27 septembre 2022
spot_img
AccueilChroniqueDans une crèche : apprendre 4 pages du Coran exigé des enfants !

Dans une crèche : apprendre 4 pages du Coran exigé des enfants !

REGARD

Dans une crèche : apprendre 4 pages du Coran exigé des enfants !

Une crèche ou une garderie est censée être un lieu d’accueil collectif destiné aux enfants préscolaires. Dès l’âge de deux mois, la crèche a pour rôle de pallier le mieux l’absence des parents, mais sans s’y substituer. Il s’agit également d’un lieu permettant à l’enfant de découvrir la vie en collectivité et dont l’équipe d’encadrement et d’animation s’appuie sur un projet éducatif.

Cette définition s’applique dans tous les pays civilisés. Mais, en Algérie le projet éducatif en question gravite autour d’un thème unique : le message coranique. 

C’est la malheureuse expérience d’une maman d’une enfant de 5 ans qui raconte :

« Que pensez-vous d’une crèche qui exige des enfants de 5 ans qui ne savent même pas lire et écrire d’apprendre 4 pages du Coran comme des perroquets sans comprendre, et qui par la suite sélectionne et filme les enfants de son choix et leur donne des cadeaux sous l’œil tourmenté des autres enfants qui se contentent de regarder ?

- Advertisement -

Ma fille n’a pas été sélectionnée à ce concours et n’a pas eu de prix, elle a pleuré à la fête de fin d’année de son préscolaire. Et j’ai eu beaucoup de peine pour elle. Ce qu’il lui est arrivé aujourd’hui restera gravé dans sa mémoire à vie ».

Pas la peine donc d’ouvrir des écoles coraniques puisque les crèches se chargent de l’éducation religieuse des enfants. Il ne manque plus que la « falaqa » et nous voilà revenus aux temps où préscolaire rimait avec mosquée. 

Cette anecdote me renvoie à une autre histoire du genre, vécue par un proche, à la fin des années 1980 : son fils de 8 ans avait déjà bien escaladé les classes du primaire pour se retrouver en CM1. En avance donc sur la plupart de ses camarades. Il était d’ailleurs tête de liste dans toutes les matières, y compris « tarbiya islamiya » ! 

En fin d’année, il rentre à la maison en pleurs. Sa maman le questionne : 

– Que se passe-t-il ? quelqu’un t’a-t-il frappé ?

– Non, maman !

– Ben alors, pourquoi pleures-tu ?

– Parce que tout le monde a répondu oui à une question sauf moi !

– Et c’est quoi cette question ?

– Ton père fait-il la prière ?

En rentrant à la maison, le papa se doutait bien qu’il se passait quelque chose d’inhabituel. Quand il eut vent de l’affaire, il s’emporta contre tous les saints de la planète. C’est ce jour-là, m’avoua-t-il plus tard, que l’idée de foutre le camp de ce bled de fous germa dans ma tête : me sacrifier pour participer à construire le pays, je veux bien, mais sacrifier l’avenir de mes enfants, non, non et non ! ajoute-t-il.

Moins d’une année plus tard, avec femme et enfants, le chemin de l’exil s’ouvrait à lui.

Après un parcours fulgurant en France, le fiston est diplômé de l’Université de Harvard et entame une carrière internationale tout aussi fulgurante.

Voilà comment des hurluberlus de tous bords contribuent à chasser la sève intellectuelle du pays.

Il ne serait pas étonnant que les parents de l’enfant de 5 ans décident eux aussi de partir. Vu que, malheureusement, ce genre d’histoire est loin de constituer une exception qui confirmerait une règle générale plus amène !

 

Auteur
Kacem Madani

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le PT appelle à la libération des détenus d’opinion

Le Parti des travailleurs (PT) a rendu public un communiqué dénonçant le sort fait au journaliste Mohamed Mouloudj, transféré à une autre prison suite...

Les plus populaires

Commentaires récents