2 octobre 2022
spot_img
AccueilPolitique"C’est le récit d'une déchéance algérienne"

« C’est le récit d’une déchéance algérienne »

Mohamed Benchicou au Huffington Post

« C’est le récit d’une déchéance algérienne »

Un nouveau livre sur Bouteflika ? Pourquoi ? Je  pourrais me contenter de vous répondre que l’idée n’est pas de moi mais de mon éditeur. Ce qui est vrai. Mais je ne me cacherai pas derrière cet argument : mon éditeur a vu juste. Il a vu à notre place, nous les Algériens qui préférons, concernant Bouteflika, la posture des rois singes, rien vu, rien dit, rien entendu. Alors, je vous répondrais par la formule d’André Brink et Nadine Gordimer répliquant à ceux qui leur reprochaient de n’écrire que sur l’apartheid : « It is our landscape », c’est cela notre contexte, notre réalité. Pourquoi se le cacher ? Pourquoi un nouveau livre sur Bouteflika ? Parce qu’il est au pouvoir depuis 19 ans, que les deux précédents livres traitaient de Bouteflika I et II, celui de la justice de la nuit et de Shorafah, le Bouteflika du démantèlement de l’État algérien, puis celui de la loi sur les hydrocarbures et du bradage de la souveraineté algérienne. Il n’y aurait pas eu de « nouveau livre sur Bouteflika » s’il avait quitté le pouvoir en 2009, comme le prévoyait la constitution. Mais il y a le Bouteflika 3 sur lequel on ne sait rien sauf qu’il est impotent et qu’il est – sur le papier, du moins – aux commandes d’un pays qu’il a mis en faillite.

Une obsession personnelle ? Il y a une angoisse légitime chez tout le monde, une demande de vérité à laquelle ceux qui ont pour mission de répondre n’y répondent pas, par choix personnel, par crainte de rétorsion ou par je ne sais quoi. Je vais vous dire ; c’est parce qu’il n’y a pas suffisamment de livres, d’écrits, de reportages sur cette équipe qui prend le pays en otage, c’est parce que nous qui avons, dit-on,  la mission de remuer la plume dans la plaie, nous journalistes, écrivains, universitaires, artistes, managers, entrepreneurs, qui regardons ailleurs, c’est parce que nous avons renoncé à nos obligations envers la société,  que le pays est livré aux brigands et aux Grandguignols qui le vident de son sang. Savez-vous combien de livres ont été écrits sur Mitterrand et Chirac ? Près de 500 ! Et, plus récemment, pour la seule année 2017, combien de livres ont paru sur Emmanuel Macron qui n’a même pas bouclé un an de règne ? Près d’une centaine ! Je me suis amusé à chercher. Mieux : durant les seuls trois premiers mois de 2018, une vingtaine de livres sont parus sur le président français dont  » Macron par Touraine » du sociologue Alain Touraine, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Emmanuel Macron : une révolution bien tempérée de Philippe Raynaud, professeur de science politique à l’université de Paris II-Panthéon-Assas et celui de notre confrère du Monde diplomatique, Dominique Vidal. Une centaine de livres en moins d’une année ! Cela va du livre favorable ( Le Mozart de l’Elysée ), au livre hostile (Macron, la grande mascarade: Blocs-notes 2016-2017, d’Ivan Rioufol pour qui la France fatiguée a élu, de guerre lasse, son Barack Obama), en passant par les livres critiques (« Macron & Cie », Enquête sur le nouveau président de la République, du journaliste Mathieu Magnaudeix,de ‎Mediapart ), les livres fouillés (Les cinq années qui ont fait Macron, de François Bazin ou Le philosophe et le président de François Dosse, qui a examiné à la loupe les discours et les écrits d’Emmanuel Macron), des livres sur son couple (Les Macron de Caroline Derrien et ‎Candice Nedelec où l’on apprend qu’elle est sa boussole et qu’il est son point cardinal), des livres sur les secrets qu’on nous cache (« L’irrésistible ascension. Les dessous d’une présidentielle insensée » d’Alexandre Duyck, ‎Soazig Quéméner ou « Emmanuel Macron Le président inattendu« , de Nicolas Prissette,); des livres sur l’intimité du nouveau président (« Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait », d’Anne Fulda)…

Quel est le message que vous avez voulu passer à travers ce récit ? Mais c’est le récit de la mise à mort d’un pays que découvre Gérard Depardieu, que redécouvre Chakib Khelil et qu’abandonnent de plus en plus ses propres fils ! A la dix-neuvième année de règne du roi Bouteflika, racontera-ton plus tard, l’on apprit que deux réfugiés sur cinq qui débarquent clandestinement en Espagne et en France étaient Algériens ! Une histoire triste. L’histoire de l’accession d’une kleptocratie au pouvoir, l’histoire d’un démantèlement de l’État algérien, de ses institutions, de sa diplomatie, l’histoire que j’aurais aimé ne pas avoir à raconter,  celle de l’élimination de cadres intègres au profit de malfrats, c’est le récit de la déchéance algérienne, d’un président qui promettait en 1999 d’abolir la corruption, de moderniser la pratique politique, de réhabiliter la transparence, d’effacer le chômage et de rendre la dignité à l’Algérien et qui a fait tout le contraire !  Au lieu d’inscrire son action dans la continuité d’un État pérenne, ou du moins d’essayer, au lieu de promouvoir l’initiative, libérer les énergies, renforcer la transparence, il a consolidé le pouvoir absolu, étouffé l’expression démocratique, découragé les initiatives, accru la censure, généralisé l’esprit de lucre, aboli la concertation. Oui, vous avez raison, le livre est structuré « comme un long rappel de ce qu’a été la présidence de l’actuel chef de l’État », mais ce n’est pas, comme vous le dites,  « une synthèse de toutes les affaires publiées ici ou ailleurs ». Publié où ? Chez qui ? Avez-vous lu une vraie enquête sur le scandale Chakib Khelil ? Comment cela fut-il possible ? C’est l’ami d’enfance de Bouteflika, ne l’oublions pas. Ce n’est pas d’un simple acte de pickpocket qu’il s’agit, c’est d’une stratégie de pillage concertée et réfléchie dont on parle ici. Dans le livre, j’essaye de revenir sur la source de cette entreprise de mise à sac. Regardons les choses en face : nous n’aurons plus jamais de pétrole comme nous en avons eu durant l’ère Bouteflika, ni en valeur ni en quantité !  Bouteflika a dilapidé l’argent du présent et du futur. Il a compromis l’unique chance du pays de sortir de l’incertitude et du bricolage !  Ce sont des choses dont on ne parle pas chez nous, comme si on acceptait notre sort, on fait la queue, en silence, pour se faire égorger. Non, ce livre, n’est pas « une synthèse de toutes les affaires publiées ici ou ailleurs » C’est l’histoire, écrite peut-être précipitamment, avec des lacunes sans doute,  de 19 ans de gestion pharaonique du pouvoir, d’opacité, de frime, de vanité et de frivolité qui, aujourd’hui, placent le pays dans une posture alarmante. En 19 ans, avec un pétrole vendu jusqu’à 130 dollars le baril, Bouteflika a mis l’Algérie en faillite, cette même Algérie que le général Zéroual avait gouverné et maintenu debout avec un pétrole à 11,90 dollars exactement. Mais le crime se commet dans un silence saisissant. Sous la menace de leurs porte-flingues, ils nous ont convertis à l’infirmité générale, à la banalisation de notre propre déchéance, nous qui aurons déjà banalisé les injustices, les mensonges dits au nom de Dieu et de Novembre, les dictatures, la peste, le nazisme, l’islamisme, la corruption, les martyrs… Mais la norme est de se taire. Nos artistes et universitaires ne parlent plus. Le nouveau pouvoir a compris qu’à eux deux, le savoir et la liberté, imposeraient leur loi, l’un parlant pour l’autre, et qu’à l’inverse, séparés, ils seraient progressivement réduites à rien. C’est pour cela que Nedjma n’enfante plus.

- Advertisement -

Votre éditeur évoque un regard sur Bouteflika « sans concession mais finalement humain ». Oui. Cet homme souffre de deux maladies terribles : la maladie physique consécutive à l’AVC et la maladie du pouvoir (« Oui, tu ne sais pas tout cela, toi… Tu ne sais pas ce qu’il y a d’irrésistible dans le pouvoir : la proximité de Dieu ! L’ivresse d’être aigle, sur le sommet d’une montagne, survolant l’humanité rampante ! »)

 Je l’avais vu sous cette posture dans la pièce que j’avais écrite Le dernier soir du dictateur où on l’entend se plaindre à son peuple : « Je suis votre tyran et mon propre esclave ! Je suis enchaîné à mes dédains ! Ligoté à mes mépris ! Asservi à mes arrogances ! Je souffre du devoir de mentir, du besoin de tuer, de l’obligation de travestir ! N’avez-vous pas vu … ? N’avez-vous pas vu que ce pouvoir n’était pas à la mesure de l’homme ? Je souffre ! Je me déchire ! Je me désarticule ! Je suis l’ange et la bête ! Je souffre ! Je souffre sans crier, prisonnier de la réputation de Dieu et du devoir du tyran. » Aussi, dans ce livre, ai-je tenté de dépeindre un homme meurtri par la maladie mais qui, esclave de ses ambitions, accepte d’endurer l’insupportable douleur plutôt que de se retirer de l’éprouvant exercice du pouvoir.  Les autocrates sont plus seuls qu’on ne croit. Et méfiez-vous, ces passages où je décris le président ne sont pas aussi imaginaires que vous le dites.

Le livre s’ouvre sur la visite du président français Emannuel Macron à Alger et se clôture sur la fin de cette visite. Pourquoi ? C’est un instantané de nos tristes paradoxes : la rencontre, plus d’un demi-siècle après l’indépendance, entre le jeune dirigeant d’une vieille puissance colonisatrice et un vieux monarque d’un jeune pays qu’on croyait libéré. Cinquante cinq ans après l’indépendance, la jeunesse du jeune pays demande au jeune président du vieux pays des visas pour aller vivre dans le vieux pays dirigé par un jeune président et fuir le jeune pays dominé par un vieux dirigeant en chaise roulante. Le premier est porté au pouvoir par la fougue démocratique, le second par la force et le mensonge ; l’un se projette dans l’avenir, l’autre entraîne son pays dans la régression. Le jeune président fait peur au vieil homme. Ce dernier avait quarante ans quand le jeune chef de l’État français est né.  C’est le quatrième président français qu’il aura rencontré durant son interminable règne. Ce jeune président lui fait peur. Il ne sait pas ce qu’il faut lui dire. Il Le jeune président parle avec autorité. Le vieil homme, lui, n’arrive pas à parler. C’était un matin de décembre 2017, à Alger, cinquante-cinq ans après l’indépendance, la rencontre entre le président d’une toujours jeune puissance colonisatrice et celui d’un déjà vieux pays indépendant … 

Votre nouveau livre sort une année avant la Présidentielle de 2019…Non, je n’écris pas en fonction de l’agenda de la ploutocratie qui fait office de pouvoir en Algérie. Ses kermesses ne m’intéressent pas. Elles servent à donner un peu de suspense et de crédit démocratique à une pitoyable fête foraine, qu’on appelle « élection présidentielle ». Bien entendu, il ne manquera pas de parodistes « informés de très bonne source » qui vont nous convaincre que les jeux ne sont pas encore faits, qu’il faut s’attendre à des surprises. Cela a déjà commencé, avec cette information selon laquelle les frères de Bouteflika seraient « contre » le cinquième mandat. Cela va se poursuivre avec toutes sortes de fadaises, y compris celles très savantes de spécialistes de la politique qui s’échineront à nous persuader de l’existence « d’autres scénarios » comme vous le dites. Je ne suis pas assez qualifié pour faire partie de ce cercle.

Le lecteur algérien ferme le livre sur une impression d’un 5e mandat assuré. N’existe-t-il pas d’autres scénarios possibles? Il me coûte de vous contredire, mais les jeux sont effectivement déjà faits. Bouteflika a été au centre d’une stratégie mondiale qui veut faire de l’Algérie une zone inféodée à des intérêts extérieurs. La longévité de Bouteflika aux commandes du pays s’explique par la convergence entre cette stratégie et la soif de pouvoir de cet homme qui veut et qui va rester président jusqu’à la mort. La neutralisation des services de sécurité, le limogeage de Mediène, l’interdiction aux généraux de s’exprimer, participe de cette scabreuse démarche. Le cinquième mandat est naturellement inscrit dans cette perspective. Bouteflika n’a plus d’adversaires au sein du système. Tout cela est retracé dans le livre. J’ai tenté de m’appesantir sur l’infinie ambition de pouvoir de Bouteflika, un facteur mésestimé par tous, alors qu’il est le point nodal de tout ce qui se passe. C’est une Algérie décharnée, soumise à des lobbies étrangers mais aussi à quelques rapaces nationaux, qui va voir le jour. Le président se prépare à enclencher 5 autres années de règne dans l’opacité totale après avoir mis l’Algérie à genoux puisque, je ne vous apprends rien, après 19 ans de règne sans panache, les caisses sont vides, l’industrie est nulle, la production hors-hydrocarbures qui était de 3% en 1999 est toujours 19 ans et 1000 milliards de dollars plus tard, toujours de 3 % en 2018, cela veut dire que notre pays à fait du surplace durant 19 ans, le temps qu’il a fallu à la Corée du sud pour devenir une puissance économique mondiale !  Comment la jeunesse d’un pays qui ambitionnait de se hisser au niveau de l’Espagne ou de l’Italie, s’est-elle retrouvée, vingt ans plus tard, à quémander refuge à l’Espagne et l’Italie ? L’Algérien n’a jamais aspiré à vivre chez les autres.  Il possède un grand chez-soi, avec toutes les commodités, le soleil, la mer, une terre féconde, le sable du désert, les vrais clairs de lune et le pétrole en cadeau de Dieu. Qui a fait de cet Éden, les bas-fonds de la corruption, de la misère morale, du mensonge et de la peur ? Nous n’avons plus de prise sur rien. Peut-être même verrons-nous l’Américain d’origine marocaine, Chakib Khelil diriger le gouvernement … Le vent de patriotisme qui souffle sur certains intellectuels algériens n’arrive malheureusement pas jusqu’à Zéralda. La faconde gouailleuse des souverainistes et autres professeurs de vertu connaît ses limites. Elle s’arrête à la porte de l’Américain d’origine marocaine Chakib Khelil, poursuivi par la justice algérienne mais innocenté, sur injonction de Washington, par ses acolytes kleptocrates qui forment le pouvoir algérien. Tant pis si cet individu qui a mis le pétrole algérien entre les mains des Américains, va jusqu’à salir la dignité et l’honneur algériens en s’affichant publiquement aux côtés de de combattants historiques de l’ALN et nargue ce qui nous reste de dignité en osant postuler pour la magistrature suprême dans un pays qu’il n’aura connu qu’à l’âge de 45 ans et qu’il n’aura eu aucun scrupule à vider de son sang. Il n’a pas trouvé d’opposition à ses crapuleries. Il nous faut apprendre à être ni héros ni traîtres, ni dévots ni hérétiques, ni candides ni donneur de leçons, ni Jourdain ni Scapin, mais juste ces êtres humains qui auront su résister au sortilège du renoncement.

 

 Lire l’article sur le Huffpost

Auteur
L.M.

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Tebboune, « la vérité si je mens » !

Le chef de l’Etat veut réviser les codes qui régissent les communes et wilayas. Et soutient vouloir octroyer de prérogatives étendues aux walis. Que...

Les plus populaires

Commentaires récents