9 février 2023
spot_img
Accueil360°Alger la Blanche voilée de corbeaux

Alger la Blanche voilée de corbeaux

TRIBUNE

Alger la Blanche voilée de corbeaux

«Il vaut mieux garder la nostalgie d’un paradis en le quittant que de le transformer en enfer en y restant.» (Jacques Ferron)

Bien avant l’accession d’Abdelmadjid Tebboune à la magistrature suprême, notre suprême capitale avait déjà subi des outrages à l’honneur de ses emblématiques ouvrages. Depuis longtemps, Alger s’était métamorphosée. Elle a été convertie aux mœurs méphistophéliques de l’Orient. Alger la Blanche, glorifiée par les chanteurs et célébrée par les noceurs, s’était badigeonné sa sublime face immaculée de noirceurs. On avait flétri son splendide centre urbain. Altéré sa flamboyante architecture.

Enténébré sa prestigieuse culture. Travesti ses normes vestimentaires locales. Acculé à l’exil nombre de ses nobles résidents. Perverti son âme populaire débonnaire. Démoli son légendaire sens de l’humour. Alangui sa fibre patriotique révolutionnaire. Détourné son caractère méditerranéen vers les sables mouvants du caractériel désert arabique. Dérouté son esprit universel vers le particularisme confessionnel orientalement borné.

Aujourd’hui, même son éternel ciel bleu azur ne reconnaît plus sa terre natale algéroise, sa séculaire ville historique. Elle est devenue un affront urbanistique et culturel à ses yeux ensoleillés d’amour pour ses habitants.

- Advertisement -

D’après certaines sources sûres, le ciel aurait demandé un visa d’installation à plusieurs pays européens où se sont exilés à contrecœur de nombreux Algérois, pour pouvoir réchauffer leur destin refroidi par les frimas du climat (social) glacial du pays d’accueil. Mais aussi pour trouver refuge auprès d’eux de manière à se blottir dans leur giron réputé pour sa fraternelle et affectueuse protection.

De même les frétillants et pétillants oiseaux de jadis ne pépient plus, ne chantent plus, car affligés de chagrin, accablés de tristesse par le sinistre spectacle offert sous leurs ailes au corps désormais décharné par manque de becquetance à se mettre sous le bec, accaparée par la population miséreuse, devenue avare à force de privations alimentaires infligées par le pouvoir établi. Beaucoup d’entre eux ont émigré vers d’autres cieux, plus cléments et plus généreux.

Depuis lors, Alger, sous un ciel déchiré quotidiennement par des croassements lugubres catapultés fanatiquement d’Orient, s’est recouverte de voraces corbeaux noirs, se ruant, dans un tumulte assourdissant de frénésies dévotieuses vicieuses, sur sa culture bestialement dépecée, son architecture sauvagement défigurée, son esprit cosmopolite et tolérant scandaleusement mutilé.

En effet, des nuées de silhouettes sombres, s’apparentant à de mystérieuses chouettes noires, au milieu d’autres flâneurs intrus, de jeunes à la vie déjà usée, sous les yeux hagards d’autochtones médusés, sillonnent les sombres artères jonchées de détritus, tapissées d’immondices empestant l’indigence, escortées de crasses d’ignorance. Tels des corbeaux, dès l’aube, ces silhouettes à la figure grimée de barbe noire ou attifée de turban wahhabite battent le pavé de la capitale d’un pas hésitant, irritant, débilitant, mais avec un esprit fanatiquement militant.

Emmitouflées dans leur tenue de prière exhalant des relents de misère intellectuelle, elles s’aventurent dévotement dans l’espace urbain public algérois dégradé pour prendre d’assaut les chaussées défoncées, les trottoirs engoncés, dans une atmosphère polluée de détresses avec fatalisme assumées, saturée d’agressivité difficilement réprimée, emplie d’humeurs psychologiquement déprimées. Dans leurs pérégrinations monotones et insipides, elles traînent leur oisive vie avec une anxieuse nonchalance stupide. À croire que leur inénarrable hijab ou leur barbe hirsute leur sert de cuirasse pour camoufler les stigmates de leurs vacuités existentielles, les flétrissures de leur misérable vie.

Sur les principales rues commerciales algéroises sillonnées par de ténébreux zombies exsudant la mal-vie, dominent trois types d’établissements de commerce : les boutiques de vêtements bas de gamme pour dames dénudées de flouze mais heureusement couvertes des pieds à la tête de leur accoutrement de rigueur en vigueur dans toute l’Algérie à la pointe de la modernité islamique et des mondanités haillonneuses ; les boutiques cosmétiques fréquentées par de nonchalants chalands au corps étique couronné de figure mystique mais dénuée d’éthique ; et les établissements de restauration servant des repas à l’hygiène et à la diététique à telle enseigne douteuses qu’ils peuvent vous faire passer de vie à trépas.

Ces trois types de commerce symbolisent l’Algérien moderne éborgné par l’islamisme.

L’autre œil valide lui sert à lorgner l’Occident mécréant, son véritable paradis, convoité avec de suppliques prières adressées obséquieusement aux ambassades pour décrocher le béni visa salutaire, plus socialement lucratif que les « hassanates » renvoyées aux calendes grecques. Cela expliquerait l’aveuglement de son attitude vis-à-vis de son pays, livré à un peuple frappé de cécité qu’on appelle ignorance intellectuelle ou infirmité économique.

Aujourd’hui, sa vie se borne à se vêtir d’habits importés, à se divertir son épiderme à coup de produits cosmétiques importés et, enfin, à se bâfrer d’aliments importés. Chercher l’erreur existentielle et sociale. La production ne semble pas avoir été programmée dans le catalogue des revendications de l’Algérie indépendante.

Depuis plus d’un demi-siècle, l’Algérie fabrique en série des enfants (on est passé de 11 millions d’habitants en 1962 à plus de 42 millions aujourd’hui), pourtant elle ne construit aucune industrie afin d’intégrer cette excédentaire population dans la production pour la transformer en force productive. Et pour cause ! Il est vrai que, croyance religieuse et fatalisme aidant, par la grâce de Dieu, le désert pourvoit aux besoins des Algériens au moyen de cet or noir. À quoi bon construire des usines, cultiver la terre ! En attendant, la bourgeoisie étatique et affairiste algérienne a accaparé cet or noir, source de sa richesse obscure. Offrant au peuple juste la bile noire, cette source de sa mélancolique existence désertique.

Voilà les trois principales devantures commerciales ornant les artères algéroises. Ecrasés sous le poids de frêles immeubles vermoulus d’incuries jusqu’au sommet de leur État délabré, chancelants comme le régime actuel vacille sur ses fondements, arborant des façades lézardées de coupables négligences réhabilitatrices urbaines étatiques, ces bazars captivent les regards hagards des bizarres badauds impécunieux mais au tempérament impétueux, jamais parcimonieux d’esclandres courtois publics et de pugilats poignants de coups émotionnels et commotionnels.

Dans cet Alger anciennement la Blanche, où jadis on ne pouvait y pénétrer sans costard et cravate, aujourd’hui tout le monde déambule en kamis et savates. Dans cette capitale enténébrée par la sombre idéologie religieuse mortifère salafiste, même les salles de cinéma ont disparu du paysage urbanistique, dépourvu également d’offices touristiques. Les salles de cinéma ont été remplacées par les salles de prière. Le grand écran du cinéma a été troqué contre l’immense tapis de la mosquée.

Dans ces gigantesques salles de mosquée à l’entrée gratuite, à l’inverse de tous les autres rares divertissements et loisirs tous payants facturés à des tarifs prohibitifs, on ne diffuse qu’un unique programme. Le scénario est invariablement et immuablement identique aux cinq séances quotidiennes. Pas de péripéties. Pas de rebondissements possibles. Ainsi en a décidé le réalisateur céleste et son metteur en scène sur terre. La masse moutonnière assiste passivement à la diffusion de sa vie en spectatrice prosternée devant un destin élaboré, selon elle, dans la salle de montage céleste. La vie muselée de cette masse moutonnière, remise entre les mains de Dieu, socialement immolée par le pouvoir musclé algérien sacrificateur, défile au ralenti, sans péripéties heureuses ni rebondissements salvateurs. Elle défile dans le dénuement sans perspective de dénouement. Sans coups de théâtre, excepté les coups spectaculairement assénés par un régime toujours engagé sur le théâtre d’opérations de répression. Un régime dominé par de piètres acteurs de la politique spectacle, tout juste capables de représentation vaudevillesque jouée depuis 58 ans par les mêmes clowns, clones fécondés et manœuvrés tels des pantins par des parrains embusqués dans les coulisses du véritable pouvoir étatique autocratique.

En guise d’ambitions, la jeunesse algéroise ne rêve que de conquêtes gauloises pour décrocher l’amour de long séjour résidentiel, d’accostages français pour s’immerger dans les eaux troubles de la vie précaire hexagonale, d’aventures européennes avec le risque certain de noyer définitivement son espoir en pleine embarcation échouée en mer méditerranéenne.

Trompée par le pouvoir gérontocratique FLNnesque, en attendant la majorité de la jeunesse trempe son ennui dans les eaux glacées du désarroi, du désespoir, du suicide social et existentiel.

Paradoxalement, dans ce pays méditerranéen pourtant baigné d’eau, ces forces vives de la nation ne peuvent même pas s’adonner à la natation. En effet, pour tromper son ennui suintant d’afflictions, la jeunesse algéroise ne trouve aucune piscine pour tremper son corps déshydraté par la sécheresse de sa monotone vie, mais détrempé de sueurs de ruminations anxieuses.

Même la plage n’est plus à la page. Le splendide littoral de la mer a subi des ravages, des outrages, sur ses rivages. Une chose est sûre : nos plages ne connaissent pas le chômage, devenues sources de profits et d’agiotages, pour les spéculateurs spécialistes du traficotage, ces requins qui ont pris l’Algérie en otage. Les anciennes paisibles plages du littoral algérois à la mer pure et cristalline ont été transformées en décharges publiques où viennent s’échouer et s’agglutiner des hordes de vacanciers sauvages et d’estivantes affublées de scaphandres salafistes, probablement pour éviter le naufrage de leur corps doctrinal encombrant leur petite cervelle congestionnée d’archaïsmes stérilisants.

Dans cette capitale outrancièrement bétonnée, anarchiquement dilatée, même les routes sont devenues aujourd’hui des cimetières à ciel ouvert où circulent sauvagement des cercueils ambulants conduits par des fous du volant, probablement des fous de Dieu pour qui la vie sur terre n’a aucune saveur, la vie d’un être humain n’a aucune valeur ; de là s’explique leur propension à devenir tueur.

Dans cette capitale, jadis pépinière de bibliophiles, peuplée de librairies (comme l’a résumé un ami journaliste « la belle époque où même le vendeur de tissu était un intellectuel ! Aujourd’hui, même le détenteur d’un doctorat de l’université est inculte !), les derniers grands lecteurs de naguère ont brûlé leurs dernières cellules grises lumineuses à l’époque de la décennie noire, consumées d’abord par l’islamisme rompant, ensuite terrorisant, et désormais envahissant.

Dans ce sombre portrait des Algérois, une lueur d’espoir commence à jaillir. Dans le même temps que les Algérois ont fâcheusement cessé d’être des lecteurs actifs, ils ont consciencieusement cessé d’être des électeurs passifs. Certes ils ont renoncé à leur devoir de lire, mais ils ont exercé concomitamment leur droit de refus d’élire. Aussi, ont-ils pris la résolution politique de ne plus participer aux mascarades électorales remportées constamment par la même inamovible classe politique maffieuse avec des scores brejnéviens et des records de truquages des scrutins.

Ironie du sort, dans cette belle capitale, ville de mon enfance et de ma jeunesse, de tous les édifices encore provisoirement debout, seule la gigantesque dispendieuse mosquée algéroise, érigée par l’ancien grabataire roi-président Boutef IV, royalement destitué par le valeureux peuple algérien lors du Hirak, est solidement bâtie aux normes modernes. Les autres bâtiments tombent en ruines, à l’instar de l’institution étatique gâtée par les crises économique, sociale, politique, corrodée par l’indéfectible dissidence subversive du peuple algérien, lui toujours bravement debout.

Pour conclure, advienne que pourra : à nos yeux nostalgiques embués de larmes de rage tragique, Alger demeure toujours blanche. Toujours cette capitale admirée du monde entier. Cette ville baptisée autrefois La Mecque des Révolutionnaires. Mais devenue aujourd’hui le Goulag islamiste des Algériens.

Alger vaut bien toujours une déambulation flâneuse, un séjour prolongé, une habitation pérenne. Une nouvelle reconstruction. Un blanchiment pour effacer les noirceurs de sa vie architecturale, urbanistique, culturelle.

Cette captivante capitale vaut bien une prière capiteuse ! Un copieux plat de fruits de mer partagé avec les copains !

Mesloub Khider

Nota bene : N’y voyez aucun snobisme ni « algéroinisme ». J’aime toute l’Algérie. Il s’agit juste d’un hommage personnel rendu à Alger de mon enfance, de ma jeunesse, en ces temps sombres marqués par la pandémie et la fermeture des frontières, où les souvenirs affluent à la surface de ma mémoire. Et les dégâts décrits d’Alger s’appliquent en vrai à toute l’Algérie. À travers Alger, c’est toute l’Algérie glorieuse de jadis que je pleure, mais de larmes de fierté d’avoir côtoyé cette ancienne Algérie post indépendante peuplée d’hommes et de femmes valeureux, qui, partout, par leur prestance et leur noblesse, forçaient le respect, suscitaient l’admiration, attiraient l’affection !

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Sahel : Lavrov promet l’aide de la Russie au Mali

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis mardi l'aide de Moscou aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée face...

Les plus populaires

Commentaires récents