29 juin 2022
spot_img
AccueilA la uneAlgérie : «Le fou court, la foule suit … »

Algérie : «Le fou court, la foule suit … »

Chanegriha et Tebboune

L’un des paradoxes de l’économie algérienne est d’être fondé sur une richesse dont l’existence renforce à terme les capacités de financement en même temps qu’elle introduit un élément de fragilité.

Il suffit d’une baisse des prix de référence ou des réserves à un moment inopportun pour le développement de son économie menaçant la pérennité de son principal moyen d’existence pour provoquer de graves déséquilibres économiques, politiques voire sociaux. De plus, il suffit de considérer les graves dysfonctionnements dont souffre actuellement l’Algérie pour se persuader qu’une forte croissance de revenu en devises ne mène pas nécessairement au développement économique.

Le fait que les recettes pétrolières vont pour l’essentiel au gouvernement qui décide de leur répartition et de leur affectation, fait en sorte que le revenu est moins perçu comme la contrepartie d’efforts productifs que comme un droit dont on peut jouir passivement du moment qu’il est octroyé en dehors de la sphère interne de la production.

La question qui reste pendante est de savoir, dans quelle mesure, le pouvoir en Algérie, est-il ou peut-être productif, c’est à dire dans quelle mesure, pouvoir et production se nourrissent mutuellement.

- Advertisement -

Pouvoir et production sont les deux coordonnées de base de toute communauté quelque que soit le degré de son « développement » économique ou politique. Car il ne peut y avoir de pouvoir sans production et toute production s’inscrit dans une pratique de pouvoir.

La qualité du pouvoir se déduit en grande partie de la qualité de sa légitimité et c’est la légitimité du pouvoir qui en facilite sa productivité. La légitimité du pouvoir se fait mieux et plus facilement à travers sa légitimité qu’au moyen de sa violence.

Dans ce cas, le risque est grand de voir les bénéficiaires de la rente se désintéresser de toute activité réellement productive. La légitimité implique en premier lieu une certaine relation de réciprocité politique entre dirigeants et dirigés, entre employeurs et employés, relations vécues comme plus ou moins légitimes selon son degré de réciprocité.

Plus la légitimité de ce pouvoir n’est profonde, plus le pouvoir est en mesure de faire l’économie de la coercition. C’est la légitimation du pouvoir en place qui en assure sa force. Car la violence ou du moins une partie est une indication de l’impuissance du pouvoir.

La mise en production du pouvoir s’opère par des inégalités économiques instituées, reconnues et légitimées. Tout rapport de pouvoir comme toute production s’inscrit dans une logique de relations d’inégalités qui différencie les membres d’une communauté. Le rapport entre pouvoir et production se fait au travers de la mise au travail de ces relations d’inégalités.

Plus le pouvoir est légitimé, plus la violence est implicite, invisible. Ce n’est que lorsque la légitimité d’un ordre politique ou économique donné est en crise que la violence refait surface et que le pouvoir se défend par la force ouverte. La montée de la violence est donc la manifestation de l’incapacité des élites dirigeantes à mettre productivement au travail leur pouvoir.

D’un point de vue général, plus l’Etat est contre la société, moins il y a production, moins il y a adhésion et plus il y a frustration et humiliation. Or, l’humiliation est peu productive économiquement mais remplit un rôle important pour le maintien au pouvoir dans la mesure où elle démontre l’arbitraire qu’elle contient.

Le problème de la productivité est un problème d’organisation donc de management donc de managers.

Cette analyse met en œuvre qu’on le veuille ou non la responsabilité de l’organisation c’est à dire des dirigeants qu’ils soient des dirigeants politiques ou des dirigeants d’entreprises.

Le problème de l’entreprise en Algérie est également un problème de climat moral parce qu’il y a confusion entre l’économie et le social. En effet, les mesures économiques visant à développer la production et à rentabiliser la gestion ont souvent un effet antisocial car elles favorisent la concentration des richesses et du pouvoir de décision entre les mains d’entrepreneurs, plus soucieux de productivité et de rentabilité que de paix ou de justice sociale.

En sens inverse, les mesures sociales qui visent à une grande justice dans la répartition sociale et à une amélioration du sort des couches modestes de la population coûtent de l’argent à la société et l’appauvrissent d’une certaine manière générale, les mesures économiques sont considérées anti sociales et les mesures sociales antiéconomiques et la politique au sens noble du terme nous semble-t-il est l’art difficile d’établir dans une société donnée à un moment donné un certain dosage entre les mesures économiques et les mesures sociales.

En prenant les problèmes à leur niveau le plus élémentaire, il s’agit pour commencer de parvenir à nourrir correctement une population croissante qui sur le plan agricole ne parvient pas à satisfaire ses besoins alimentaires, d’assurer un niveau de santé minimal en-deçà duquel tout espoir d’atteindre une productivité suffisante est vain, de fournir une éducation élémentaire, technique et professionnelle à une jeunesse de plus en plus nombreuse et de plus en plus désemparée.

Dans cet esprit, l’entreprise algérienne aura à jouer un rôle primordial, son efficacité à produire et à vendre dépendra de la qualité de son organisation interne, c’est à dire de l’étendue et de la profondeur de la soumission de ses employés.

Dans le rapport salarial, le pouvoir consistera essentiellement à obtenir la plus grande soumission possible au moindre coût. C’est pourquoi, le développement de l’économie dépendra désormais d’une main d’œuvre instruite qualifiée et motivée. Le facteur essentiel pour l’avenir du pays, c’est la conviction que les cerveaux constituent la plus importante des richesses de n’importe quel pays.

C’est de la capacité de certains acteurs d’imposer à l’ensemble des autres acteurs leur conception de la société, de ses objectifs, de ses modes d’évolution que se mesurent la profondeur et l’authenticité d’un pouvoir.

Aucun gouvernement ne peut avoir d’autorité et aucun plan de redressement ne peut être réalisé efficacement sans l’association des populations au processus de décision et de planification de l’Etat, car plus il faut travailler à l’acceptation du système par la population, gagner son adhésion et sa soumission, plus la bureaucratie se fait tentaculaire, plus grande est la partie d’énergie sous traitée aux entreprises économiques et sociales productives pour être consacrée au seul maintien du pouvoir et à la stabilité sociale.

La perte d’énergie ainsi sous traitée peut entraîner un cercle vicieux, plus on est mécontent, plus l’opposition se manifeste sous diverses formes et plus ils doivent travailler pour s’y maintenir, un tel enchaînement peut-il être rompu sans de violentes convulsions dont l’issue finale est si incertain C’est une chose que la phase politique de libération nationale, c’en est une autre que la phase économique, construire une économie était une tâche bien délicate, plus complexe qu’on ne le pensait.

Dans la plupart des cas, on a laissé s’accroître les déficits et la création des crédits afin d’augmenter artificiellement les recettes publiques, au lieu d’appliquer une politique authentique de redistribution de revenus à des fins productives. Afin d’éviter d’opter pour l’une des différentes répartitions possibles entre groupes et secteurs, on a laissé l’inflation » galoper » à deux chiffres. Cette façon de faire s’est révélée déstabilisatrice.

Dans la conjoncture actuelle, l’équilibre de l’économie algérienne dont la base matérielle est faible dépendra de plus en plus de la possibilité de relever la productivité du travail dans la sphère de la production et dans le recul de l’emprise de la rente sur l’économie et sur la société.

La solution à la crise, c’est d’abord l’effort interne du pays, plus on parvient à se mobiliser par ses propres forces, moins on est demandeur,  moins on est vulnérable, cette possibilité est cependant contrariée par l’ordre international dominant et freinée par les formes d’organisations économiques et sociales que la classe au pouvoir a mis en place à des fins de contrôles politique et sociales ; si bien que l’équilibre ne peut être rétabli soit par un nouveau recours à la rente ou à l’endettement si le marché mondial le permet, soit par une détérioration des conditions d’existence des larges couches de la population.

Dr A. Boumezrag

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

46 corps découverts dans un camion-charnier au Texas

Les corps d'au moins 46 personnes ont été découverts lundi dans un camion près de San Antonio, au Texas (sud des Etats-Unis), selon plusieurs...

Les plus populaires

Commentaires récents