https://linebetslots.com/en/mobile
4 mars 2024
spot_img
AccueilChroniqueContinuez à voler. Nous regardons la finale !

Continuez à voler. Nous regardons la finale !

FOOTAISES de Meziane Ourad

Continuez à voler. Nous regardons la finale !

Les supporters croates pressés de voir leur équipe en découdre avec les Bleus.

D’habitude les Français, tout en arrogance, font chanter les coqs bien avant d’avoir prouvé quoi que ce soit. Bizarrement, là à J-2 d’une finale de coupe du monde qui leur tend les bras, ils sont dans la retenue. Une pudeur presque pathétique. Serait-ce parce que nous sommes un vendredi 13 ? 

Ce mondial russe a donné une claque aux conventions et hiérarchies depuis longtemps établies. En football, il n’y a plus de petits pays ! Les grosses cylindrées ont été chassées de Moscou sans ménagement. Les deux nations qui se retrouvent en finale sont passées par des interstices totalement improbables. Un but lumineux d’Umtiti pour la France, trois combats de gladiateurs pour la Croatie qui, dès son premier match, et surtout son carton face à l’Argentine, a mis en avant ses canines. Ce qui m’a chagriné dans l’aventure croate, ce sont les appels des autorités serbes à leur population à supporter leurs adversaires. Même les journaux et médias lourds de Belgrade s’y sont mis. Ils ont même établi des listes de personnalités indexées comme collabos, qui ont osé exprimer leur solidarité avec ce petit pays au drapeau à damier.

- Advertisement -

Les guerres qui se sont déroulées sur le territoire de la défunte république fédérale socialiste de Yougoslavie ne semblent pas être terminées. Les nationalismes étriqués et les différences confessionnelles ont laissé béantes des plaies qui ne seront jamais pansées.

Dix ans, entre 1991 et 2001 de guerres, il y en a eu deux, qui ont fait s’effriter un pays puissant, exemplaire. Ces guerres ont laissé des traces indélébiles. Les petites républiques, dont ce conflit sanglant a accouchées, sont aujourd’hui dans la nasse. Que représentent donc, en 2018, la Bosnie, la Macédoine, le Kosovo ou le Monténégro sur l’échiquier mondial ? 

Leurs citoyens, devenus membres de l’Union européenne pour certains, ont envahi les capitales de l’ouest. Ils les polluent, et ce n’est pas un préjugé, par la mendicité, l’arnaque et la prostitution. Lénine, Staline et Tito doivent se retourner dans leurs tombes.

Le jour où la Kabylie de Ferhat sera indépendante, j’espère et je sais que je ne serai plus là, on risquerait d’entendre ce genre d’injonctions absurdes : « Les Kabyles qui se mettront derrière l’équipe nationale algérienne arrivée pour la première fois en finale de la coupe du monde sont des harkis. Des traîtres à la grande nation du Djurdjura et des Babors ! » 

Les confettis prennent le pouvoir. Au secours ! Bien sûr, je vais encore me faire insulter par les intégristes kabyles qui sont convaincus par la justesse d’un combat perdu d’avance. Tant pis ! J’aime cette Algérie séquestrée par des pourris mais qui est tellement belle et généreuse. J’aimais la Yougoslavie. Je vomis les nationalismes étroits. Le tribalisme. La haine qui s’élève sur la petitesse.

Rien ne sépare ce typhon malsain qui souffle sur l’Algérie après avoir rasé le bloc de l’est de celui qui souffle sur l’Europe démocratique, depuis quelques années.

Toutes « les forces de contraintes » ne me feront pas admettre que le mieux se niche dans le programme du GPK ou celui des fractions de territoires, des îlots qui, par le monde, revendiquent leur indépendance.

S’il y a une conquête à gagner, c’est celle du monde. Il faut, il est temps de rappeler aux 5 % de multi-milliardaires que compte la planète que la terre appartient à tout le monde. Qu’ils ne pourront plus jamais arraisonner les bateaux des ONG qui vont récupérer des sinistrés en mer Méditerranée.

600 morts cet été ! Deux milliards d’Africains en 2050. Que l’Europe se démerde ! Les murs, les visas, les drones, les chiens renifleurs n’y feront rien. Le football non plus. Ce serait d’ailleurs un bel os à nous donner. Les Occidentaux manque d’imagination. Au lieu de donner le mondial 2026 à la triplette USA-Canada-Mexique, ils auraient du la fourguer au Maroc pour faire semblant de manifester de l’empathie pour leurs anciens colonisés ; ça aurait à coup sûr, ralenti le flux migratoire ! Non, ils en veulent toujours plus. Le marché du football génère trop d’argent pour le laisser entre les mains de va-nu-pieds. Ils prennent et ils marketisent.

Pendant qu’Ould Abbès, patron d’un FLN cloné, nous explique, avec emphase, que Bouteflika, le naufragé, est un lion qu’il ne faut jamais irriter, nous, ses pauvres ouailles exilés, nous nous demandons toujours sur quel récif va se fracasser ce pays qui n’en finit pas de dériver.

Le football est un jeu pour miséreux. Cette coupe du monde est un interlude pendant un petit mois qui nous aura fait oublier notre minable condition de bonnes poires. 800 euros pour un aller-retour sur Alger, cet été. Cela s’appelle du vol. Du racket ! Rien d’autre.

Qui oserait aller voir cette équipe nationale désormais orpheline, qui quémande un entraîneur, censée être en préparation pour la CAN de 2019 ? 

Combien pourront aller assister au mariage d’un neveu ou accompagner la maman à sa dernière demeure ?

A partir de Paris et pour ce prix, n’importe qui, à la même période, peut aller à Las Vegas. C’est  un peu mieux que Djelfa, non ? 

Ceux qui ont pillé l’Algérie le savent puisqu’ils y ont leurs habitudes. Le football reprendra sa place, ici, demain , après le match des recalés.

En attendant, je vais dormir avec ma colère. Je suis vénère.

Auteur
Meziane Ourad

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici