30 novembre 2022
spot_img
AccueilA la uneBrahim Boughali, le dévouement jusqu'à l'imposture

Brahim Boughali, le dévouement jusqu’à l’imposture

Brahim Boughali

Brahim Boughali, le président de l’APN, a un problème avec la vérité et les réalités qui président le pays. Il reproduit avec dévouement la politique moutonnière de l’ère Bouteflika. 

Quand on est au pouvoir on peut ne rien se refuser, y compris la forfaiture. M. Boughali a déclaré sans risque d’être remis en cause dans les très dociles travées de l’APN que l’Algérie « avance sur la voie de la véritable pratique démocratique promise par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune ».

Retenez bien « la véritable pratique démocratique » ! Une expression qui balaye tout ce qui s’est fait jusqu’à présent dans le pays et passe du coup un bon coup de brosse à Tebboune. Il faut croire qu’on n’est pas loin des inénarrables « fakhamatouhou ».

Au-delà de la formule, ampoulée qu’elle est, l’assertion prête à sourire tant elle jure avec la réalité du pays. Car finalement, Tebboune a-t-il besoin de cette cour de laudateurs pour exister ? C’est à le croire.

- Advertisement -

Car avec M. Boughali on n’est pas seulement dans la connivence, mais carrément dans l’asservissement. Pourtant, le président de l’APN devrait avoir l’humilité de ne pas en rajouter. Le parlement qu’il représente n’est « élu » que par la grâce de 23% d’Algériens. Donc plus de 85% du peuple algérien n’a pas dit son mot. C’est l’une des premières leçons de démocratie quand on veut la respecter.

Ensuite, il faudra que quelqu’un dessille les yeux de M. Boughali et l’inviter à cesser de se contenter de cette presse réduite à relayer la voix de son maître. S’affranchir des œillères imposées par la fonction. Parce qu’il y a une réalité autrement moins prosaïque pour les autorités en place. Elle court dans les marchés, les rues des quartiers populaires, dans les douars et villages les plus reculés.

Après deux années de manifestations populaires inédites dans l’histoire algérienne, la société est anesthésiée par la crise d’abord sanitaire puis économique. La paranoïa, imposée par le pouvoir aspire les meilleures volontés dans le découragement.

La scène politique nationale est désormais congelée. Les partis sont réduits à de simples adresses postales. Les rares qui essayent de porter une autre voix que celle des dirigeants sont soumis à la censure et aux pressions administratives les plus abracadabrantesques. Si l’on ajoute à ce tableau l’immobilisme économique avec ce qu’il charrie comme l’absence de visibilité, il y a lieu de croire que la situation n’est – hélas ! – pas celle que décrit le président de la Chambre basse.

Faut-il terminer sans évoquer l’arbitraire dont sont victimes plus de 300 détenus d’opinion. Dont six femmes. Leur tort ? Avoir osé réclamer une autre gouvernance, une Algérie meilleure, plurielle et démocratique. On ne peut construire un pays contre son peuple. On ne peut non plus gouverner longtemps par l’esbroufe, le mensonge et la manipulation des sentiments du peuple. Le précédent de Bouteflika devrait servir de leçon.

Yacine K. 

 

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. « On ne peut non plus gouverner longtemps par l’esbroufe, le mensonge et la manipulation des sentiments du peuple ». Parce que vous appelez ça gouverner? Quand on est à la tête d’une simple caisse de résonance on ne gouverne pas on exécute docilement avec fort zèle et brossage à satiété.

  2. Des types pareils ne reculeront devant rien même a vendre leur chemise pour plaire. Ils sont nés pour plaire, exécuter, servir et transformer le mensonge en vérité car ils savent qu’en dehors de l’opacité et les pieges, ils n’ont aucun avenir. Ce sont les mêmes moutons servils qui idolatraient un tableau en bois de boutef en lui offrant un cheval vivant. Alors un parti dont la raison de vivre est le mensonge ne pourra jamais faire autre chose que produire le mensonge et l’idolatrie. N’ont ils pas improvisé des « éléctions » depuis 62 ? En dehors de mentir, bluffer, pleurnicher et répter le mensonge pour le transformer en vérité, ils ne savent rien faire car la honte, la décence et l’humilité sont des mots qui n’existent pas dans leur cervelle. Voici donc la fonction des « politiciens » en Algérie: Des esclaves eternels qui ne cessent jamais de créer leur nouveau maitre selon les circonstances car ils ne savent absolument rien faire en dehors de voler et tricher.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Atelier d’écriture littéraire en tamaziɣt (kabyle) à l’ACB (Paris)

La nouvelle session des cours hebdomadaires consacrés à l’écriture et à la traduction en tamaziɣt prodigués par Aumer U Lamara commence à l'Association culturelle...

Les plus populaires

Commentaires récents