27 janvier 2023
spot_img
AccueilMondeBorne : ni "immigration zéro", ni "immigration dérégulée"

Borne : ni « immigration zéro », ni « immigration dérégulée »

Assemblée nationale
Assemblée nationale

La Première ministre, Elisabeth Borne, a pris la parole à l’Assemblée pour présenter le projet de loi sur l’immigration, accompagnée de Gérald Darmanin.

Ni « immigration zéro », ni « immigration dérégulée ». Voici comment Elisabeth Borne présente le but du projet de loi dont devront débattre les députés. La Première ministre était mardi 6 décembre devant l’Assemblée dans l’espoir de dégager un consensus délicat avec l’opposition sur le sujet ultra-sensible de l’immigration.

Elle a promis un texte « équilibré ». Le projet de loi vise essentiellement à rendre plus efficaces les procédures d’expulsions du territoire français.

La France doit pouvoir « dire qui on veut » et « qui on ne veut pas » accueillir, a résumé la Première ministre Elisabeth Borne en ouvrant le débat, estimant que « l’immigration zéro n’est ni souhaitable, ni possible, pas plus réaliste que ne l’est une immigration dérégulée ». Elle a réaffirmé sa volonté d’allier « fermeté » et « humanité » avec ce texte qui doit être déposé début 2023.

Prolonger « les améliorations de la loi asile-immigration » de 2018

Le texte comporte des mesures visant essentiellement à rendre plus efficaces les procédures d’expulsions, une équation qui empoisonne la politique migratoire française depuis des années et que la dernière loi de 2018 n’a pas permis de résoudre. « Nous voulons que le futur texte prolonge les améliorations de la loi asile-immigration » de 2018, a d’ailleurs souligné la Première ministre.

- Advertisement -

Le gouvernement présente une série de durcissements et une réforme « structurelle » du système d’asile au service de l’accélération des procédures, ainsi que quelques mesures en faveur de l’intégration.

Le grand écart entre les deux mesures-phares symbolise l’équilibre recherché: d’une part la délivrance d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) dès le rejet d’une demande d’asile en première instance, d’autre part la création d’un titre de séjour pour les travailleurs sans-papiers dans les « métiers en tension », qui manquent de main-d’oeuvre.

Au sein de la majorité, le député Marc Ferracci, membre du groupe de travail immigration de Renaissance, défendait avant le débat l’idée d’un « permis de séjour à points » pour « une immigration qualifiée », sur le modèle canadien. Il s’agit de « ne pas se laisser politiquement enfermer par LR et RN sur un débat uniquement quantitatif ».
«Ce texte ne servira encore une fois à rien »

Voilà l’enjeu du débat, qui sera suivi d’un autre au Sénat le 13 décembre: donner des gages à toutes les sensibilités, surtout à droite, sans vider le texte de sa substance. Le ministre de l’Intérieur doit ainsi recevoir le président des députés LR Olivier Marleix le 15 décembre, date à partir de laquelle le texte peut être envoyé au Conseil d’Etat.

« Ce texte ne servira encore une fois à rien », a balayé mardi Marine Le Pen lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale. « Ça ne fera pas avancer la situation qui est pourtant catastrophique (…): l’immigration dans notre pays est totalement hors de contrôle », a déclaré la cheffe de file des députés Rassemblement national.

Comme l’extrême droite, la droite dénonce un projet pas assez répressif, reprochant notamment au gouvernement de vouloir introduire une vague de « régularisations massives », qui représente une « ligne rouge », a encore menacé mardi le député LR Pierre-Henri Dumont. Le gouvernement est prêt à discuter des « critères » de ce titre de séjour, a insisté M. Darmanin. « Combien d’ancienneté il faudra sur le sol national ? Doit-on mettre des quotas ? », a-t-il poursuivi, se disant « ouvert » à des ajustements.

Avec AFP

 

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

Les plus lus

Algérie : « Réveilles-toi, c’est l’heure d’aller se coucher » (*)

Pour qu’un Etat puisse exister concrètement sur le terrain, il faut le doter d’un bras c'est-à-dire d’une administration. Une administration protégée par un droit...

Les plus populaires

Commentaires récents