25 février 2024
spot_img
AccueilA la uneConstruire une mosquée ou aider des enfants en difficulté, où est l'urgence...

Construire une mosquée ou aider des enfants en difficulté, où est l’urgence ?

L'association Adawi

Écouter le cri de la responsable d’Adawi (l’Association des parents et amis des autistes ) déchire le cœur. Tant de questions secouent le sens : « Je dis adieu à l’association alors qu’elle a été une alternative pour les parents et les enfants autistes.

Tant d’enfants autistes en avaient profité ; ceux qui ne peuvent payer les orthophonistes, ceux qui ne peuvent payer un psychologue. Ils sont venus ici et ils ont été pris en charge gratuitement. Mais cette gratuité avait besoin de dons, car c’est grâce à ces dons que l’association fonctionne… Comme pour payer le loyer annuel de 25 millions (2500 dollars canadiens ou 1700 euros).»

La première chose qui m’est venue à l’esprit en écoutant la vénérable dame est toutes ces mosquées qui poussent partout tels des champignons vénéneux,  toutes ces légions de superstitieux qui n’hésitent jamais à mettre la main dans la poche quand il s’agit de donner pour une nouvelle mosquée à quelques centaine de mètres de sa voisine, y élever une muraille, l’ornementer d’arabesques et d’arcades, lui offrir un minbar fantasque, onéreux, un climatiseur, un tapis luxueux, un haut-parleur plus tonnant… Et je me résignai en me disant qu’après tout pourquoi l’étonnement quand le président d’un pays lui-même, un chef d’État censé être le capitaine du bateau qui mène son peuple au bon port de la vie,  superstitieux jusqu’à l’injure, après détournements, corruptions et rapines, a cru bon d’offrir la plus grande mosquée d’Afrique (2 ou 3 milliards euros) à son peuple afin de se racheter une conscience vierge pour son ultime passage, alors qu’un habitant du Sahara fait des jours de route pour une chimiothérapie dans un rare hôpital du nord.

Et je pensai à cette générosité sélective de nos riches comme Crésus, prodiguant chorbas, fricots et bombances un mois de ramadan durant, mais que n’interpelle pourtant aucunement la souffrance chronique des hommes et des femmes; les parents d’enfants autistes, de jeunes malades mentaux, handicapés et démunis, de ceux pour qui une heure de répit et d’attention est un morceau de l’espace-temps dérobé au paradis, de ceux encore pour qui le labeur est forçat, quand le travail pour une miche de pain qui contente la marmaille est David contre Goliath.

- Advertisement -

Qu’est-ce que 25 millions en dinars pour des gens qui payent cash une mosquée, qui assurent chaque année des chorbas collectives pour des milliers de gens avec chant au dessert et tambour battant ? Qu’est-ce que 1700 euros pour un pays dont les rentes annuels de ses hydrocarbures se comptent en dizaines, quand ce n’est pas en centaines de milliards de dollars ?

La vérité est que la société qu’est la mienne est tellement engluée dans la gadoue de la vérité indiscutable et de la superstition qu’elle préfère ériger des mosquées aux quatre vents pour l’obsécration et l’illusion de l’âme qu’un hôpital, un théâtre ou salle de sports qui ancre l’esprit et le corps dans la terre du réel.

La vérité aussi est que le tout islam a réduit la multitude à n’être plus que le réceptacle de l’oraison qui aseptise la raison, de la litanie qui terrorise et de la promesse abracadabrantesque pour la détourner de la vie et lui faire croire que sa félicité n’est pas sur la terre du présent, mais dans la chimère impalpable de l’après-mort…

Notre société ne sait plus apprendre à ses enfants comment vivre, mais elle leur apprend à mourir quasi-pédagogiquement. En Algérie, il y a près de 20 000 mosquées (2020) ; soit plus que tous les lycées du pays, les collèges, les universités, les bibliothèques, les planches de théâtre, les salles de sports réunis.

En somme, entre l’État qui n’offre plus grand-chose pour alimenter le multiple et donner libre cours aux passions salvatrices, et qui, bien pire, encourage le tout religieux, afin de détourner les gens de la question, l’islamisme qui a pignon sur rue et les millénaires qui ont fossilisé en nous la réponse par l’outre-tombe… C’est presque naturellement qu’on a abouti à cette terre pour qui la souffrance de l’autre n’interpelle plus grand-monde ou alors seulement à la condition du faste, des ripailles et des vierges au paradis.  Qu’importe le cri de l’agonie qui dit l’envie de s’accrocher à la vie quand un billet d’argent pour quelques briques d’une mosquée est la garantie pour effacer le péché !

Une société est vivante et est saine quand le vivre-ensemble lui est comme les œufs fragiles ; quand l’autre, de manière désintéressée, lui est essentiel, et ce, encore plus, quand il est de la minorité, quand il n’a pas grand-monde pour l’assister et le défendre. Une patrie pour qui la dignité n’est pas un vain mot s’épanouit par la raison, le bons sens et non par la peur et la superstition, outils puissants de l’aliénation par la religion.

Ce qui l’élève, c’est son souci de l’harmonie, les ponts qu’elle bâtit pour que se rencontrent ses identités, ses générosités détachées envers les laissés-pour-compte et âmes vulnérables ; c’est être fanatique de l’homme, pour paraphraser je ne me rappelle plus quel poème de Abdellatif Laâbi.

Souffrir d’une maladie mentale, d’un quelque handicap physique ou psychologique, être atteint du syndrome autistique ou autre dans une société comme la nôtre est le rocher de Sisyphe dont l’absurdité n’a pas de commune mesure, et ce, pour celui directement concerné ou pour ses proches qui ont en la charge. Alors chapeau bas à cette dame, à tous ces militants bénévoles, ces psychologues, orthophonistes, psychologues, éducateurs, docteurs, artisans, sportifs, passionnés ; bref, à tous ses héros de la quotidienneté qui rêvent le monde en le changeant.

L’appel d’Adawi nous interpelle en tant que société. À moins que nous pensions que ce sont les djinns qui donnent l’autisme, la maladie mentale et les problèmes psychologiques ; et que, donc,  une Roqya se passe de toutes les sciences. La clameur est pour moi le rêve du meilleur pour ouvrir le portail du possible, le souhait d’une patrie qui cherchera enfin le sens du côté de la raison et pour qui la religion sera une vérité comme une autre, la fiction à instruire pour un vivre-ensemble où l’on construit davantage d’espaces pour la vie que pour la mort.

Et les gens de cette association ont compris que la défaite est l’inaction et que si, disait le poète, « L’indifférence est la moitié de la mort, le désir est la moitié de la vie. »

Louenas Hassani, écrivain

12 Commentaires

  1. Je vous raconte une histoire vraie vécue: Dans les années 70, à Sidi Aich où j’habitais , de la mosquée on pouvait voir une buvette et inverssement, un mendiant c’est installé devant la mosquée mais on avait remarqué que les gens qui sortaient de la mosquée ne donnaient rien, on étaientt qqs jeunes à lui a donc suggérer de se mettre devant la buvette, en enfin ça marchait tellement bien pour lui qu’il n’avait besoin que de qques heures pour subvenir à ses besoins car les mecs sortant de la buvette ivres vidaient leurs poches. La grde mosquée d’Alger c’est l’équivalent d’au moins 5 grands hôpitaux de dernière génération, et imaginez qu’on transformait la moitié des autres mosquées en maison du citoyen où il peut trouver une bibliothèque, un conservatoire de musque etc…une bonne santé physique et mentale du peuple n’est pas dans l’intérêt du pouvoir machiavélique qui a confié cette responsabilité à Allah que le peuple adore implorer surtout au vu et au su de tous le monde, de manière groupés que ce sont des gens biens puisque qu’on les voit à la mosquée surtout si le croyant est donnateur à la mosquée bien sûr. Le peuple est tellement endoctriné à accepeter toutes les misères qu’il a des réponses toutes faites à ses problèmes comme Icha alla, Maktoub, yathassab 3and allah etc…

  2. Azul.
    Je parie tous les jours qui me restent à vivre que si cette association s’appelait ECCHIFAA au lieu de ADAWI se situation serait tout autre.
    Voula. J’ai tout dit.

  3. disait le poète, « L’indifférence est la moitié de la mort, le désir est la moitié de la vie. »
    Alors si tel est leur désir, construire des mosquées, laissez les gens vivre leur vie comme ils l’entendent à la fin.
    Vous, votre désir est de aider les autistes , les autres leur désir est de construire des mosquées. Est-ce que eux vous critiquent , non! Parce que eux ont bons arguments. Les constructeurs de mosquées ayant fait un travail de fond, leur désir est devenu réalité et vit pleinement la vie à l’aise, complètement détendu et s’étend. Et vous , vous arrivez avec vos gros sabots, sans crier gare, vous créez une association, quand bien même très utile, et vous croyez tranquillement changer le monde et lui substituer son désir (  » obscovoure rétrograde « ,) par votre désir à vous ( juste parce que vous le jugez lumineux et révolutionnaire).
    Les constructeurs de mosquées vivent pleinement la réalité, quant-à vous suivez l’avis du poète et vous Survivrez au-moins à moitié.
    PS. En plus avec un acronyme pareil  » Adawi »…peu engageant avec une résonnance belliqueuse ( 3adawi), c’etait couru d’avance que vous n’alliez pas faire long feu. Vous avez Essayez une Rokia pour votre association, ajoutez un lui une connotation religieusebpour la baraka, admettez quelques marabouts comme nouveaux membres, etc

    • « Vous, votre désir est de aider les autistes , les autres leur désir est de construire des mosquées. Est-ce que eux vous critiquent , non! » – Qui sont ces « eux » qui construisent les mosquées et avec l’argent de QUI ? Tu fais sembant d’ignorer que ce n’est pas la isaaba. Qui a le magot d’abord et qui le disgribue a sa guise en fonction des circonstances qui l’arrangent ? Qui fait endormir le peuple ? Ce n;est pa « EUX », mais la issaba.

      • Oublions le magot hors d’atteinte, et intéressons-nous a ce qu’il y a entre nos mains deja. Et ce qui ya, le peu qui ya déjà ( même si yen qui en ont beaucoup ) dans nos proches que ce qui nous empêche d’aider qui on veut, l’assos en l’occurrence plutôt que la mosquée ?
        C’est facile d’endosser tous les maux à qui vous pensez.
        Demandez autour de vous vous verrez que les gens sont plus enclin a donner pour construire une nouvelle, nième, mosquées même s’ils en ont déjà plusieurs dans le même quartier ou village, la plupart du temps vides, qu’à donner un moindre sous pour aider a construire une salle de soins ou d’accouchement même si il n’en existe aucune a des kilomètres a la ronde et que tout le monde en a besoin à un moment ou un autre.
        Peut être que l’état a initié et favorisé la bigoterie a certaine époque mais aujourd’hui le peuple en est devenu tellement accro , qu’il fonctionne en roue libre, que le créateur, submergé par son monstre, est juste obligé de répondre a la demande pour avoir la paix ou sauver sa peau. La société est plus fanatique qu’en croit.
        Les gens veulent tous participer a construire des mosquées parce qu’ils veulent tous un château au paradis, pour l’éternité , c’est ce que l’imam leur dit. En Revanche, construire un hôpital, ou aider une association qui aide les autistes ou autres quand on a pas d’enfants autistes ou qu’en pense pas en avoir de ce genre, on en gagne quoi, on leur promet quoi à ceux-là ?la bonne conscience ou le bon sentiment d’être un bon citoyen ? C’est peu !
        Oui, c’est triste, c’est mesquin, et tout ce qu’on veut mais c’est comme ça.
        Les marabouts ( anciens et modernes) on fait et continuent à faire du bon travail, un travail de fond n’hésitant pas à patauger dans la fange, pendant que les autres  » humanistes » ne font que critiquer la populace tout en évitant de s’y frotter de peur de « se salir » tellement ils se croient supérieurs, propres et radieux du haut de leur piédestal.
        Les marabouts commence les labours depuis la crèche, pendant que les autres tout au plus s’ils daignent se  » rabaisser » discuter a des étudiants a l’université sinon dans des salon privé entre copains intellos autour d’un jus de raisin fermenté ou d’un thé Écossais.

        • Sans oublier que koulchi bi idni allah ! Allahou yaghni men yachaa! Il ne donne la fortune qu’à ceux qui la lui rende. Moua je donne toujours de l’argent à l’imam Ghafour, pas seulement pour qu’il me pistonne pour les houris, mais surtout pour sa langue de vipère.

          Non seulement donner de l’argent pour les autistes c’est interférer dans la volonté d’Allah alors qu’il suffit de prier pour eux, mais c’est quelque peu blasphématoire de mettre au même niveau la construction d’une mosquée et l’aide à une association.

          Donnez de l’Argent à l’Association d’Addi pour acheter des wagons pour la régression profonde , Dieu vous le rendra.

      • Ils courent après des visas et arrivés en Europe, ils prient en pleine rue, exigent de la viande halal et des mosquées. Sans oublier les hijabisées qui prolifèrent.
        Et dans ce cas de figure, « Eux » n’y sont pour rien.

    • je cite: « disait le poète, « L’indifférence est la moitié de la mort, le désir est la moitié de la vie. »
      Alors si tel est leur désir, construire des mosquées, laissez les gens vivre leur vie comme ils l’entendent à la fin.
       »

      Vous vous rendez compte de ce que vous ecrivez???
      Vous savez, pendant et avant fransa, c.a.d. a l’epoque de la Uma Islamia ETRANGERE(Turc), cmbien de Mosque’es ou de gens qui les frequentaient – Wallouuuuuu…. Les Algeriens, comme tous les Africains, sont tres spirituels mais pas religieux, jusqu’a ce quelques batards ont enttendu que c’est possible de ramasser l’aumone voir des donations en liquide avec un autre de charlatanisme – celui que les gens ne comprennaient pas. Puis arriva fransa et chargea les Juifs d’instruire en islam, en promettant d’en faire de Emirs. Alors-la, il parait qu’il y en a un qui a meme abattu, avec l’aide des troupes Francaises, des milliers et milliers de ses compatriotes pour devenir Emir – Et comme vous le soupsonnez bien, les Arabes ne l’ont point reconnu. Puis arriva toute une bande d’experts en la couchade au moindre petit bruit d’avion ou peut-etre meme le gallop d’u ane. Elles ont meme appris a jouer au volley-ball et a s’agenouiller, la tete aussi basse que le sol, et le luc(Q) en l’air. Elles n’ont jamais reussit a faire quoi que se soit, sinon, bluffer les veuves des Martyrs qui ont libere’ cette terre maudite. Ainsi naquit le doute en al-kharia ! D’une manier e ou d’une autre, ca finira mal, pour elles.

  4. Azul,
    Triste et déplorable….Ou est la priorité ???
    L’individualisme et l’indifférence sont criards dans cette situation…..
    Que dire, sinon dénoncer ces agissements et mentionner la conscience …tout est dans la conscience
    TRISTE ET DÉPLORABLE

  5. Vous perdez votre temps tant que vous ne compreniez pas le vrai rôle de ce que vous appelez « l’état » selon la « nouvelle algérie ». Alors rassurez vous que TOUT, absolument TOUT ce qui ne protège pas la durée de vie de la junte ne les conerne pas et ne les regardera jamais. Essayez juste de comprendre le but des gros « investissements » en milliards et vous trouverez que le dénominateur commun est leur propre protection, leur propre survie. Ils augmentent le nombre et les salaires des policiers, militaires et gendarmes pour leur proetction pour museler le peuple. Ils achètent en milliards des armes pour leur propre protection – D’ailleurs toute la Kabylie est militarisée – une caserne a chaque coin de ville et de route. Ils signent des chèques en blanc au premier venu a alger pour faire leur propre publicité sur leur légitimité. Ils dépensent sur le polisario et la Palestine vous paraitre plus royaliste que le roi et surtout pour nous rappeler qu’on a des « ennemis » exterieurs. Ils dépensent sur les sandwiches et la limonade pour transporter les troupeaux du fln dans les bus pour faire semblant de voter. Voila en gros ce qui les « occupent ». Le reste ? En 2024, on parle encore de lait, de semoule du prix des oeufs et de loubia. Sinon, pour le ramadan 2024, le sujet « d’actualié » est toujours le même: L’importation de viande « moins chère » du Soudan, du bangladesh ou de sidi zekri. Sinon apparemment la force de frappe version la parlotte, veille toujours sur la stabilité du prix de la baguette et sur la lutte des trafiquants de viande d’âne. Voila en gros les sujets pertinants qui touchent directement le pays, le peuple et son avenir. Et chaque année, c’est rebelotte sur les mêmes chansons du même disque. Et la vie continue avoulfouchi. Sinon preparez vous a aller voter massivement pour un nième mandat pour avorter dans l’oeuf, les complots ourdis contre la révolution et ses guides révolutionnaires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici