le préfet de police de Paris, le pire préfet de police de Paris de l’Histoire », a dénoncé, mardi 2 juin, sur franceinfo Yassine Bouzrou, avocat de la famille d’Adama Traoré.

Le rassemblement, qui avait commencé à 19 heures sur le parvis du tribunal dans le nord-est de Paris, a été perturbé par des jets de projectiles et la police a fait usage de gaz lacrymogène. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans les rues alentour et sur le boulevard périphérique. Sur l’artère surplombée par les volutes de fumée, des centaines d’entre eux ont bloqué les voitures, les laissant passer au compte-gouttes. Des affrontements sporadiques ont éclaté sur le périphérique, où des policiers ont reçu des jets de pierre et répliqué en tirant avec les LBD. Dans les rues, des barricades ont été érigées et des vélos ont été incendiés.

- Advertisement -

Après 22 heures, des voitures de police ont été la cible de jets d’objets divers (pierres, bouteilles), notamment sur l’avenue de Clichy où les pompiers ont dû intervenir pour éteindre des feux de poubelles et des barricades. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène. Les troubles ont aussi gagné les rues de la commune limitrophe de Clichy (Hauts-de-Seine), avec des feux de poubelle et des barricades le long de l’artère principale, ainsi que les vitres d’un poste de police municipale saccagées.

« La violence n’a pas sa place en démocratie. Rien ne justifie les débordements survenus ce soir à Paris, alors que les rassemblements de voie publique sont interdits pour protéger la santé de tous », a réagi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner en fin de soirée.

 

Auteur
Avec Agences

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Le président Kais Saied s’en prend aux syndicats

Le président tunisien Kais Saied rue dans les brancards. Acculé, isolé, de plus en plus impopulaire, il s'en prend aux syndicats. Kais Saied n'entend pas...

Les plus populaires

Commentaires récents