30 novembre 2022
spot_img
AccueilCultureDaho Djerbal, Lakhdar Bentobbal : "Mémoires de l’intérieur"

Daho Djerbal, Lakhdar Bentobbal : « Mémoires de l’intérieur »

Soixante années après l’indépendance, la rédaction de leurs mémoires par des chefs militaires de haut rang, impliqués directement dans la guerre de libération nationale, ne s’est pas imposée comme pratique courante.

C’est qu’il s’agit, pour la plupart d’entre eux, de maquisards propulsés aux premiers rangs à leur corps défendant, issus le plus souvent de la paysannerie pauvre et ne disposant pas forcément du temps et des capacités intellectuelles nécessaires pour rassembler, ordonner et donner du sens à la foultitude d’évènements vécus au cours d’une très longue guerre.

Combien de ces personnalités ont disparu, ne laissant comme traces que des témoignages oraux et anecdotiques, destinés évidemment à se perdre tôt ou tard dans les méandres de la mémoire collective.

Aussi faut-il saluer l’heureuse initiative du trio Bentobbal, Daho Djerbal et Mahfoud Bennoune de nous donner à lire un récit aussi autorisé sur notre révolution. Même si, à coup sûr, le texte ne manquera pas de susciter débats et controverses pour ses dits et ses non-dits.

- Advertisement -

Nous découvrons dans ces mémoires un militant MTLD et un chef militaire courageux, solidement campé dans ses convictions et sans concessions avec ceux qui, y compris dans son propre parti, ne les partagent pas. Parmi les convictions de cet activiste radical assumé figure son rejet de toute politique réformiste, qu’elle émane des Français ou d’Algériens. Son credo, non négociable, est l’indépendance totale du pays comme horizon et la lutte armée comme seul moyen possible d’y parvenir.

Au point où Bentobbal révèle que la grande opération militaire du 20 août 1955, décidée par Zighout dans la wilaya 2, était conçue, notamment, pour compromettre l’initiative prise par des responsables des autres partis (centralistes, messalistes, UDMA, Ulémas,..) de négocier une issue à la guerre avec Jacques Soustelle, Gouverneur général de l’Algérie.

En effet, le communiqué de presse sanctionnant la dite rencontre « appelait à la constitution d’un front national pour combattre la violence », ce que  Bentobbal interprète comme une volonté de mise à mort des  révolutionnaires et de la révolution. Un point de vue partagé par le colonel Zighout, chef de la wilaya 2.

Un autre passage sur la même question et allant dans le même sens mérite d’être rappelé. Il s’agit du détournement sur Alger de l’avion transportant la délégation extérieure du FLN qui se rendait du Maroc à Tunis en octobre 1956. La réaction du colonel Bentobbal et de ses amis les plus proches à cet évènement est surprenante de spontanéité, mais aussi lourde de sens : « On ne peut s’imaginer la joie qu’une telle nouvelle causa en moi », écrit-il.

Elle exprime une conception populiste, c’est-à-dire monopoliste et autoritaire du pouvoir, selon laquelle seul le groupe à l’origine du déclenchement de la révolution s’arroge le droit de parler au nom du peuple, à l’exclusion de toutes les autres élites politiques. Ceux qui continueraient à le faire s’exposeraient à la marginalisation et n’auraient donc pas d’autre choix que de s’intégrer au FLN et… de se soumettre à ses dirigeants. Nous voilà renseignés sur l’origine d’une conception du pouvoir dominante encore aujourd’hui en Algérie.

Dans le même ordre d’idées, Bentobbal émet de fortes critiques à l’endroit du Congrès de la Soummam. Il remet en cause la composante humaine des instances dirigeantes issues de ce Congrès, décidée par Abane et Ben M’hidi. Fidèle à sa conception populiste de la lutte, il conteste l’intégration, au sein du CNRA, des forces politiques autres que les indépendantistes radicaux issus de l’Organisation spéciale (OS).

Il dénonce le fait que les centralistes du MTLD, l’UDMA et les Ulémas y soient devenus majoritaires, alors qu’ils ne sont pour rien dans le déclenchement de la révolution du 1ernovembre 1954. Cela au détriment des véritables révolutionnaires, seuls représentants, selon lui, des intérêts de la grande masse du peuple[1].  Il ajoute qu’il n’avait aucune confiance dans le CNRA, rappelant une confidence de Zighout affirmant sur le chemin du retour du Congrès : « D’après la composante humaine des instances qu’ils ont désignées, il est clair que ce n’est pas là le genre de personnes à défendre le peuple ou à se sacrifier pour lui » (p. 333).

En page 324, Bentobbal fait état de profondes divergences d’analyse, entre les congressistes, sur la situation politique en 1956. Il estime qu’Abane et Ben M’hidi commettaient l’erreur de   considérer  que la fin de la guerre était proche et que la France était mûre pour reconnaître l’indépendance de l’Algérie, alors que la situation réelle à l’intérieur du pays (répression et renforts militaires accrus) prouvait le contraire. C’est cette erreur d’appréciation, estime Bentobbal, qui amena les deux chefs politiques à décider le lancement de la grève des 8 jours (du 28 janvier au 4 février 1957) dont les conséquences furent catastrophiques : démantèlement de toutes les structures clandestines du FLN et arrestation massive des militants, en ville comme dans les campagnes, traque, puis exil forcé de tout le CCE hors de la capitale, emprisonnement et assassinant de Ben M’hidi,…

C’est aussi cette méprise sur la fin imminente de la guerre, estime encore Bentobbal, qui les amena à réfléchir, en 1956, à la préparation d’une direction intérieure et au choix des hommes prêts à prendre les rênes du pouvoir dès l’indépendance. Ainsi, Abane et Ben M’hidi sont carrément suspectés de rechercher le pouvoir pour le pouvoir, soucieux de se positionner au premier rang au moment de la course finale.

Vivement la réaction des spécialistes de la guerre d’Algérie sur un écrit qui suscitera, à n’en pas douter, bien des controverses.

Pr. Mourad Boukella     

[1] Précisons que  les centralistes Saad Dahleb et Benyoucef Benkhedda se sont même  retrouvés au CCE (Comité de coordination et d’exécution), aux côtés de Ben M’hidi, Krim, Abane et le syndicaliste  Aïssa Idir.

Daho Djerbal, Lakhdar Bentobbal : Mémoires de l’intérieur, tome 1,  Chihab Editions, octobre 2021, 400 p., 1 200 dinars algériens.

 

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

  1. J’ai lu avec intérêt, cet important témoignage de Lakhdar Bentobbal, fruit d’un inlassable et tenace travail conjoint de Daho Djerbal et de Mahfoud Guenoun. Sans être historien, ni, encore moins spécialiste de l’histoire de la Guerre de Libération Nationale, j’ai été, comme vous, frappé, à la fois, par la violence, la clarté et, je dois ajouter, la sincérité des propos de Bentobbal, auquel je ne peux m’empêcher, d’une certaine manière, de rendre hommage, tant il confirme, bien involontairement, la clé de compréhension de l’impasse idéologique et politique dans laquelle notre pays s’est trouvé enfermé, depuis le complot concocté par les trois B, qui a conduit à l’assassinat de Abane Ramdane, dans une ferme isolée, quelque part, dans le environ de Tétouan, Maroc. en ce 27 décembre 1957.
    Les trois colonels : Krim Belkacem, Abdelhafid Boussouf et Lakhdar Bentobbal, dont ce dernier égrène, ad nauseam, la longue liste de leurs griefs envers Abane et Ben M’hidi, de leurs prétendues erreurs, durant la Bataille d’Alger, lors du Congrès de la Soummam et à la tête du CCE, ne furent pas, comme vous dites, « des maquisards propulsés aux premiers rangs à leur corps défendant, issus le plus souvent de la paysannerie pauvre…», mais des anciens cadres aguerris de l’OS, pour lesquels la seule vérité est celle décrétée par le Parti et ses chefs autoproclamés, auxquels les militants et le Peuple lui-même doivent obéir, au besoin par la force, et dont toute la carrière ne fut qu’une irrésistible ascension vers le Pouvoir. Ils furent tous les trois, écartés en 1962 de ce Pouvoir auquel ils aspiraient tant, mais ce sont les émules de l’un d’entre eux, Abdelhafid Boussouf, qui tirèrent les marrons du feu après l’indépendance, et qui continuent de tenir en laisse notre pays, à ce jour !   

    • … , j’ai été, comme vous, frappé, à la fois, par la violence, la clarté et, je dois ajouter, la sincérité des propos de Bentobbal, auxquels je ne peux m’empêcher, d’une certaine manière, de rendre hommage, tant ils confirment, bien involontairement, la clé de compréhension de l’impasse idéologique et politique dans laquelle notre pays s’est trouvé enfermé … 

    • En effet quel que soit le crédit que l’on puisse accorder au récit de Bentobal ne l’oublions pas le plus terrible des des trois B, avec … Grrr ! Boussouf, et Krim . Cela révèle les dissensions qui minaient le mouvement de libération. Et les raisons pour lesquelles Abane a été  »écarté », et les purges qui s’en suivirent .

      Sans faire de procès à quiconque aujourd’hui, car je suppose que chacun avait ses raisons. Mais cela me rappelle une pièce de J.P. Sartre: « Les mains propres ».

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Trois auteurs algériens à découvrir ou à redécouvrir absolument

Il y a des auteurs qui, de leur plume, transpercent le cœur et laissent une trace indélébile. Ils écrivent les émotions enfouies que l’on...

Les plus populaires

Commentaires récents