4 décembre 2022
spot_img
AccueilA la uneGeorgia Meloni et ses "pèlerins politiques"

Georgia Meloni et ses « pèlerins politiques »

Meloni

Le 26 septembre dernier, c’est tout un continent qui cria et d’une voix vive : attention au retour de la peste grise italienne. Georgia Meloni, La Meloni comme la nomme les Italiens, est sur les marches du Palazzio Chigi (le Parlement). L’héritière du parti du Duche (Mussolini) ébranla les arcanes de l’Union européenne (UE) et ceux des services politiques de l’OTAN.

Mais, entre Rome et Cassino, via Formea-Gaeta, les 202 km de distances, les résultats étaient tout à fait attendus et ce depuis la catastrophique gestion de la pandémie du Covid-19 de la part des pouvoirs publics et des partis Démocrate de M. Letta entrer en co-alliance avec le M5S du tandem Conti-Di Maio.

Passant de 1 429 550 (4,35 %) de voix sur les 51 millions d’électeurs en 2018, à 7 300 626 (25,9 %), Fratelli d’Italia (FdI) l’emporte avec 6 millions de voix de plus en 4 ans, grâce à une division des voix par deux recueillis auprès de ses alliés, à savoir la Lega de Salvini et de Forza Italia de Berlusconi.

A Rome, au lendemain des élections et à l’annonce des premiers résultats, la ville est sous un temps maussade avec des amas nuages bien révélateurs entre gris et blancs. Sous cette significative « bannière cosmique» les grandes artères de la capitale de l’Empire romain sont presque entièrement désertées par sa population ;

- Advertisement -

Sauf, pour quelques touristes venus en tout petits groupes de Pologne, de Norvège, de Croatie et de nombreux journalistes d’Espagne et des pays d’Amérique Latine venus assister au « séisme politique italien » qu’avait subi le pays de Cicéron et de Juliette et Roméo.

A la place Torre Argentina, à la pizzeria Rossopomodoro un couple de journalistes latino évoque la longue soirée des bulletins et en même surpris par notre Francarabe d’Algériens, ils nous prenaient pour des Francés (des Français). Ebranlés par la montée des « melons fascistes », le nom de la leader du parti italien renvoi à ce fruit, nos journalistes colombiens ont marqués un ton d’inquiétude pour le devenir de cette Italie capitale mondiale du tourisme.

Plus loin, des petits groupes s’agitent le long des pavés romains sous une légère pluie annonciatrice du retour aux grandes affaires, à la politique et surtout aux marasmes des quotidiens difficiles à l’approche du grand hiver. Beaucoup de nos interlocuteurs italiens, crispant le visage à la question d’une Italie qui continue à soutenir cette lointaine Ukraine, la phrase leur vint à l’esprit « vero, cosa faremo in una battuta d’arresto come quella dell’Ucraina » (c’est vrai, qu’allons-nous faire dans un déboire comme celui de l’Ukraine) est presque sur toutes les langues de cette nation de Valle Rosse, à l’extrême nord jusqu’à l’île de Lampedusa au milieu de la Méditerranée.

Conservatisme européen à l’heure de La Meloni

C’est à l’hôtel Quirinale de la capitale, que la Fondation Giuseppe Tatarella du mouvement politique Futura Nazione organisa durant trois jours, du 29/9 au 1/10 en cours, en cours une rencontre avec les tenants idéologiques du conservatisme européen. Durant ce forum, le président de la fondation et du mouvement en question, Francesco Giubilei consacre son intervention d’ouverture sur une biographie de Meloni qu’il désigne par « la théoricienne du tournant conservateur » en Europe et comme une référence centrale pour le FdI.

Le président de la rencontre en question, qui a passé l’été à Budapest et membre du Mathias Corvinus Collegium que dirige Balázs Urbán, homonyme de Viktor Urbán et membre de son gouvernement en tant que conseiller politique.

Pour cet événement politique, le premier jour de l’annonce de sa victoire, place La Meloni au centre du conservatisme européen avec l’arrivée massive de « pèlerins politiques » Urbaniens d’Hongrie, de l’extrême-droite espagnole, portugaise, américaine et bien d’autres dans la cité de Caracalla. Est-ce une coïncidence ? C’est plus qu’un pari, oui, lancera Giubilei de la fondation.

La kermesse conservatrice se poursuit alors avec Raffaele Fitto, le chef du groupe des Conservateurs au Parlement européen et le lieutenant de Meloni qui géra ses rencontres européennes avec le bloc des Populaires européens. Le même Fitto appellera à ce que « des décisions européennes qui éloignent les gens de l’égoïsme national » doivent être prises, tout en soutenant l’Ukraine dans un frottement langagier propre au souverainisme classique de la démocratie-chrétienne.

A quelques minutes du ton classique de l’Italien, le membre du groupe Populaire espagnol au Parlement européen Jorge Bruxadé Villalba di Vox, réchauffa l’auditoire avec quelques tournures de l’extrême-droite, en disant notamment : « Vous ne pouvez pas célébrer le Ramadan et la résurrection du Christ sans perdre son identité, il faut choisir l’un ou l’autre ». Parmi d’autres figures de l’extrémisme européen, le Portugais Jaime Nogueira Pinto, l’intellectuel de la nostalgie salazariste, qui se rapprocha du conseiller du gouvernement hongrois, en lui lançant « Tu es notre inspiration ». Toute cette saga néofascisme  est à l’hôtel Quirinale et les infos suscitées ont été rapportées par Radio-Radicale et le journal électronique italien, Domani.

Au même moment, la presse socialiste espagnole alimentée par la phobie de la montée de Meloni, lance une virulente attaque contre la famille de cette dernière, en évoquant le passé de son père comme étant un ex-narcotrafiquant condamné auparavant dans l’un des pays de l’Amérique latine.  C’est à l’annonce de la victoire de sa fille, que La Repubblica se rapprocha de Maria la Mama de Gorgia Meloni et fustigea fortement l’étiquette idéologique que l’on colle à sa fille d’être néo-fasciste, mais bien une militante qui travaille pour sauver l’Italie de « ses crises ».

Entre Fratelli d’Italia et ses frères d’Europe, l’épreuve qui se pose au futur gouvernement Meloni ne peut s’en tenir à sa seule championne rhétoricienne des masses populaires. Il sera mis d’emblé à l’épreuve. Les méditerranéens n’aiment pas attendre après les promesses. Sera-t-il une continuité à l’agenda de Mattarella-Draghi ou va-t-il affirmer les intérêts de ces mêmes masses ? La rhétorique ne semble pas si simple.

Les « melons fascistes » ont en réalité un chemin bien étroit avec leur discours inflammatoire. Ils l’on toujours entretenu à des fins d’instrumentalisation des larges masses, tout comme le PD qui continu à entretenir sa galerie antifasciste à des fins électoraliste. La fraternité mélonienne est bien atlantiste et elle crie rarement contre le militarisme de l’OTAN et l’UE, mais ne mord jamais sur les remparts de cette Italie supra-militarisée et maintenue comme « porte-avion américain » du Vieux continent.

Le parti de La Meloni roule pour les détenteurs des milliards d’euros non déclarés au fisc de la part de l’Ndrangheta (maffia qui s’étend de la Sardaigne à Naples) et dont le PD même est totalement silencieux, car cet « ascenseur » l’a pris en tenaille. Le FdI est le parti néo-fasciste qui soutien les blocs des entreprises de construction et des propriétaires d’immeubles dont beaucoup sont aux commandes de la structure politique.

Il compte et sans l’annoncer, sur l’appui de la famille financière et industrielle Agnelli et leur allié américain John Elkann, sur ceux des marchés de la brique, des TAV, ceux des compagnies de taxis, ceux des transports publiques urbains et interurbains dont la majorité sont porteurs de la carte de la Flamme tricolore.

Si le PD de Letta, traite La Meloni de fasciste, c’est comme si un bœuf traiterait un âne de cocu, selon un adage populaire italien. Dans ce pays de la maltraitance généralisée, le véritable fascisme est celui des Grandes entités de la finance et de l’énergie, ses managers de la spéculation et propagandistes du capital qui trouvent leur soutien politique dans les arcanes de la « République Pontificale » au service de l’OTAN et de l’UE.

Le lourd héritage d’une Italie en stagflation

Entre absence de croissance économique (stagnation) et une hausse des prix (inflation), l’Italie attend un réel salut entre la perturbation de la chaîne d’approvisionnement mondiale dont la Chine capitaliste est à l’origine et le conflit russo-ukrainien. L’économie italienne s’effondre sous les coups de la grave crise de la finance mondiale depuis la Seconde guerre impérialiste mondiale.  Les conséquences de cette crise sont « encore non quantifiables », relève un document du syndicat réformiste CISL et intitulé La crise du Covid-19 et la perte du bien-être des familles italiennes (30/4/2020). Le tissu de la production est entièrement réduit face à une demande quasiment disparu ou effacé.

Nous avons, nous-mêmes relevés et de visu, qu’au supermarché Ithaca situé entre Formia et Minturno-Scauri, le Conad de Formia, le marché dominical de Cassino et la plupart des boutiques, pizzerias et café-bars de Rome sont désertés par la clientèle et les masses de touristes qui déferlaient sur ses coins. Dans les deux aéroports de la capitale romaine, le consommateur est une denrée rare pour la dynamique commerçante.

Dans les magasins de marques de la gare centrale Termini de Rome, c’est une seule caisse qui traite le payement des achats d’une vingtaine de boutiques. Il y a eu une gigantesque compression d’effectifs par rapports aux années précédant la pandémie.

A Formia, toujours un magasin de vêtements et textiles détenus par un ressortissant du Bengladesh et nouvellement marié, nous rétorque à la demande sur le manque de clients, que « la situation est grave. Beaucoup d’usines du textile en Italie ont fermées durant la pandémie. Si cela continu, je m’apprêterai à retourner à Dacca ».

A Latina et surtout à Prato, les anciennes concentrations d’ateliers de couture et du textile, des souliers et habillements de sports détenus par des partenaires Chinois et Indiens ont tout simplement remis la clé sous le paillassent. Des milliers d’emplois entre permanents et saisonniers se retrouvent au seuil de la pauvreté.

La forte concentration d’Algériens à Latina risque de plier bagage de cette ville, dont Mussolini est le fondateur.

De même, pour le secteur agroalimentaire de la région sud de Lazio qui faisait le bonheur du label laitier et fromager est en réel déclin. Les craintes du chômage sont bien une  vérité quotidienne entre la baisse des revenus qui s’étendent en cette période post-Covid et l’augmentation de la propension à épargner, provoque un fait d’impacts psychologiques chez les Italiens augmentant les craintes du chômage qui pourrait passer de l’actuel 31 % à 70 % vers le 1er trimestre de l’année prochaine remettant sur la sellette le souvenir d’une Italie d’avant la Première Guerre impérialiste mondiale.

Meloni et Urban

Sous le signe du profond dégoût et du deuil à peine voilé, le regard des Italiens a totalement changé laissant exprimer une absence de gaieté, de sourire et de l’ancestral humour des romani (habitants de Rome). La place est à la stupeur et à l’inquiétude des lendemains.

A l’aéroport de Fiumicino-Leonardo Da Vinci, les « mules du marché informel algérien » ont presque totalement été dissipées avec leurs gigantesques valises de produits recyclés et de bric-à-brac. Il n’y a plus rien à acheter au prix du gros ou celui de la liquidation dans les hangars de Milan, de Turin ou de Naples. Les quelques familles algériennes résidentes en Italie, s’éclaboussent devant le guichet des enregistrements de la compagnie aérienne, afin d’embarquer vers la Porte 08 installée au ras du sol, au-dessous des magasins de marques. Air-Algérie a été délestée de son numéro 55 entre El – Al «israélienne » et la Delta-Airlines yankee pour une issu de secours non-dit.

 Mohamed-Karim Assouane, universitaire.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Algériens et Marocains fraternisent aux frontières

La vidéo a été enregistrée après la qualification de l'équipe du Maroc aux huitièmes de finale de la coupe du monde. On y voit...

Les plus populaires

Commentaires récents