30 novembre 2022
spot_img
Accueil360°Billets de banque : le mépris officiel pour tamazight

Billets de banque : le mépris officiel pour tamazight

Billet de 2000 dinars

L’Algérie officielle ne rate plus une occasion pour montrer son mépris à la dimension amazigh. Pour célébrer le 68e anniversaire du déclenchement de la révolution du 1e Novembre 1954 et à l’occasion de la tenue du sommet de la Ligue arabe, la Banque d’Algérie vient d’émettre un nouveau billet de 2000 DA et une pièce de monnaie 50 DA.

Une nouvelle pièce de monnaie métallique de cinquantaine dinars algériens, comportant l’image de la résistante Hassiba Ben Bouali a également été présentée lors de la même cérémonie.

L’iconographie de ce nouveau billet fait la part belle au thème de la libération et de l’indépendance nationale. Une représentation à laquelle est associé l’événement politico-diplomatique du jour, le Sommet de la Ligue arabe représenté par le logo officiel de cette rencontre et la carte géographique du monde arabe.

Le verso de ce billet est une représentation sous forme de  carte postale de l’Algérie  montrant des paysages  du Sahara algérien, des dromadaires,  les montagnes du Hoggar, une vue de la côte tlemcénienne ainsi que les ruines romaines de Tipaza. En bonne place figure la grande mosquée  d’Alger. A cela s’ajoutent les inévitables des éléments de sécurité, avec en filigrane l’effigie de l’Emir Abdelkader, des motifs de marques tactiles, une fenêtre transparente de la carte géographique de l’Algérie, ainsi qu’un fil de sécurité coloré. Mais rien qui rappelle l’identité amazighe. Enième mépris d’un régime qui piétine la Constitution en excluant ce référent national et par-là même les millions d’Amazighs de ce pays.

- Advertisement -

Sur le réseau social Facebook, ce nouveau billet est abondamment commenté et critiqué. Beaucoup sont déçus par le caractère désincarné  de la configuration picturale  de ce document fiduciaire  qui ne reflète  pas la réalité linguistique nationale. Outre le remplacement de la langue  française par l’anglais avec la mention « two thousand dinars », on remarque l’absence de tamazight qui, constitutionnellement, a le même statut de langue nationale et officielle que l’arabe.

L’exclusion  de tamazight de l’espace de représentation symbolique monétaire de l’Etat algérien montre encore une fois l’ostracisme qui frappe cette langue au niveau institutionnel. Une marginalisation qui est l’expression d’un parti pris politique et idéologique qui fait l’impasse sur la réalité socio politique algérienne.

« Une preuve que rien n’a changé dans la nouvelle Algérie qui fait la part belle à l’arabo-islamisme. Le tamazight comme 2ème langue officielle dans la constitution est encore ignorée comme dans l’ancienne Algérie de Bouteflika.

Les pays qui se respectent ayant plus d’une langue officielle émettent leurs billets de banque dans toutes les langues officielles. « Comme le Canada avec deux langues, la Suisse avec quatre langues ou encore l’Afrique du sud avec ses 11 langues nationales et officielles (!). Chacune d’entre elles figure sur au moins un des billets de banque en RAND actuellement en circulation », écrit sur sa page Facebook, Rachid, un Algérien expatrié au Canada.

Yacine K. 

ARTICLES SIMILAIRES

5 Commentaires

  1. çà y est ils sont Anglophone ! les billets sont bariolé d’Anglais…Ce n’est pas bien grave le dinar est une monnaie locale, lorsqu’il sera convertible, ce qui n’est pas prévu on en reparlera. Le peuple a voté par référendum pour ces changements, démocratiques ?

    Ils massacrent les langues, l’Arabe et le Français, ils méprisent la langue Amazigh et ils courent après l’Anglais…pour se la péter disent les jeunes…Le sous développement a encore de très beaux jours dans ce pays !

  2. l’Algérie suit comme une petite brebis l’exemple des monarchies et pays du Moyen-Orient ! le nationalisme arabo-musulman poursuit sa route jusqu’à la bêtise !

  3. Il faut que l’ensemble des Amazighs d’algérie décrètent que Tamazight n’est pas une langue officielle en algérie.
    Les choses sont on ne peut plus claires. Tamazight ne fait pas partie de l’algérie. Combien d’insultes, combien de mépris faut-il pour que les Amazighs d’Algérie comprennent cela. L’algérie est arabe et le restera tant qu’elle est dirigée par des arabo-islamistes. Réveillez-vous et suivez l’exemple des Kabyles qui ont rompu avec cette utopie de l’algérie amazigh. Vive la Kabylie indépendante.

  4. Pourquoi écrivent-ils « Benk Al Kaza’ir » avec un ‘k’ ?
    Ou alors, s’il s’agit d’un « dj », pourquoi écrivent-il « Bendj El Dajaza’ir ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Lutte anti-incendies de forêts : acquisition prochaine de drones

Le Directeur général des forêts, Djamel Touahria, a annoncé lundi à Skikda que des drones seront acquis dans le cadre de la stratégie nationale...

Les plus populaires

Commentaires récents