2 décembre 2022
spot_img
AccueilA la uneBrève histoire de l'Académie berbère

Brève histoire de l’Académie berbère

La création de l’Académie Berbère d’échanges et de Recherches Culturelles remonte à 1966.

Cette association régie par la loi 1901 fût fondée par quelques intellectuels franco-kabyles dont Rahmani Abdelkader, Hanouz Med Saïd, Naroun Amar, Mohamed Arkoun, Augustin Ibazizen, Youcef Achour, Khelifati Med Amokrane, Marguerite Taous Amrouche, Hamici Chabane (Hamid)…

A partir des années 1970, le bureau de cette académie comprenait : Un Président : Hanouz Med Saïd, pharmacien, un Vice-président : Youssef Achour, Ancien Sénateur, un Secrétaire Général : Hamici Hamid, animateur de la chaîne de radio kabyle, une Trésorière Mme Mina Charlette.

Bessaoud Med Arab assurait la permanence de l’association où il a élu domicile au 5 rue d’Uzès.

L’Académie berbère avait été durant une dizaine d’années le rendez-vous de toute une génération de militants amazighs mobilisés pour la défense et la réhabilitation de l’identité et de la langue amazighes dans les pays de l’Amazighie (Tamazgha).

- Advertisement -

Le premier travail de vulgarisation, de sensibilisation et de conscientisation des populations a été principalement l’œuvre de l’Académie Berbère « Agraw Imazighen » de Paris, de l’Académie Berbère de Roubaix fondée par moi-même en 1971, de l’Union du Peuple Amazigh (UPA) fondée en 1974 par le regretté et ami Amar Neggadi ainsi que de l’OFB fondée en 1975 en Algérie par mes compagnons de combat identitaire feu Haroun Mohamed héros de la nation amazighe, Smaïl Medjber et en France par moi-même.

L’Académie berbère Agraw Imazighen avait une communication pédagogique basée sur la vulgarisation de l’histoire, la réhabilitation des grands personnages et autres héros de l’histoire et de la civilisation amazighes, en direction de l’immigration et dans les pays d’origine. Sur le conseil de feu Mas Mahdjoubi Aherdan qui a publié dans son hebdo Tidmi n° 38 octobre 1995 mon premier plaidoyer pour l’usage du tifinagh, l’Académie Berbère avait eu l’intelligence de réhabiliter l’alphabet amazigh qui avait servi de support à la prise de conscience identitaire amazighe. C’est ainsi qu’elle a su redonner la fierté à tous les Amazighs d’Afrique du Nord et des Iles Canaries.

Toutes les générations qui ont suivi le Printemps amazigh de 1980 lui doivent leur conscientisation politique et identitaire.

La conception du drapeau amazighien (achenyal amazghan) la standardisation de l’alphabet Tifinagh, le premier livret de prénoms Berbères, le départ de l’an amazigh, la réappropriation de l’identité amazighe et de la dénomination du peuple amazigh, de Tamazgha sont l’oeuvre de l’Académie Berbère de Paris, de l’Academie Berbère Direction du Nord, de l’association Afus Deg Wfus de Roubaix, de l’Union du Peuple Amazigh (UPA) et de l’organisation des Forces Berbères (OFB).

Grâce à ces organisations, les Amazighs se sont reappropries leur identité d’hommes libres. Aujourd’hui l’espace amazighien (sous-continent africain) s’étend de l’Egypte aux Îles Canaries d’Est en Ouest de l’Algérie au Sud du Niger du Nord au Sud.

Mohand Ouramdhane Khacer

 

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Les Kabyles et Imazighen en général doivent beaucoup l’inestimable travail de la glorieuse Académie Berbère. Le travail de l’infatigable M. Bessaoud a été déterminant pour le succès de cette organisation. Cette Académie a été malheureusement dissoute par l’administration française sous la pression du régime d’Alger, expert en matière de chantage.
    Vous avez oublié de mentionner le Dr Younes Bouchek (grand ami de Kateb Yacine) qui faisait partie des membres fondateurs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Comment la peinture orientaliste a justifié le colonialisme pendant des siècles

En Europe, quand on évoque le nom de l’Algérie ou d’un autre pays du Maghreb, ce sont souvent les toiles chatoyantes, colorées et exotiques...

Les plus populaires

Commentaires récents