3 juillet 2022
spot_img
AccueilA la uneBentobbal vs Abane 

Bentobbal vs Abane 

Lakhdar Bentobbal

C’est Didouche qui disait : « Si nous venons à mourir, défendez nos mémoires.»

Eh bien en tant que citoyen anonyme, je ne peux me taire devant le silence assourdissant et étouffant de lâcheté des « élites » de ce pays devant l’accusation proférée par Lakhdar Bentobbal, dirigeant important et de premier plan de la révolution algérienne, à l’encontre de ses compagnons d’armes. 

Cela fait plus d’un mois que le livre est sur les étals de librairies et c’est le black-out médiatique total. Point de réaction ! Nada ! Rien. Notre élite regarde ailleurs. Peut-être que c’est la dimension de la personnalité de Lakhdar Bentobbal qui la refroidit. Peut-être que c’était plus facile de s’attaquer à Ali Kafi.

Peut-être que les temps sont plus difficiles, ombrageux et périlleux  pour la liberté de penser et de dire. Ceci dit, Dans ses mémoires, tome 2, « Lakhdar Bentobbal- la conquête de la souveraineté- » ce dernier n’y va pas avec le dos de la cuillère pour fustiger et stigmatiser ses compagnons d’armes ; Abane Ramdane (traître et mérite sa mort)  –Ferhat Abbas- Mohamed Boumendjel et Ahmed Francis  (pas suffisamment patriotes) – Krim Belkacem, Amar Ouamrane et Mahmoud Cherif (impliqués dans l’assassinat de Abane. Et j’en passe. Rien que ça et même plus, il fait le procès de la gestion, plutôt du commandement des autres wilayas et particulièrement la wilaya 3 historique et fait témoigner à charge Kafi contre Amirouche et sur la « bleuite » ; bien sûr en les comparant à sa wilaya 2 qu’il érige en modèle en terme de cohésion entre le peuple ,l’ALN et son commandement. 

- Advertisement -

La grève des huit jours (1957) à Alger n’est pas en reste et est fortement critiquée par Bentobbal sous prétexte que la décision a été prise  par le seul Abane. Juste pour rappel, on est au sortir du congrès de la Soummam qui a doté la révolution d’organes exécutifs. Et l’Algérie indépendante célèbre cette date comme la réaction du peuple en phase avec le FLN contre la propagande coloniale. 

Ce qui frappe l’esprit, de prime abord, ce qui nous interpelle au-delà des clivages personnels entre Abane et Bentobbal, deux visions en fait de la libération nationale s’opposaient et qui préfiguraient du fonctionnement de l’Etat algérien indépendant. Celle de Bentobbal a prévalu. Lakhdar Bentobbal (il associe Krim et Boussouf) se voulait et c’est injustifié l’incarnation de la révolution (ligne dure) et voulait que tous les autres ne prennent pas de responsabilités politiques et que leurs rôles devaient se limiter uniquement aux questions techniques. 

Pour Lakhdar Bentobbal, la décision devait être l’exclusivité et la prérogative des 3 B (pages 14-15). L’Algérie d’aujourd’hui continue de souffrir de ce syndrome. 

Pour Lakhdar Bentobbal le FLN c’est la continuité du MTLD et de l’OS. Le MTLD pensait que l’indépendance sera l’œuvre du parti et que tout ralliement doit se faire sous la coupe des anciens de l’OS. 

Pour Abane, Le FLN n’est pas la reconstitution du MTLD. Le FLN est le rassemblement de tout le peuple Algérien. Le FLN est en rupture avec l’ordre ancien. Le FLN est venu pour faire sortir le mouvement national de l’impasse dans laquelle il s’est englué (voir Mabrouk Belhocine : «Le courrier Alger- le Caire »). 

En termes de stratégie révolutionnaire et de doctrine, Bentobbal est resté scotché dans sa vision primaire de la libération nationale alors qu’Abane incarnait l’esprit révolutionnaire en rupture avec l’exclusivisme de Bentobbal. Une nouvelle situation politique et géopolitique était née que Bentobbal ne percevait pas à sa juste mesure. 

Autre interrogation. Comment expliquer cette ligne dure alors qu’il reprochait à Abane le principe du « préalable de l’indépendance avant toute négociation » (p15). Un principe repris par les négociateurs d’Evian. Abane a tracé le chemin. Et c’est la marque d’un grand dirigeant.

Autre fait, Abane dénonçait les agissements de Boussouf et Bentobbal (ami d’enfance de Boussouf) prenait cette accusation sur la gestion Boussouf comme une volonté d’éliminer son ami pour des ambitions de leadership. Et au final Bentobbal donne raison et confirme les dires de Abane (p 23).

 Le plus dramatique dans tout cela  c’est à la p 25. Voilà ce que dit Bentobbal à propos de Abane :  «  Sur le plan de la compétence, il nous dépassait dans  beaucoup de domaines .Il nous dépassait surtout par ses capacités de dirigeant. Dans la zone autonome d’Alger, son nom s’est imposé et des militants le respectaient. »   Rien que ça. No comment. Bentobbal, en condamnant à mort Abane, et  à son corps défendant, n’a t-il pas inauguré l’ère de l’assassinat des intellectuels engagés ?

En conclusion, moi citoyen anonyme, je pose une question aux historiens : « Est-il normal que les mémoires de Bentobbal, dirigeant de premier plan de la révolution, faut-il le rappeler, qui selon le transcripteur Dahou Djerbal, fidèle selon lui, ont été finalisés en …1985 et publiés en …2022 et que Lakhdar Bentobbal soit décédé en …2010 soit 37 ans après ? Est-ce crédible ?

J’interpelle aussi  Saïd Sadi en tant que leader politique, qui dans une de ses allocutions en 2001 a fait allusion à une éventuelle manipulation des mémoires de Bentobbal et qu’une pression terrible s’abattait sur Lakhdar Bentobbal et sa famille sur ce sujet là.  

La divergence ce n’est pas de la trahison. Que Bentobbal n’aimait pas Abane, Ferhat Abbés et même Abderrahmane Farès l’homme du cesser-le-feu et d’autres pour des raisons sociale, idéologique politique ou même personnelle soit, mais proférer des accusations de trahison soit disant en complotant contre la révolution (Belaid Abane a déconstruit cette accusation) c’est léger et  ça manque de profondeur. 60 ans après l’indépendance, les dégâts sont encore là.

Peut-être que c’est une question de culture et de pensée politique ? Le totalitarisme est destructeur et ravageur. Le pays est abimé et il faut vite en sortir au risque de s’engloutir et la nation avec. 

Hamel Abderrahmane

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

  1. Comme le bentobal est mort, on ne peut pas l’attaquer pour diffamation ou atteinte à la dignité humaine pour ses propos de rat d’égout à l’encontre de Abane Ramdane (tiens, il a vraiment une tête de rat d’égout). Mais la famille Abane et même des parties civiles peuvent saisir la justice et faire condamner ces propos et interdire la vente du livre. Mais quelle justice, me direz-vous ? Surement pas la justice algérienne.

  2. l’armee des frontieres dont benTbal est un membre a fait de l’Algerie une republique koreishite bananiere qui ne survit, aujoud hui, que grace au petrole et gaz. l’Algerie est a la derive et termineras mal, « merci » a leur travail de sape et a leur lachete. Quand l’Algerie recupereras son North, si jamsis, tous ces merdeux seront remis a leur place..le neant historique.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Tafsut mm idammen : i Kamel Irchen

Tiyita n 2001 werɛad tejji! D tafsut mm idammen, d taberkant. I tewwi deg ilemẓiyen d tlemẓiyin, ur ttuhwanen. I tɛeyyeb, i teǧǧa di...

Les plus populaires

Commentaires récents