21 avril 2024
spot_img
AccueilMondeBurkina Faso : un nouveau massacre dans la province de la Komondjari

Burkina Faso : un nouveau massacre dans la province de la Komondjari

Burkina Faso

Les massacres de civils se multiplient au Burkina Faso. Après la tuerie d’au moins 170 civils le 25 février dernier dans plusieurs communes de la province de Yatenga, dans le nord du pays, cette fois les alertes parviennent de l’est du territoire, dans la province de la Komondjari.

Aucun bilan n’a été confirmé officiellement mais des habitants de la région parlent de plusieurs dizaines de victimes.

Selon les informations recueillies par RFI, c’est dans la commune de Gayéri, dans la province de la Komondjari de l’est burkinabè, collée à la frontière avec le Niger, que de nouveaux massacres se sont produits, et plus précisément dans les villages de Bibgou et Soualimou.

Plusieurs vidéos collectées par notre rédaction montrent des dizaines de cadavres : hommes, femmes, enfants, gisant au sol. Sur ces mêmes images, on voit quelques hommes en civils armés, sur des motos, qui recueillent et donnent à boire à des enfants, visiblement des survivants du massacre.

- Advertisement -

Comme dans de nombreuses tueries précédentes, impossible de savoir avec certitude s’il s’agit d’assassinats commis par des groupes armés, ou par des forces de défense et de sécurité issues de l’armée burkinabè.

Des habitants qui ont trouvé refuge à Fada N’gourma, chef-lieu de la province voisine (province de Gourma), confient à RFI que les coupables présumés seraient des éléments du nouveau Bataillon d’intervention rapide (BIR). Ce BIR, destiné à Gayéri, a été créé en octobre dernier par le capitaine Ibrahim Traoré. L’Agence d’information du Burkina a annoncé son installation dans la commune de Gayéri, il y a deux semaines.

Burkina Faso : une série d’attaques terroristes dans plusieurs localités

Selon des rescapés, les éléments du BIR auraient commis ces exactions dans les villages auxquels ils reprochaient de ne fournir aucun volontaire pour gonfler les rangs des VDP, les supplétifs de l’armée, et considérant les villageois de facto complices des groupes armés.

La situation au Burkina Faso est particulièrement dégradée dans la région nord – Sahel, Centre-Nord, Nord, Boucle du Mouhoun – et la région de l’Est.

Avec Rfi

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents