13 juillet 2024
spot_img
AccueilPolitiqueCour d'Alger : 5 ans de prison requis contre Kamira Naït Sid,...

Cour d’Alger : 5 ans de prison requis contre Kamira Naït Sid, Aït Chebib et Slimane Bouhafs

Slimane Bouhafs, Kamira Naït Sid et Bouaziz Nait Chebib
Slimane Bouhafs, Kamira Naït Sid et Bouaziz Nait Chebib

Le parquet près de la chambre criminelle de deuxième instance de la cour d’Alger a requis 05 ans de prison ferme et 100 000 dinars d’amende à l’encontre des détenus d’opinion, Kamira Nait Sid, Slimane Bouhafs et Bouaziz Ait Chebib.

Les plaidoiries se poursuivent en ce moment où nous publions ces lignes.

Le procès en appel des détenus d’opinion, Kamira Nait Sid, Slimane Bouhafes et Bouaziz Ait Chebib, s’est ouvert ce mardi 4 juillet, à 13 heures 30, devant la chambre criminelle de deuxième instance près de la cour d’Alger. La tension était palpable dehors comme dans la salle des pas perdus. Ce procès est hautement politique. Il concerne notamment deux figures de la lutte identitaire : Kamira Naït Sid et Bouaziz Aït Chebib. Slimane Bouhafs est surtout mis derrière les barreaux pour ses convictions religieuses. Rappelons qu’il a été enlevé de Tunisie où il s’était réfugié.

Vendredi, 16 décembre 2022, le président près le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida a lu l’énoncé des délibérations des membres composant son jury concernant le dossier des 3 détenus d’opinion, Kamira Nait Sid, Slimane Bouhafes et Bouaziz Ait Chebib.

Les condamnations étaient tombés comme des couteaux.

- Advertisement -

Kamira Nait Sid à 5 ans de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende

Ait Chebib Bouaziz à 3 ans de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende.

Slimane Bouhafs à 3 ans de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende.

L.M.Cnld

Les insoutenables condamnations d’Aït Chebib, Kamira Naït Sid et des autres

2 Commentaires

  1. libérez nos militants. libérez la liberté, libérez la kabylie, libérez la vie , pouvoir algérien colonial et criminel, pouvoir algérien maffieux et raciste.

  2. Dans un pays qui se respecte où l’état de droit prime, ce sont tous ces juges et procureurs véreux, marionnettes actionnées par téléphone, qui iront pourrir en prison et non ces citoyens à qui ils inventent des délits aussi farfelus les uns que les autres. Qu’on nous explique ce qui est exactement reproché à ces centaine de détenus d’opinion. Des détenus maintenus en prison pendant des mois pui soudainement, tout à coup, acquittés comme si de rien n’était (cas de Mira Moknache, par exemple). Du grand n’importe quoi. Une Justice piétinée à longueur de journé par ceux-là même censés la défendre. Que dire alors du cas du général Nezzar condamné par contumace à 20 ans de prison ferme et qui, par un tour de passe-passe spécifiquement algérien, revient au pays sur avion présidentiel (rien que ça!) avec tous les honneurs dus à un général blanchi de tout soupçon par une entité occulte autre que la justice qui l’a condamné. La justice indépendante à la sauce Tebboune-Chengriha. Jean de La Fontaine avait vu juste. « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » disait-il. C’est comme si Lafontaine l’avait écrit pour la Nouvelle Algérie. Sauf que, il ne s’agit plus d’animaux malades de la peste mais d’hommes obnubilés par un pouvoir qu’ils n’ont, même dans leurs rêves les plus fous, pensé un jour détenir et auquel ils s’accrochent quel qu’en soit le prix à payer … par les Algériens. Un grand sage (Confucius) a dit: » L’homme sage apprend de ses erreurs, l’homme plus sage apprend des erreurs des autres ». Méditez bien sur les erreurs de ces « puissants » qui avant vous se croyaient invulnérables: Saddam, Quadafi, Moubarak, Benali, la fin du règne de Boutef, etc. Bonne méditation!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents