5 décembre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéConseil des ministres : importation de voitures de - 3 ans, ISF...

Conseil des ministres : importation de voitures de – 3 ans, ISF…

Conseil des ministres

Importations de voitures, Education, impôt sur la fortune… Tels sont entre autres les sujets du Conseil des ministres, consacré au projet de loi des finances (PLF-2023), indique un communiqué du Conseil des ministres dont voici la traduction APS:

« Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, ce jour, une réunion extraordinaire du Conseil des ministres, consacrée au projet de loi des finances (PLF-2023).

Après présentation, par le ministre des Finances du projet de loi et son débat, le Président de la République a donné les instructions et directives suivantes:

Le pouvoir d’achat

– Monsieur le Président a mis en avant le rôle du Gouvernement dans la garantie de la disponibilité et de la stabilité des produits alimentaires, notamment ceux subventionnés, tout en luttant contre la spéculation sous toutes ses formes.

- Advertisement -

– Accorder un intérêt accru à l’amélioration de la situation sociale du citoyen, en premier lieu.

Les véhicules de – de 3 ans

– Autoriser les citoyens à importer les véhicules de moins de trois ans à leurs frais et pour leurs propres besoins et non à des fins commerciales.

– Autoriser les constructeurs automobiles étrangers à importer les véhicules pour les vendre en Algérie, parallèlement au suivi méticuleux et continu du processus de lancement d’une véritable industrie automobile en Algérie, dans les plus brefs délais.

– Présenter le cahier des charges relatif aux concessionnaires automobiles lors du prochain Conseil des ministres pour en arrêter le contenu avant la fin 2022.

L’Impôt sur la fortune (ISF)

– Monsieur le président a instruit le Gouvernement à l’effet de poursuivre la modernisation et la numérisation de tous les secteurs, pour que les indicateurs de fonctionnement et d’équipement soient précis et répondent aux exigences du développement national.

– Numérisation totale de tous les secteurs en 2023, en accordant un intérêt particulier à l’accélération de la digitalisation du secteur fiscal et des biens appartenant à des individus dans tous les domaines pour recenser la fortune, au lieu d’une politique fiscale ne ciblant que les petits fonctionnaires et travailleurs.

– Enclencher une opération de recensement minutieuse des potentialités financières et matérielles sous toutes leurs formes, sur le marché parallèle.

– Lancer un plan national pour l’enregistrement de toutes les transactions commerciales sur un réseau électronique d’informations et de données auprès du secteur fiscal.

– Créer des zones franches à Tindouf, Timiaouine, Tinzaouatine et Taleb Larbi, à même d’atteindre une flexibilité économique.

– Autoriser les exportateurs à exporter, dans le cadre de l’échange libre, les produits non consommables fabriqués localement, à l’instar du plastique et dérivés, en fonction de la liste fixée par le ministère du Commerce et à exporter la surproduction industrielle nationale avec déclaration en douane.

Le secteur de l’Habitat

– Affecter des assiettes foncières pour la construction de logements sociaux, avec maintien de l’engagement de l’Etat à apporter son aide au logement rural.

– Lancer une consultation nationale pour trancher de manière définitive le projet de la nouvelle ville de Boughezoul.

L’Education

– Exploiter de façon optimale et efficace les structures et établissements, ainsi que tous les moyens disponibles actuellement, de façon à préserver les capacités financières de l’Etat et en tirer avantage au profit du secteur de l’Education.

Le secteur de l’Intérieur et des Collectivités locales

– Procéder, sans délais, à une révision approfondie des Codes communal et de wilaya pour permettre une meilleure performance et des prestations à la hauteur des attentes des citoyens, tout en définissant les responsabilités avec précision.

– Elaborer une étude approfondie en prévision de la révision globale du système de fiscalité locale.

Avec APS

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Juste sur ce point
    – Autoriser les citoyens à importer les véhicules de moins de trois ans à leurs frais et pour leurs propres besoins et non à des fins commerciales.
    – Autoriser les constructeurs automobiles étrangers à importer les véhicules pour les vendre en Algérie, parallèlement au suivi méticuleux et continu du processus de lancement d’une véritable industrie automobile en Algérie, dans les plus brefs délais.

    Ca veut dire quoi ?
    Qu’en Algerie on ne sait pas importer des voitures pour les revendre !!!!!!!
    Vraiment ces batards sont en plus des idiots ou alors ils ont des intérêts ANTI PAYS
    Un citoyen Algerien qui achete un véhicule avec ses propres devises et le revend à son cousin ne fait aucun mal à « l’économie Algerienne » en supposant qu’en Algérie il y a une économie.
    Par contre une société étrangère qui importe pour 100 dollars et vend en Algérie pour 120 dollars elle va sortir du pays plus que 100 dollars donc déficit commerciale
    Et dire que leur réflexion a duré trois années ils ne sont pas des lumières

    La solution est simple Messieurs les batards
    Les citoyens sont libres d’acheter des voitures de moins de cinq années (trois années c’est peu par rapport aux prix et l’amortissement) avec leurs divises
    Toutes importation est sujette à un forfait fiscal ; à trouver avec une péréquation sans tenir compte des factures d’achat pour éviter la fraude et la corruption un calcul simple :
    Année de commercialisation, cylindrée, type de carburant (il vaut mieux favoriser les véhicules qui consomment le GPL et l’essence ; le diesel est importé)

    Celui qui veut vendre sa voiture il est libre de le faire il paiera la taxe (en important une autre voiture) qui peut être servira à construire un GRAND HOPITAL POUR LES BLESSES DE LA ROUTE

    Franchement ce pays a un potentiel ENORME dommage il est peuplé de …… et dirigé par des ……

    – Présenter le cahier des charges relatif aux concessionnaires automobiles lors du prochain Conseil des ministres pour en arrêter le contenu avant la fin 2022.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Ukraine, une terre à fragmenter

  Le 30 novembre dernier, le directeur du service de renseignement extérieur de Russie (SVR), Sergueï Narychkine déclarait que les dirigeants polonais ont l’intention...

Les plus populaires

Commentaires récents