9 décembre 2022
spot_img
AccueilChronique Cri de détresse : "Ne me donnes pas une sardine, je suis...

 Cri de détresse : « Ne me donnes pas une sardine, je suis la sardine ! »

 

C’est le dernier recours, l’ultime chance de survie pour les victimes du covid-19 en détresse respiratoire aigüe. C’est la pathologie la plus grave engendrée par le covid-19. Les poumons n’arrivent plus à oxygéner le corps. En l’absence d’un respirateur artificiel, le patient dépérit et meurt. 

L’Algérie a besoin de respirer avec ses deux poumons : le pétrole et le gaz. Les recettes pétrolières et gazières, représentent 98 % des revenus en devises du pays et couvrant plus de 75 % des besoins des ménages et des entreprises. 

Une baisse brutale et durable du prix des hydrocarbures, des débouchés ou des réserves serait-elle fatale ou salutaire pour le pays ? Les revenus des hydrocarbures jouent un rôle considérable dans le financement des ménages et des entreprises. Ils ont non seulement façonné l’économie nationale mais également la mentalité de la société algérienne. En procédant à leur redistribution à des fins de légitimation, l’Etat naissant « dépolitise » la société en « l’infantilisant ». Infantiliser la société, cela consiste à agir envers la société comme si elle était un enfant. L’enfant est celui qui n’a pas la capacité de parler ou d’agir, il doit obéir. L’infantilisation s’est développée avec l’Etat providence à la faveur d’une manne pétrolière et gazière. L’Etat est là pour le protéger, le surprotéger, veiller sur son sommeil et assurer sa nourriture. 

Elle s’est accompagnée d’une féminisation de la société et un effondrement des valeurs morales traditionnelles. A-t-elle point qu’il est devenu une honte de gagner de l’argent en dehors de l’Etat c’est-à-dire à partir de son travail ou de sa production. Tous sont sommés de tendre la main à l’Etat qui dispose des revenus pétroliers et gaziers.

- Advertisement -

C’est dire que les élites au pouvoir ne renonceront jamais de leur propre gré à la distribution de la rente pétrolière et gazière et n’accepteront jamais d’en rendre compte à moins d’y être contraints. Ce sont ceux qui souffrent du système qui doivent y mettre fin et pour cela ils ne doivent compter que sur eux-mêmes. 

Ceux qui profitent des largesses du système feront tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir le statu quo. Il ne s’agit pas de convictions mais d’intérêts. « L’eau du fleuve ne retourne jamais à sa source ». C’est pourquoi les jeunes ne veulent pas de cet argent là… Entendez leurs cris de détresse bravant la mort, à bord d’embarcation de fortune traversant la Mméditerranée pour rejoindre les côtes européennes, fuyant les interdits de la politique, de la religion, de la pauvreté en brûlant au passage leur nationalité algérienne la mort dans l’âme : « gardez vos pétrodollars, emportez le dans vos tombes si vous voulez, maisde grâce épargnez nous vos sarcasmes. Vous ne trompez plus personne. Vous avez épuisé vos dernières cartouches. La vérité a fini par éclater au grand jour. 

 « On a beau dissimiler ses excréments au fond de l’eau, ils remontent toujours à la surface ». Nous sommes pour un argent propre gagné à la sueur de nos fronts. Et vous êtes incapables de nous offrir des emplois permanents productifs car vous ne connaissez pas la valeur travail. 

Pourtant l’école française vous a appris que le travail éloigne de nous trois maux ; l’ennui, le vice et le besoin ; mais vous n’apprenez pas vos leçons. Votre école conçue pour les indigènes que nous sommes  nous  apprend à mémoriser et non à réfléchir, à vous obéir et non à vous contester. Elle nous a livré à la rue, au chômage et à fuir le pays que vous vous glorifiez de l’avoir libéré du joug colonial alors que vous vous soignez dans ses propres hôpitaux à nos frais par les médecins algériens que vous avez chassez. Vous avez passé toute votre existence à ruser et non à travailler, à vous pavaner et non à réfléchir, à palabrer et non à  agir. Que Dieu vous pardonne. Vous avez succombé à la facilité.

 Longtemps frustrés, vous avez mis les bouchées doubles sans pourtant vous rassasier. Ce pétrole votre  « eau de jouvence » est pour nous « le sang des martyrs », il est sacré. Aujourd’hui, c’est nous les jeunes qui payons le prix et le prix fort de votre égocentrisme et votre courte vue.”

Un Etat conçu et vécu comme habillage civil d’un pouvoir militaire sans uniforme le rendant invisible au regard des droits de l’homme et de la démocratie et tournant le dos aux aspirations populaires. Un Etat qui repose sur une rente et non sur une production.  Un Etat qui se fonde sur la force et non sur le droit. 

Un Etat conquis par les armes et corrompu par l’argent facile. Vivant exclusivement de la rente, l’Etat peut se permettre de ne pas développer une production propre en dehors des hydrocarbures et rien ne l’empêche d’établir des relations clientélistes avec les acteurs économiques et sociaux qui se sont multipliés au fil du temps et des sommes amassées. Partant du principe sacro-saint que tout problème politique, économique ou social a une solution budgétaire.

Politiquement, le pétrole n’est pas neutre. Il attire les grandes puissances, perpétue des régimes politiques, corrompt les sociétés, enflamme les foules, et détourne le regard des démocraties occidentales. 

Il est responsable des profondes modifications des structures économiques, politiques, sociales et mentales. Il finance le déficit des entreprises économiques et le fonctionnement des institutions politiques virtuelles. Il masque l’autoritarisme de l’Etat et la paresse congénitale des populations. Il abolit la propriété privée des moyens de production au profit de la propriété « publique » rendant invisibles et infaillibles les actionnaires « politiques » en socialisant les pertes (par répression aveugle) et en privatisant les profits (par la corruption de masse). Cela conduit évidemment à la disparition de la bourgeoisie productive autochtone transparente et à l’interdiction d’entreprendre quoique ce soit de laborieux en Algérie en dehors du contrôle de l’Etat c’est-à-dire des tenants du pouvoir. 

Il sera à l’origine de la constitution d’une classe sociale formée d’une bourgeoisie d’Etat parasitaire et  d’une oligarchie hégémonique, disposant d’un appareil sécuritaire puissant et de l’argent du pétrole et du gaz pour se pérenniser. Il a empêché quasiment le renouvellement du personnel politique atteint par la limite d’âge, la diversification de l’économie et la renaissance d’une culture ancestrale qu’elle soit ethnique ou religieuse. 

Il est établi que prix du brut est un baromètre de la santé de l’économie mondiale et un facteur de stabilisation des régimes politiques domestiqués comme les monarchies arabes et les dictatures militaires. Pour assurer sa domination sur le reste  du monde, il navigue entre deux eaux, un prix plancher au-dessous duquel il ne peut descendre sous peine de perturber les marchés entraînant une récession mondiale préjudiciable à la pérennité de la civilisation moderne et un prix plafond correspondant aux coûts de production  des énergies de substitution. 

Sur le plan sociologique, le pétrole agit sur le corps social comme un somnifère le plongeant dans un sommeil profond par la distribution de revenus factices sans contrepartie productive et la satisfaction des besoins primaires et secondaires des ménages, des entreprises et des administrations exclusivement par des importations condamnant le pays à l’immobilisme et à l’inculture. « L’inculture élève nos dirigeants en « dictateurs » de la médiocrité, et les peuples en « souverains » dociles et insatisfaits »  nous dit Christian Castelli « 

Dr A. Boumezrag

 

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Droits de l’homme : conférence d’ONG de la diaspora algérienne à Paris

Riposte internationale, le Collectif des Familles de Disparu.es en Algérie (CFDA), la Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées (FEMED), et la Ligue Algérienne des...

Les plus populaires

Commentaires récents