https://linebetslots.com/en/mobile
4 mars 2024
spot_img
AccueilA la uneCAN 2024 : ce qu’il faut retenir sur les quarts de finale

CAN 2024 : ce qu’il faut retenir sur les quarts de finale

CAN

Le Top 8 du football africain est désormais connu dans cette Coupe d’Afrique des nations en Côte d’Ivoire. Les huitièmes de finale ont largement rebattu les cartes, avec les chutes de plusieurs favoris et un changement drastique de décor par rapport à la précédente CAN. Coup de projecteur sur les quarts de finale de cette édition 2024.

L’absence des cadors

Les huitièmes de finale de cette CAN 2024 ont donné lieu à une véritable hécatombe des nations annoncées comme favorites au sacre. Le Sénégal, champion d’Afrique en titre et auteur d’un premier tour parfait ? Éliminé par une Côte d’Ivoire ressuscitée.

L’Égypte, vice-championne d’Afrique en titre et sept fois sacrée ? Sortie aux tirs au but par la RDC. Le Maroc, demi-finaliste de la dernière Coupe du monde ? Brisé par l’Afrique du Sud.

Trois poids lourds battus prématurément, et cela ne souffre d’aucune contestation pour Joseph-Antoine Bell, consultant de RFI : « Personne n’a été aidé par l’arbitrage. Personne n’a été coopté. Tout s’est passé sur le terrain. Il faut accepter le verdict. Ce sont les meilleurs qui se sont qualifiés. »

Aucun quart-de-finaliste de 2022 n’est passé

Révolution dans le Top 8 africain cette année, avec les qualifications de huit nouvelles équipes par rapport aux quarts-de-finalistes de la dernière CAN 2022. Il y a deux ans, en quarts de finale, il y avait : Burkina Faso-Tunisie, Sénégal-Guinée équatoriale, Cameroun-Gambie et Égypte-Maroc. Cette année, les affiches seront : Nigeria-Angola, Cap-Vert-Afrique du Sud, Mali-Côte d’Ivoire et RDC-Guinée. « Le visage du foot africain, au-delà de la CAN, est en train de changer. Beaucoup d’équipes ont progressé et jouent bien. Les résultats ne sont pas dus au hasard », estime Joseph-Antoine Bell.

Quatre anciens vainqueurs face à quatre aspirants

- Advertisement -

Deux ans après le Graal décroché par le Sénégal, une nouvelle nation va-t-elle inscrire son nom au palmarès de la CAN ? C’est en tout cas toujours possible. La répartition du tableau donne d’ailleurs lieu à des quarts de finale entre ex-champions et néophytes. Le Nigeria, avec ses trois victoires, est face à l’Angola, qui égale cette année sa meilleure performance historique en se hissant en quarts. Même chose pour le Cap-Vert, qui se retrouve face à l’Afrique du Sud, sacrée en 1996. Le Mali, finaliste malheureux en 1972, va se mesurer à la Côte d’Ivoire et ses deux sacres. Enfin, la Guinée, battue en finale en 1976, retrouve la RDC, deux fois titrée.

L’hégémonie de l’Afrique subsaharienne

Les huit équipes présentes en quarts de finale sont issues d’Afrique subsaharienne. Aucun représentant d’Afrique du nord n’a réussi à se faire une place à ce niveau, et ce n’est pas fréquent.

Depuis que la CAN accueille assez d’équipes pour avoir des quarts de finale, depuis l’édition de 1992 au Sénégal donc, il n’est arrivé qu’à deux reprises que le Top 8 africain se joue sans équipe d’Afrique du nord : lors de la CAN de 1992 (Cameroun-Sénégal, Côte d’Ivoire-Zambie, Nigeria-Zaïre et Ghana-Congo) et lors de la CAN de 2013 (Afrique du Sud-Mali, Côte d’Ivoire-Nigeria, Burkina Faso-Togo, Ghana-Cap-Vert).

RFI

3 Commentaires

  1. Ce que retient Kichi Duoduma : Frapper une balle de cuir du pied et la faire passer entre deux poteaux est extrêmement important. Ah oui, il ne faut pas oublier qu’on peut aussi la frapper avec la tête aussi ! Toute l’évolution des espèces, surtout l’espèce humaine, ne tend que vers ce « but » depuis des millions d’années.

    • Azul a yamdakul

      Ce  »frapper avec la tête » m’a madeleineproustisé un vieux souvenir.

      On jouait au foot au stade de Guezgata entre copains alors un de nos copain, Slimane Tyenbou, a fait un croche-pied à Hsen Dakhum qui avait des pieds comme Bigfoot et une tête comme une enclume . Hsen se releva et lui mit un coup de boule qui ferait ressembler celui de Zizou à un câlin. Le pauvre copain saignait de partout , on dirait qu’un bulldozer lui a passé sur la tête. On emmena notre copain à l’Hôpital de Les-Zoizos et là un médecin Russe essaya de le réparer.

      Comment c’est arrivé ? demanda le toubib.

      C’est moi , Meussieur ! dit Hsen !

      Avec quoi tu lui as fait-ça ?

      Avec la tête,Monsieur !

      Mais mon enfant, la tête c’est fait pour réfléchir, et pas pour frapper ,mon fils, dit le médecin, avant de se raviser en voyant la tête de Hsen.

      Mais comme disait Einstein des parades militaire…..

  2. HA HA HA HA !!!… Et encore ça c’est entre des gars du même patelin, peut-être même avec un lien de parenté, sinon il l’eusse trucidé pour de bon.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici