30 septembre 2022
spot_img
AccueilMise en avantAzazga : le wali destitue le maire et nomme un administrateur à...

Azazga : le wali destitue le maire et nomme un administrateur à sa place

Le président de l’assemblée populaire communale (APC) d’Azazga, Mustapha Bouadi, en poste depuis 9 mois, suite aux dernières élections locales, vient d’être suspendu par le  wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi qui a pris un arrêté de suspension de l’édile communale.

Cette décision est prise « conformément à  la réglementation en  vigueur, assure l’administration de wilaya » et fait suite à la situation de blocage que connaît cette collectivité locale de l’est de Tizi Ouzou. Un blocage qui a  négativement impacté le  fonctionnement de cette entité administrative et l’ensemble des projets de développement de la commune.

Le maire qui vient d’être suspendu et qui avait assuré deux mandats à la tête de l’APC d’Azazga (1997-2002 et 2012-2017) conteste la décision du premier magistrat de la wilaya de Tizi-Ouzou qu’il considère non conforme au code régissant le fonctionnement des communes et assure ne pas être destinataire d’une notification officielle de suspension lui enjoignant de quitter son bureau de maire.

D’où le risque du déclenchement d’un bras de fer qui l’opposerait au fonctionnaire qui vient d’être désigné a sa place.

En effet, Mohamed Saïd qui officiait comme secrétaire général au niveau de la même commune vient d’être officiellement  nommé pour gérer les affaires courantes jusqu’à l’élection d’un nouveau maire parmi les 19 membres  élus composant l’assemblée.

- Advertisement -

Sur ce nombre d’élus qui composent l’assemblée communale d’Azazga, les partis politiques, notamment le FFS et le FNA occupent des positions minoritaires avec respectivement, 4 et deux élus chacun. Le reste des membres de l’assemblée sont issus de listes indépendantes.

En raison des majorités étriquées qui les composent, plusieurs APC de la wilaya de Tizi-Ouzou sont en butte à ce genre de querelles et de tiraillements entre les élus. Une situation qui pourrait conduire l’administration  de tutelle à prendre des mesures similaires à celles qui vient d’être prise au sujet de la commune d’Azazga.

Notons aussi que des élections partielles seront organisées à Ait Mahmoud (daïra d’Ath Douala), Aït Boumahdi (Ouacifs). Cinq partis  et six groupes d’indépendants ont retirés des dossiers de candidature  auprès de l’instance locale de surveillances des élections en vue de leur participation au scrutin partielles du 15 octobre prochain au niveau de ces communes où les électeurs avaient boudé les urnes lors des précédentes élections communales.

Samia Nait Iqbal

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Qu’as fais ce maire ? vole une banque ? abuse de quelqu’une ? Apres tout il a ete elu par les habitants de cette ville et a moins d’un acte criminel , ce wali n’as aucun droit a le degommer de sa position. Mais on est dans le non droit dans ce bled !
    Par le peuple et pour le peuple ? Khorti!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le PDG d’El Watan aux grévistes : « Foutez le camp d’ici ! »

Dans son communiqué n°9, la section syndicale du journal El Watan dénonce le comportement de la direction et les intimidations, les provocations de...

Les plus populaires

Commentaires récents